Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCan › Monster movie

Can › Monster movie

  • 1989 • Spoon CD004 • 1 CD

4 titres - 37:37 min

  • 1/ Father Cannot Yell (7:01)
  • 2/ Mary, Mary So Contrary (4:16)
  • 3/ Outside My Door (4:06)
  • 4/ You Doo Right (20:14)

enregistrement

Schloss Noervenich Studio, Cologne, Allemagne, 1969

line up

Holger Czukay (basse), Michael Karoli (guitare), Jaki Liebezeit (batterie), Malcolm Mooney (chant), Irmin Schmidt (claviers)

remarques

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
psychédélique > kraut rock

Ce n'est qu'en 1972, quand l'offensive de groupes comme Neu!, Faust, Kraftwerk et Tangerine Dream ne pouvait plus passer inaperçue dans les charts anglais, qu'on inventa le terme "kraüt rock" pour mieux délimiter l'étendue de l'hémorragie musicale en provenance de Bavière. En réalité, la plupart de ces groupes existaient déjà depuis la fin des années soixante mais sans l'aide de structures indépendantes qui se professionalisaient peu à peu (les labels Brain, Ohr, etc...), une telle déferlante n'aurait tout simplement jamais pu voir le jour. Je l'ai déjà dis je pense, et je le redirais s'il le faut ; l'année 1969 nous a livré une quantité anormalement élevée de disques aux esthétiques différentes qui allaient devenir des bornes référentielles pour les décennies à venir. Oui, "Monster Movie", au même titre que "Trout Mask Replica", "In The Court of the Crimson King" et "In A Silent Way", pour ne citer qu'eux, est de ces disques là ; un disque étalon. Malgré un style original qui n'appartient qu'à lui, suggérant peut-être un slam avant l'heure, le chanteur Malcolm Mooney ne va pas faire long feu ; il reviendra pourtant pour une date unique à la reformation du groupe en... 1989 ! Le style Can, quant à lui, est déjà d'une incroyable mâturité sur ce premier effort. C'est bien simple, tout est là : les rythmiques tribales, les fumées colorées qui s'échappent des synthétiseurs d'Irmin Schmidt toujours à la pointe de la recherche sonore ("Father Cannot Yell"), les parties de guitare vicieuses de Michael Karoli qui, il faut bien le dire, préfigure le jeu malsain d'un Robert Fripp encore trop timide au sein de King Crimson, comme l'atteste l'irresistible montée de "Mary, Mary So Contrary". Et puis, il y a "You Doo Right", premier gros pavé de musique post psychédélique ; vingt minutes d'un beat entêtant et répétitif qui entraîne l'auditeur avec le groupe dans une spirale sans fin où les couches de sons divers se superposent. Ce titre ambitieux n'est malheureusement pas le plus réussi du lot, mais laisse présager d'autres explorations à venir d'une teneur nettement plus explosive. "Monster Movie" demeure un excellent album, même si deux écoles s'affrontent sur l'apport du chanteur américain que certains ont tendance à dénigrer.

note       Publiée le mardi 19 avril 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Monster movie".

notes

Note moyenne        28 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Monster movie".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Monster movie".

Demonaz Vikernes › mardi 5 octobre 2021 - 10:43 Envoyez un message privé àDemonaz Vikernes

Une belle entrée en matière ce premier (!) album. La face A est absolument parfaite. Moins fan de la deuxième qui reste tout a fait convenable.

Note donnée au disque :       
Klarinetthor › jeudi 22 juin 2017 - 20:25 Envoyez un message privé àKlarinetthor

merci scissor, mais j'ai dejà tout dépensé en biere à 1,50 et en LP de punk à la fete de la musique.

Note donnée au disque :       
Scissor Man › jeudi 22 juin 2017 - 16:11 Envoyez un message privé àScissor Man

Tago mago déjà Out of stock. Bien joué !

WZX › jeudi 22 juin 2017 - 15:58 Envoyez un message privé àWZX

Commande passée du coup, Tago Mago + Ege Bamyasi + Future Days. Plus qu'à patienter. Merci les gars !

Scissor Man › jeudi 22 juin 2017 - 15:31 Envoyez un message privé àScissor Man

Oui c'est tout ce qu'il y a d'officiel (Spoon/Mute), confirmé par les tôliers de Soundohm.