Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCrisis › Deathshead extermination

Crisis › Deathshead extermination

12 titres - 50:31 min

  • 1 Onslaught.
  • 2. Working Out The Graves
  • 3. Wretched
  • 4. The Watcher
  • 5. Deadfall
  • 6. Methodology
  • 7. Bloodlines
  • 8. Nowhere But Lost
  • 9. Different Ways Of Decay
  • 10. Prisoner Scavenger
  • 11. 2 Minutes Hate
  • 12. Aftermath

enregistrement

Smash studios, NYC, octobre 1995.

line up

Fred Waring (batterie), Karyn Crisis (vocaux), Gia Chuan Wang (basse), Afzaal Nasiruddeen (guitare).

remarques

chronique

Crisis se range dans une catégorie de formations atypiques. De celles qui proposent une vision résolument décalée des choses, et qui ne rencontrent quelque succès qu'auprès d'une frange de fans ultra-avertis néanmoins prêts à les défendre jusque couteau sous la gorge, les autres se contentant pleinement de ne pas connaître les groupes, et/ou d'avoir tenté l'expérience sans gagner ultérieurement les rangs de ces mêmes die-hard fans sus-évoqués, mais en rangeant sagement tout de même le fruit de leurs écoutes dans la case "impose le respect" de leur hémisphère mélomane. En l'occurence, la raison est simple : la musique de Crisis est ULTRA difficile d'approche/d'accroche. Le groupe joue un hybride metal / hardcore avec des riffs aiguisés, tranchants, généralement mid-tempos et perpétuellement changeants. Son originalité supplémentaire est d'avoir la super-personnalité de "she's fucking mad!"-Karyn aux vocaux, qui de son chant ultra technique et fascinant, passe de beuglements distordus- à de courtes mélopées mélodiques- à des raclements de gorge de déterré- à des hurlements hardcore perfides- en moins de temps qu'il ne faut pour le dire, et vient voler la vedette au reste de groupe. La prod' est très très claire et aérée, et ne met les prouesses de la demoiselle que plus en avant. Le souci est qu'au final, les morceaux se résument souvent à un déballage gutturo-buccal barré source intarrissable d'hallucinations, et que les autres musiciens se retrouvent dans la globalité plus qu'effacés. De fait, passées quelques compos, si vous n'accrochez pas plus que ça, overdose assurée. Bref. Vous tenez de toute façon là une entité dont la réputation n'est plus/pas à faire, et qui rentre parfaitement dans le cadre du tableau de formations trop barrées, non-efficaces et personnelles pour pouvoir véritablement percer un jour en Europe que je suis en train de vous dépeindre, ce qui en soi, devrait suffir à attirer/détourner votre attention , et ce sans que j'ai besoin d'en dire plus. Alea jacta machin truc...

note       Publiée le dimanche 10 avril 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Deathshead extermination".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Deathshead extermination".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Deathshead extermination".

Reflebe › samedi 18 juillet 2015 - 09:03  message privé !

Découvert sur le tard, mon ressentie est à l'inverse de la chronique : je trouve cet album efficace tout en étant aventureux, plein de bonnes idées sur le plan vocal, jamais redondant, plutôt en avance sur son temps, bien produit...

Bernard › mercredi 13 avril 2005 - 11:31  message privé !
Découvrir cet album aujourd'hui doit être un peu hardu. L'approche musicale pas facile d'accès et la production qui pourrait paraitre un peu datée... 2/6, c'est un peu dur quand même... Mais je ne suis peut-être pas totalement objectif suivant ce que fait le groupe depuis le milieu des années 90... Décourvers grâce aux BNR metal pages...
Note donnée au disque :       
Møjo › lundi 11 avril 2005 - 16:41  message privé !
Ahaha, faut appeler jol aussi, il viendra m'éviscérer pour son Paramæcium =). Ceci posé, je suis aussi parfaitement dispo à défendre ce groupe becs et ongles ! (dans le bon sens, je veux dire). Même si ce n'est pas ce que laisse sous entendre ma chro...
maarnaden › lundi 11 avril 2005 - 16:37  message privé !
héhéhé... Ben, demain, 13h, place de la République (dans le parterre de fleurs, y a pas de fontaine), je viens défendre cet album, le couteau sous la gorge :)))
Note donnée au disque :       
To_live › lundi 11 avril 2005 - 14:35  message privé !
la seconde phrase de la chronique est assez ardue à comprendre :D