Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTTaake › ... Doedskvad

Taake › ... Doedskvad

cd | 7 titres

  • 1 Part 1
  • 2 Part 2
  • 3 Part 3
  • 4 Part 4
  • 5 Part 5
  • 6 Part 6
  • 7 Part 7

enregistrement

Enregistré au Grieghallen studio en 2004 par Pytten et Steigen sauf Nattefrost et Nordavind, enregistrés au Zeitgeist studio par Vrangsinn.

line up

Doedsjarl Hoest (vocaux, guitares, textes et musiques); Lava (basse, vocaux sur 2 et 7, guitare sur 1 et 7); Mord (Batterie); C. Corax (guitare sur 1 et 3); Taipan (vocaux sur 3 et 7); Helveteskommandant Nattefrost (vocaux sur 1); Nordavind (vocaux sur 1); Discomforter (vocaux sur 2); Utfold (piano); Stoever (hvisking (??) sur 2 ); John Boyle ( Stridsrop (??) sur 2)

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal

Anti-human, anti-life... Hoest est un fantôme. De ses mains jaillissent des flots de triples croches aux essences mêlées de nostalgie païenne, de tristesse ravageuse, de grandeur noire et brute; au contact de ses doigts se réveillent les esprits des anciens moines funèbres, que le maître domine et conduit sans effort sur les chemins tortueux de ses sept processions; du fin fond de sa gorge se déversent la haine, la nuit et les regrets qui hantent les forêts sombres d'une Norvège disparue... du moins le croyait-on. True Norwegian BM... Hoest trône désormais seul au-dessus des autres, au-dessus de ses pères, Archevèque du Grand Nord dont chaque riff est sermon, chaque break est un point d'orgue, chaque trouvaille une pierre noire aux éclats dramatiques de lune et de brouillard. Pour "...Doedskvad" le dernier, le fantôme a uni en une danse improbable toutes les merveilles du black, du plus sombre au plus triste, du pagan au viking, de la nuit déferlante aux hurlements des loups, plus virtuose qu'un sorcier et grand ordonnateur de sept pièces magistrales au déroulement savant, à la richesse unique, à l'invention constante et inimaginable. Ainsi nous y voilà, en plein coeur de "...Doedskvad", recevant les coups de battes de ses métriques impaires, posant mains et genoux dans le sol poussièreux sous la puissance superbe de ses pluies mélodiques violentes et étoilées, dépassés et esclaves de ses coups de génie et autres ruptures de rythme, abandonnés aux larmes qui naissent de ses lenteurs pour s'épanouir enfin lors d'instants suspendus aux échos d'un piano, d'un arpège de guitare ou d'une basse solitaire. Plusieurs gorges officient et certaines se répondent dans un chassé-croisé dont nous sommes les victimes, toutes les pistes du mal sont ici explorées, du blast black metal aux crises de baffes du thrash, Hoest ayant préparé pour cette ultime messe noire les structures les plus fortes, les plus intelligentes, les détails les plus beaux, dans la maîtrise totale de ses somptueux effets. Le fantôme, de ses doigts, réveillent les moines anciens : "... Doedskvad" a l'hystérie sauvage et déchaînée de "Monumental possession", s'envole vers les étoiles surchargées et précieuses de Obtained Enslavement, que le maître domine et conduit sans effort, restant Taake avant tout. Plus dévoué que jamais aux hymnes fiers et païens, Hoest ne craint ni vitesse, ni lenteur, ni beauté ni tristesse, seule créature possible à avoir jamais su laisser à notre monde le joyau impensable d'un véritable "slow" entièrement black metal, PART V l'extraordinaire, aussi sombre que subtile, triste et indispensable comme l'est la solitude. Taake est aujourd'hui une horde à la technique parfaite, Mord ravage les esprits à la manière de Frost, appuie les contre-temps et propulse les accents des riffs les plus marqués... droit dans ta gueule. Lava fuit l'unisson pour gonfler les guitares d'harmonies suggestives, désespérées ou sombres, violentes et ténébreuses. Authenticité, virtuosité, du travail et des larmes, du scalpel et du sang... on peut faire l'inventaire des moyens employés, mais le langage échoue face à l'oeuvre finie. Hoest est un fantôme, et du bout de ses doigts il réveille tous ses frères, ceux qui peuplent la nuit, le nord et ses forêts, ceux qui habitent nos âmes, nos coeurs, et nos secrets. Du fin fond de sa gorge s'arrachent invocations, mythes et paroles de mort, de son esprit souverain sont sortis sept chef-d'oeuvre, implacables et superbes, aussi noirs qu'étincelants, aussi bruts que complexes. Oui, le langage échoue face à l'oeuvre finie, de même que la logique, qui ne peut se résoudre à la simple évidence : "In the nightside eclipse", " Blaze in the northern sky", "Nemesis..." et "Witchcraft"; True Norvegian BM, Hoest est bien un fantôme qui du bout de ses doigts réveillent ses plus grands frères... et trône à leur côté.

note       Publiée le mercredi 27 avril 2005

partagez '... Doedskvad' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "... Doedskvad"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "... Doedskvad".

ajoutez une note sur : "... Doedskvad"

Note moyenne :        43 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "... Doedskvad".

ajoutez un commentaire sur : "... Doedskvad"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "... Doedskvad".

Demonaz Vikernes › vendredi 19 août 2016 - 15:18  message privé !

Le Taake qui vieillit le mieux finalement. III & V sont des gros tubes en puissance, j'aime bien.

Note donnée au disque :       
effreet › vendredi 26 juin 2009 - 07:32  message privé !

Bof, j'avais lu des chroniques élogieuses sur cet album, je m'attendais quelque chose de mieux. C'est bien mais ça me lasse assez vite. Cependant la partie VI est totalement géniale!

Note donnée au disque :       
Fryer › jeudi 25 juin 2009 - 20:38  message privé !

Pas comme ta note

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › jeudi 25 juin 2009 - 19:58  message privé !

si on exclu le gratteux qui foirait tous ses soli, j'ai trouvé la prestation plutot cool.

Note donnée au disque :       
Mountain of Judgement › jeudi 25 juin 2009 - 18:45  message privé !

Chronique indigeste. D'autre part, Taake fait partie de mes déceptions du tout récent Hellfest à cause des balances minables sous la tente. C'est idiot, mais je crois pas que je vais réécouter de sitôt.

Note donnée au disque :