Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFesta Mobile › Diario di viaggio

Festa Mobile › Diario di viaggio

5 titres - 31:51 min

  • 1/ La Corte di Hon (4:58)
  • 2/ Canto (6:11)
  • 3/ Aristea (5:05)
  • 4/ Ljalja (6:53)
  • 5/ Ritorno (8:44)

enregistrement

Bari, Italie, 1973

line up

Francesco Boccuzzi (claviers), Giovanni Boccuzzi (claviers, guitare), Tonio Napolitano (basse), Baldassari (chant)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Les frères Boccuzzi sont plus connus pour leur contribution active au sein de Il Baricentro, un groupe de jazz fusion assez énorme en Italie, qui, à l'instar de Arti+Mestieri, piocha son inspiration chez Weather Report et le Mahavishnu Orchestra réunis. Avant cela, ils firent leur écolage dans Festa Mobile dont le seul album, "Diario di Viaggio", ne pouvait en rien laisser deviner la suite de leurs aventures. Chose assez étonnante pour un disque progressif, l'instrumentation du disque est des plus sommaire. Si on retrouve basse, batterie (non créditée) et percussions, chant et guitare - déjà dans un style McLauglinesque, sans toutefois ses débordements inexpugnables - le claviériste fait presqu'exclusivement usage du piano, et du piano uniquement. Un détail auprès duquel on passe facilement à côté lors d'un premier survol, mais l'acoustique ainsi préservée finit tôt ou tard par surprendre. Quelques nappes de piano électrique sur "Aristea" et un tout petit solo sur "Ritorno", ce sont là les seules incartades notables à signaler dans le chef de notre pianiste. Il en résulte une atmosphère peut-être plus pesante, mais aussi sans doute plus contemporaine puisque dépourvue de sonorités franchement datées. Jamais néo-classique dans la forme, "Diario di Viaggio" est un pur disque progressif, mais semi-acoustique où la sensibilité du claviériste Francesco Boccuzzi n'a aucun mal à s'exprimer dans un répertoire abreuvé de références jazz et classique ; d'ailleurs, il ne se prive pas pour nous en faire la démonstration. Keith Emerson n'a qu'à bien se tenir ! Le chant, encore très attaché au symphonisme à l'italienne, est très certainement l'élément qui le rattache sans doute encore trop à cette esthétique. Un bien comme un mal en somme car le groupe aurait très certainement gagné à pousser sa logique jusqu'au bout, Festa Mobile ne pouvant ici prétendre qu'à être un groupe progressif parmi d'autres, un groupe progressif de plus, certes original, mais si peu. A plus d'un titre donc, "Diario di Viaggio" est voué à demeurer dans la marginalité.

note       Publiée le mercredi 11 mai 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Diario di viaggio" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Diario di viaggio".

notes

Note moyenne        1 vote

Connectez-vous ajouter une note sur "Diario di viaggio".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Diario di viaggio".