Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCan › Future days

Can › Future days

  • 1989 • Spoon CD009 • 1 CD

4 titres - 41:04 min

  • 1/ Future Days (9:32)
  • 2/ Spray (8:29)
  • 3/ Moonshake (3:04)
  • 4/ Bel Air (19:53)

enregistrement

Inner Space Studio, Cologne, Allemagne, 1973

line up

Holger Czukay (basse), Michael Karoli (guitare, violon), Jaki Liebezeit (batterie, percussions), Irmin Schmidt (claviers), Damo Suzuki (chant)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
psychédélique > kraut rock

Voici venir l'album le plus introspectif de toute la carrière de Can. J'entends souvent parler d'Isis ces derniers temps ; beaucoup se sont laissés séduire par leurs longues plages épiques et leurs guitares acérées. En réalité, ils n'ont fait qu'ajouter le volume sonore et l'aspect métal au post rock. Et le post rock, en somme, n'a fait que remettre au goût du jour la formule que Can avait adopté dès ses premiers enregistrements et qui, à mon humble avis, trouve sur "Future Days" son aboutissement. La rytmique reste toujours aussi prépondérante ; "Moonshake" est en fait le seul titre qui nous ramène à l'esthétique de "Tago Mago" ou "Ege Bamyasi". Parce qu'en d'autres endroits, l'album semble couvert d'un épais nuage de brume, seulement interrompu par ce morceau court où la batterie est, une fois encore, bien mise en évidence dans le mix. Bien sûr, elle est toujours bien présente sur "Spray" ou "Bel Air", mais elle est nettement plus en retrait, Jaki Liebezeit adoptant un jeu enfin plus proche du langage jazz dont il s'est abondamment nourri. Tout ceci permet donc au groupe de s'échapper quelque peu de la routine habituelle, créant au passage une musique qui gagne encore plus en densité. "Future Days" et le titre "Bel Air" en particulier réussissent le pari de donner le jour à une musique planante, quasi ambient même, dotée cependant de toute la force, la puissance et le pouvoir de suggestion des musiques amplifiées que nous adorons aussi. Sur "Bel Air", le potentiel du groupe est intelligemment et patiemment contenu au travers de toute une série de séquences cinématiques nocturnes qui dégénèrent peu à peu, six minutes avant la fin arrêtée à vingt minute, s'abandonnant à diverses digressions disharmonieuses avant de plonger dans un silence de mort d'où émergera une dernière fois le thème principal. Damo Suzuki, dont c'est la dernière apparition en compagnie de Can avant de s'en aller rejoindre les Témoins de Jéhovah (!), nous délivre une interprétation à la mesure de toute la retenue affichée par l'ensemble du groupe, prodiguant quelques lignes mélodiques aussi immédiatement attachantes que des berceuses pour enfants. Album controversé qui partage ses admirateurs chevronnés, je compte bien entendu parmi ceux qui plébiscitent, et plutôt deux fois qu'une, ce "Future Days" faussement serein.

note       Publiée le mardi 19 avril 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • sergent_BUCK
  • zugal21
  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Future days" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Future days".

notes

Note moyenne        38 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Future days".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Future days".

Coltranophile Envoyez un message privé àColtranophile

Même si "Tago Mago" reste le pilier de leur discographie à mon sens, en tant que sommet et dépassement du psychédélisme (ou d'un certain psychédélisme), celui-ci est parfait pour son ambiguïté, sa sortie du cadre. "Spray" aurait pu figurer sur un album de Miles de la même époque et "Bel Air" a des accents shoegaziens avant l'heure. Le tout est délicieusement vénéneux.

Note donnée au disque :       
sergent_BUCK Envoyez un message privé àsergent_BUCK
avatar

Et après Vision Creation Newsun, ce sera celui là, pour faire réattérir les esgourdes. Quoique, ça risque de me faire ressortir le coffre à concerts, et là je suis reparti pour 15h non-stop, haha !

Note donnée au disque :       
Reflection Envoyez un message privé àReflection

D'accord avec le commentaire de Dariev... le disque parfait pour de (très) chaudes après-midi (je le trouve solaire) sans but précis... Le temps ne semble plus avoir d'importance une fois ce disque posé sur la platine.

Note donnée au disque :       
dariev stands Envoyez un message privé àdariev stands
avatar

alors celui là, c'est un bon disque de canicule nocturne, ou de froid polaire, c'est selon. En tout cas ils sont dans des sphères connues d'eux seuls. Nettement au dessus de Ege Bamyasi (déjà fabuleux) en ce qui me concerne... Et tellement unique...

Note donnée au disque :       
Fryer Envoyez un message privé àFryer  Fryer est en ligne !

Vaporeux c'est une bon résumé. Hyper surpris lors des premières écoutes, je pensais à des mauvais mp3.