Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesII Mother Earth › Scenery and fish

I Mother Earth › Scenery and fish

12 titres - 63:05 min

  • 1/ Hello Dave ! (0:48)
  • 2/ Like a Girl (4:39)
  • 3/ One More Astronaut (5:24)
  • 4/ Another Sunday (4:04)
  • 5/ Three Days Old (5:47)
  • 6/ Used to Be Alright (5:27)
  • 7/ Shortcut to Moncton (7:56)
  • 8/ Pisser (4:59)
  • 9/ Raspberry (5:44)
  • 10/ Songburst & Delirium (5:55)
  • 11/ Sense of Henry (5:16)
  • 12/ Earth, Sky & C. (7:06)

enregistrement

Studio Morin Heights, Quebec, Canada, 1996

line up

Luis Conte (percussions), Edwin (chant), Jagori Tanna (guitare, choeurs), Bruce Gordon (basse), Christian Tanna (batterie), Daniel Mansilla (percussions), Kenny Pearson (orgue Hammond), Alex Lifeson (guitare)

chronique

Styles
rock
fusion
Styles personnels
post grunge fusion

Voici un disque dont je voulais vous parler depuis un petit temps déjà. Je vais être très honnête avec vous ; en dehors de ses qualités propres, discutable selon les attentes de chacun, ce disque bénéficie à mes yeux d'un impact émotionnel plus grand encore. L'affectif a son importance. Un élément contre lequel on choisit soit de se battre, soit de s'y abandonner. Un élément que je prends toujours en compte, et que j'assume en tout cas. Cette formation canadienne signe ici son deuxième disque dans un timing malheureusement inapproprié. Un peu trop tard pour être porté par l'engouement grunge alors sur le point de diparaître pour de bon, un peu trop tard aussi pour jouer la révélation alternative du moment, avec un "Aenima" qui remporte alors tout les suffrages. C'est en effet entre ces deux optiques qu'il faut inscrire la musique de ce "Scenery and Fish", un cran bien au-dessus de leur premier effort, "Dig", plus tributaire du seul genre fusion façon Red Hot. Ce pulse funky est encore présent en bien des endroits, mais les guitares ne se contentent plus seulement de plaquer de simples accords ; elles affichent une diversité qui sent bon la mâturité, construisant une série d'histoires solides où l'inspiration peut s'exprimer. Une noirceur qui fait perdurer encore l'impact tout relatif de "One Hot Minute". Auréolé par une vague filiation avec Rush (Alex Lifeson participe à l'enregistrement, et Edwin, le chanteur, lui rendra la pareille en mettant ses cordes vocales à disposition sur le projet "Victor"), celle-ci se confirme au travers de certains plans rythmiques bien cassés qui ne sont pas sans évoquer le meilleur du récent "Test for Echo". Mais les influences sont multiples : un peu de King Crimson (quelle surprise !) sur "Like a Girl" ou le terrible "Songburst & Delirium", et pour ceux qui trouvent la touche latino de Mars Volta bien venue, ils en auront aussi pour leur argent avec un titre comme "Earth, Sky & C". I Mother Earth ne pratique pas pour autant une musique extatique. Mûre, adulte, réfléchie mais sentie, son second disque a réussi à capturer à merveille l'effervescence d'une scène rock alternative alors en perpetuelle mutation.

note       Publiée le mardi 10 mai 2005

partagez 'Scenery and fish' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Scenery and fish"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Scenery and fish".

ajoutez une note sur : "Scenery and fish"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Scenery and fish".

ajoutez un commentaire sur : "Scenery and fish"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Scenery and fish".

Aladdin_Sane › vendredi 12 juillet 2013 - 15:38  message privé !

Dans mon souvenir, cet album était bon, surtout le dernier morceau croisement improbable entre les Red Hot et Santana. J'ai un peu peur de réécouter ça aujourd'hui...

devin › lundi 24 août 2009 - 22:53  message privé !

Chouette album. Ca sonne toujours frais aujourd'hui!