Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSpk › Zamia Lehmanni (songs of byzantine flowers)

Spk › Zamia Lehmanni (songs of byzantine flowers)

9 titres - 48:19 min

  • 1/Invocation (to secular heresies)
  • 2/Palms crossed in sorrow
  • 3/Romanz in moll (romance in a minor key)
  • 4/In the dying moments
  • 5/In flagrante delicto
  • 6/Alocasia Metallica
  • 7/Necropolis
  • 8/The Garden of Earthly Delights
  • 9/The doctrine of eternal ice

enregistrement

Enregistré et produit par Graeme Revell, Australie, 1985-1986 ; réédition et remaster par Brian Williams (Lustmord)

line up

Graeme Revell (tous les instruments), Sinan (chants sur 4, 6 & 8), Jan Thornton (chant sur 5), Choeurs de l'Ancienne Eglise Orthodoxe russe de la Sainte Annonciation-Assomption de Sidney (sur 1 & 4)

remarques

Réédition CD supervisée par Brian Lustmord

chronique

Styles
ambient

Après avoir vrillé les tympans des fans d'indus de la première heure aux début des années 80 avec des attentats sonores encore inégalés, puis flirté avec le business en sortant une abominable merde (Voodoo age machine), Graeme Revell, alors seul aux commandes de cet incroyable projet des antipodes, accouche de ce qui est tout simplement le chef-d'oeuvre de la musique dark et ambient. Le thème en est la culture byzantine (développement de l'Empire Romain fin du IVème siècle - 1453 en Orient), et son influence sur l'art symboliste et décadent, sur ses subtilités et ses excès. Le livret abonde d'ailleurs en citations d'auteurs tels que Huysmans, Mallarmé, Baudelaire, Lautréamont et autres Beckett, comme pour signifier l'étendue infinie de cette culture...mais ce disque est avant tout une véritable invitation au voyage, à la rêverie, mais par des chemins tortueux, comme si l'âme devait se décharger avant de trouver la sérénité (la trouve-t-elle vraiment ?)...Un chef-d'oeuvre intemporel, malgré ses références marquées, que beaucoup considèrent encore comme la référence en la matière (Raison d'Etre, Sephiroth, Letum...). Ne passez surtout pas à côté de ces rivages perdus, de ces senteurs âcres et inoubliables d'un exotisme infernal. Pour ma part, il y a longtemps que je n'en ai pas bougé...

note       Publiée le mardi 6 novembre 2001

partagez 'Zamia Lehmanni (songs of byzantine flowers)' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Zamia Lehmanni (songs of byzantine flowers)"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Zamia Lehmanni (songs of byzantine flowers)".

ajoutez une note sur : "Zamia Lehmanni (songs of byzantine flowers)"

Note moyenne :        27 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Zamia Lehmanni (songs of byzantine flowers)".

ajoutez un commentaire sur : "Zamia Lehmanni (songs of byzantine flowers)"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Zamia Lehmanni (songs of byzantine flowers)".

sergent_BUCK › vendredi 13 janvier 2017 - 04:15  message privé !
avatar

J'en suis, merci du tuyau !

Note donnée au disque :       
Hazincourt › jeudi 12 janvier 2017 - 16:19  message privé !

Si vous aimez ce superbe album, je vous conseille l'écoute de "Paradiso (Amsterdam 30/05/1987)" un bootlegs au son très cool sous titré "Zamia Lehmanni live" et qui possède une version hargneuse de Crack!.

Note donnée au disque :       
Coste › lundi 28 septembre 2015 - 20:40  message privé !

Je découvre enfin. On dirait un parfait gemischt entre Eno et Lustmord.

The Gloth › samedi 29 novembre 2014 - 22:58  message privé !

Inspiration de J.K. Huysmans en effet : le Zamia Lehmanni et l'Alocasia Metallica sont deux des variétés de plantes que Des Esseintes se fait livrer, dans le chapitre de "A Rebours" où il collecte des végétaux qui ressemblent à tout sauf à des plantes.

Note donnée au disque :       
ricccco › jeudi 22 novembre 2012 - 15:35  message privé !

mon préferé de spk et de loin