Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCarl Craig › Landcruising

Carl Craig › Landcruising

cd • 9 titres

  • 1Mind of a machine9:20
  • 2Science fiction8:04
  • 3A wonderful life6:27
  • 4Technology7:07
  • 5They were5:59
  • 6Landcruising3:46
  • 7Einbahn5:22
  • 8One day soon5:03
  • 9Home entertainment6:43

enregistrement

Detroit, Etats-Unis, 1995.

line up

Carl Craig (programmation), Kraig Tertzag (boucles de percussion sur "Science fiction"), Karl Schmidt (voix sur "Science fiction").

remarques

chronique

Styles
techno
Styles personnels
detroit

Quelqu'un claque la porte de sa voiture, met le contact. Après quelques hoquets, le véhicule démarre. C'est le début d'un périple de près d'une heure. La destination ? Oh, on n'ira pas bien loin. A vrai dire, il se pourrait qu'on ne quitte même pas le lieu d'où l'on est parti. Ce lieu, c'est Detroit, vieille cité industrielle du nord des Etats-Unis, fief de la General Motors : ville inhumaine, polluée, usines à perte de vue, pas accueillante pour deux sous. C'est dans cette ville que la "techno" est née, sous la houlette de quelques DJs noirs américains : Derrick May, Juan Atkins, Kevin Saunderson... Carl Craig est leur descendant direct. Cette nouvelle musique, froide, robotique, avec ses beats au scalpel et ses sonorités électroniques dépouillées, ils sont allés la chercher chez George Clinton et Prince pour les audaces funky, et chez les Allemands de Kraftwerk pour l'utilisation de synthétiseurs, séquenceurs, ordinateurs et autres machines, appliquée à la musique "pop". C'est justement à Kraftwerk que l'on pense en premier lieu avec l'ouverture de ce "Landcruising". Les Allemands avaient décrit dans "Autobahn" les joies de la conduite sur autoroute dans leur pays. Carl Craig, lui, nous conduit à une allure régulière le long des mornes routes de la banlieue de Detroit, et nous décrit ce qu'on voit par la fenêtre, "Passenger" à la Iggy Pop, mais version machiniste et industrialisée. "Mind of a machine" : tout est dit ; boîte à rythme technoïde habituelle, l'ennui pointe déjà le bout de son nez lorsqu'un solo de guitare déchirant, sorti de nulle part, vient lacérer cette brume. Les boucles si réfrigérantes de cette techno des origines peuvent également se révéler d'une étrange sensualité, pour peut que l'on se laisse capturer par la beauté de ce son si particulier ; car "Landcruising", comme tout ce que fait Carl Craig, c'est bien plus que de la musique "dansante", ou plutôt c'est autre chose : c'est une poésie urbaine, une poésie noire comme la fumée des usines qui vomissent à la chaîne les bagnoles dans lesquelles vont rouler des millions d'Américains. "Science-fiction" est dans la même lignée que le titre d'ouverture, mais plus tourmenté encore. Puis vient le magnifique répit de "Wonderful life", subtile toile d'araignée sonore qui joue sur le va-et-vient stéréophonique pour nous ensorceler par ses échos infinis. "Technology" est un travail musical "à la chaîne" tempéré par l'ajout de ces cordes synthétiques si touchantes dont le style "detroit" s'est fait une spécialité. Rythmiques plus complexes et plus syncopées de "They were", ambiances planantes de "Landcruising", pulsations multicolores et distorsions festives de "Einbahn", appel lancé à Ralph et Florian à vingt ans d'intervalle, samba futuriste de "One day soon" aux harmonies pleines de nostalgie, et pour terminer ce disque remarquablement homogène quoiqu'un peu rebutant aux premières écoutes, l'apaisement du mélodieux (mais toujours tranchant) "Home entertainment". Fin de cette petite virée ; on coupe le contact ; les passagers sont priés de descendre et de bien refermer les portières derrière eux.

note       Publiée le mardi 19 avril 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Landcruising" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Landcruising".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Landcruising".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Landcruising".

(N°6) Envoyez un message privé à(N°6)
avatar

Je connais que la version "The Album Formerly Know As...", mais je confirme l'excellence du machin et de la piste pré-citée en particulier.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht Envoyez un message privé àWotzenknecht
avatar

Ca alors il est là depuis 15 ans ce Landcruising !! Tout le monde doit écouter au moins une fois 'Mind of a machine', surtout les amateurs de synthwave. Quel trip.

Note donnée au disque :