Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesQQuella Vecchia Locanda › Il tempo della gioia

Quella Vecchia Locanda › Il tempo della gioia

5 titres - 33:52 min

  • 1/ Villa Doria Pamphili (5:27)
  • 2/ A Forma Di (4:07)
  • 3/ Il Tempo Della Gioia (6:15)
  • 4/ Un Giorno, un Amico (9:39)
  • 5/ È Accaduto una Notte (8:16)

enregistrement

Rome, Italie, 1974

line up

Claudio Gilice (violon), Giorgio Giorgi (chant, flûte, piccolo), Massimo Giorgi (basse, contrebasse, choeurs), Massimo Roselli (voix, claviers), Patrick Fraina (batterie, voix), Raimondo Cocco (clarinette, guitare, voix)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
symphonique

Groupe à la carrière éclair mais qui relève d'une importance capitale dans le paysage progressif italien, Quella Vecchia Locanda compte probablement parmi les groupes (et pas seulement italiens) qui ont le mieux réussi la synthèse entre musique de chambre et rock progressif. Au départ, pourtant, rien ne laissait présager une telle profession de foi. Souvenez-vous ; son premier album éponyme de 1972 faisant figure, on le sait, de Jethro Tull survitaminé, de la guitare bluesy à la flûte typique et expressive. Le son général évoquait, oui, on peut le dire, le hard rock de l'époque. C'est donc peu dire que l'étape suivante était assez inattendue. Mais enfin, maintenant que je dis inattendue, je me demande si le terme le plus approprié n'est pas finalement étonnant. Étonnant comme revirement, mais étonnant comme réussite aussi ! "Il Tempo della Gioia" ne comporte quasi plus aucune trace de cette hargne développée il y a seulement un an de cela, et c'est à renfort de large section d'instruments à cordes que le groupe va créer une des références absolues du progressif italien, une espèce de valeur étalon, un modèle du genre. Superbe, riche, profond, terriblement romantique, classisant en diable, il ne retient que les moments les plus baroques et/ou pastoraux d'un Premiata Forneria Marconi pour les pousser à leur extrême dans des mélodies dont le charme vous fera, à coup sûr, succomber. Une classe folle de par ses arrangements luxoriants, perlés de délicates touches de clavecin, donnant à l'ensemble un relent de symphonisme appuyé qui séduira ou rebutera l'intéressé. En résumé, le premier Quella Vecchia Locanda sera à même de satisfaire les amateurs plus attirés par une forme de hard progressif, là où la hargne et l'énergie priment sur la préciosité de l'ensemble. Par contre, ceux qui recherchent l'émotion pure au travers d'une orchestration chatoyante digne d'un travail d'orfèvre, c'est incontestablement "Il Tempo della Gioia" qu'il vous faut écouter. Dans le meilleur des cas, je vous invite à prendre connaissance des deux.

note       Publiée le jeudi 12 mai 2005

partagez 'Il tempo della gioia' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Il tempo della gioia"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Il tempo della gioia".

ajoutez une note sur : "Il tempo della gioia"

Note moyenne :        8 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Il tempo della gioia".

ajoutez un commentaire sur : "Il tempo della gioia"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Il tempo della gioia".

Reflection › mercredi 24 août 2016 - 21:43  message privé !

Oui, un vrai petit joyau ce disque ! Finalement, c'est un de mes disques prog italien les plus intéressants... C'est sans doute celui-ci qui tourne le plus souvent d'ailleurs (ça ne trompe pas). L’ambiance y est tellement unique et étrange (?) ! Il se révèle bien plus complexe à chaque écoute. J'y vois un parallèle avec les pièces les plus acoustiques d'"in the court... " de qui vous savez. On y retrouve la même mélancolie/classe mais également les mêmes saillis que le King ! Bon, et sinon, il faut que j’arrête d'acheter autre chose que des pressages Jap... J'ai la rééd jap en LP de 1987 et le son est à pleurer (quelle dynamique/relief de ouf ! on passe du quasi-silence à l'explosion... et je ne parle pas de la broderie de cordes et d'instru' à vent qui se tissent délicatement en toile de fond) !

Note donnée au disque :       
COLDSTAR › samedi 5 avril 2014 - 02:47  message privé !

Proggy parlait de travail d'orfèvre et c'est juste. Magnifiquement maîtrisé de la première à la dernière seconde.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › jeudi 5 avril 2012 - 09:10  message privé !

Réécouté hier soir. Quelle merveille cet album, un des meilleurs albums de progressif transalpin en ce qui me concerne avec le premier Locanda Delle Fate.

Note donnée au disque :       
Khyber › mercredi 14 décembre 2011 - 18:15  message privé !

Beh oui, tout à été dit: délicat & sensible, une paire de thèmes sublimes, l'envie d'y revenir encore et encore... C'est beau, tout simplement.

Note donnée au disque :       
Dun23 › mardi 16 juin 2009 - 22:26  message privé !

Comme Coltrano y'a quelques mois, une seule petite écoute au compteur mais ça a vachement bien coulé dans les cages à miel. On va pas se prononcer tout de suite mais ça part comme l'une des belles découvertes italiennes que je dois à Proggy, avec, entre autre, le merveilleux Ys, chroniqué par ce même Proggy et si vous ne l'avez toujours pas écouté: BOUGEZ VOUS!