Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSauron › For a dead race

Sauron › For a dead race

8 titres - 35:23 min

  • 1/ For a dead race
  • 2/ Salvation's call
  • 3/ The pestilential march
  • 4/ Scars of existence
  • 5/ Anima mundi
  • 6/ Prey to destruction
  • 7/ Deliverance in blood
  • 8/ Dominions of the past

enregistrement

Enregistré et mixé aux Double Noise Studios, Tilburg, du 15 au 18 et les 24 et 25 avril 2004, et les 1 et 2 mai 2004. Produit et enregistré par Robin Cornelissen, Gerben Van der Aa et Sauron.

line up

Demster (basse); Eclipse (vocaux, guitares); Sunless (guitares); Ludas (batterie)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal

Sauron pratique le sans pitié avec l'ambition affichée d'être le groupe le plus brutal et extrême de toute la Hollande. Je ne connais bien évidemment pas tous les groupes de ce pays (j'en connais même assez peu), donc je serais bien en peine de savoir si, oui ou non, ce dernier objectif est atteint, ce qui n'a d'ailleurs aucune importance. Sauron est très brutal, cela ne fait aucun doute, avec un batteur époustouflant qui déroule du blast à des vitesses hallucinantes, des vocaux très puissants et franchement haineux, des riffs occultes dans la lignée de Dark Funeral, le tout servi par un son aussi roots et crado qu'intelligible : efficacité et puissance black metal garanties. Parmi les mérites que l'on peut reconnaître à Sauron, il y a d'abord de savoir éviter l'écueil du résolument primitif, trop souvent systématique lorsqu'il s'agit de black brutal : le vocabulaire employé est assez varié pour le genre, sans nuire pour autant à l'objectif principal : le bourre pif musical sans fioriture. Variété rythmique d'abord, grâce à un Ludas qui n'hésite pas à lever un peu la main pour passer du blast au rythme lourd, ménageant de soudaines chutes apocalyptiques dans lesquelles Eclipse y va de toute sa glotte pour maintenir la pression, hurlant, déblaterant sans vergogne tandis que les guitares continuent de rouler avec frénésie. "For a dead race" est ainsi largement ponctué d'ouvertures sur les abîmes, entre deux courses à la fureur totale; des "ralentissements" à ce point chargés de saturation et de démences vocales qu'ils apparaîssent souvent plus extrêmes et violents que les blasts eux-mêmes. Excitations thrash/punk, riffs du diable, breaks coup de poing : le groupe prend plaisir à utiliser différents registres du black pour en faire les armes d'un seul et même discours : la brutalité noire a.k.a. dévastation. Et c'est là que se trouve à mon avis le ressort essentiel du travail des Néérlandais. Le niveau de tension est uniforme du début à la fin, ainsi que la noirceur du propos, la fureur est à son comble ou presque et ne retombe jamais... pourtant, "For a dead race" n'a rien du disque aveugle et monomaniaque. Le rôle des guitares, qui ne lâchent que rarement les riffs "tennis elbow" est particulièrement important dans ce domaine : inspirées, sans être d'une originalité stupéfiante, elles maintiennent par des triples croches perchées dans les aigus une dimension de démence et de malveillance plutôt efficace, formidablement secondées par une basse aussi rapide que funèbre. L'engagement véritablement stupéfiant de Eclipse aux vocaux est jouissif; le gars est très très énervé, et fier de l'être. Enfin, Sauron est fondamentalement plus fin qu'il n'y paraît d'abord : les ruptures et les breaks sont étudiés et parfaitement placés, les accords et mélodies baignent dans le sinistre, et malgré un niveau d'agression qui brille par sa constance, les démarrages en trombes gardent tout leur impact et terrassent bien la tronche. Ces qualités posées, il manque malheureusement à "For a dead race" une dimension tragique, sinon véritablement atmosphérique, qui permettrait de passer du statut de bonne baffe à celui de véritable messe noire. Sans doute cette capacité à tout faire converger vers la seule brutalité montre t-elle ici le revers de sa médaille. L'album reste néanmoins une masse furieuse et impitoyable dans laquelle bon nombre d'entre nous se jettera sans hésiter, acquis à cette jouissance quelque peu masochiste qui distingue le black metalleux.

note       Publiée le mercredi 4 mai 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "For a dead race".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "For a dead race".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "For a dead race".

born to gulo › mardi 27 avril 2010 - 21:24  message privé !

le dernier ep d'Urfaust est une GROSSE poutre ; vite, le prochain

yog sothoth › mardi 27 avril 2010 - 20:24  message privé !
avatar

t'as oublié Urfaust en Black hollandais complétement cramé

ericbaisons › mardi 27 avril 2010 - 17:55  message privé !

enfin (et je la ferme) si vous cherchez du metal glauque, préférez Impetuus Ritual ou Portal

ericbaisons › mardi 27 avril 2010 - 17:49  message privé !

et sinon comme Yoggy, Gnaw c'est quand meme plus noise que BM, c'est pas parce tout ce beau monde chante comme un chien mutilé au fond d'un puis qu'il faut tout mélanger.

ericbaisons › mardi 27 avril 2010 - 17:45  message privé !

haha tellement vrai le debut de la chro, c'est vrai qu'en black hollandais "connu" à part Sauron et Cirith Gorgor (whaou variées les références en plus)....Et on peut meme pas rajouter Enthroned ils sont wallons.