Vous êtes ici › Les groupes / artistesEEtron Fou Leloublan › Batelages

Etron Fou Leloublan › Batelages

5 titres - 42:38 min

  • 1/ L'Amulette et le Petit Rabbin (18:08)
  • 2/ Sololo Brigida (3:19)
  • 3/ Yvett'Blouse (0:27)
  • 4/ Madame Richard / Larika (9:24)
  • 5/ Histoire de Graine (11:20)

enregistrement

Paris, novembre 1976

line up

Ferdinand Richard (basse, chant), Chris Chanet (saxophone, chant), Guigou Chenevier (percussions, choeurs)

remarques

chronique

Styles
ovni inclassable
progressif
rock in opposition
Styles personnels
rock in opposition > chanson française

Les arpèges de guitare qui ouvrent "L'amulette et le petit rabin" ne laissent en rien présager de la nature profondément iconoclaste de cette formation française au nom improbable. Peut-être les plus dignes représentants de la scène Rock in Opposition, avant tout pour leur esprit frondeur et ouvertement anarchique, Etron Fou Leloublan a tout simplement instantanément remis au goût du jour le dadaïsme musical, comme pouvait le pratiquer à sa manière leur compatriote Albert Marcoeur. Et c'est bien de ce côté là en effet qu'il faut alors s'orienter pour tenter de trouver un point de comparaison viable : Captain Beefheart, Zappa, mais aussi Henry Cow ou Samla Mammas Manna. Poésie surréaliste, rythmiques dégingandées, foutoir magnifique... La musique d'Etron Fou Leloublan est vivante, et donc bordélique. Soudainement, on se souvient que Soft Machine, quand il avait débuté, ressemblait un peu à ça. Des chansonnettes allumées dont il est parfois difficile de suivre le fil. Faites vous à l'idée qu'Etron Fou Leloublan, c'est autrement plus compliqué. Autrement plus extrême comme manifeste dada. La spontanéité, l'authenticité prévalent sur tout ce qui, dans sa petite mort, est d'habitude prévisible. Derrière une production sommaire qui n'autorise pas les nuances, "Batelages" est un corps sec qui s'agite sous les convuslions de quelques instruments arrache-coeur ; basse, saxophone et une brigade de percussions hétéroclites secouées par Guigou Chenevier, sans oublier ce chant théâtral unique qui, de Chris Chanet sur le premier titre, ou de Ferdinand Richard sur le malsain "Histoire de Graine", transforment ces élucubrations rarement mélodiques, et rarement intelligibles aussi, en saynettes fantasques où tout semble permis. Les Etron Fou Leloublan n'usurpent personne sur la marchandise ; ce sont des saltimbanques dont les acrobaties et les tours de passe-passe laisseront plus d'un spectateur hébété.

note       Publiée le jeudi 7 avril 2005

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "Batelages" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "Batelages".

notes

Note moyenne        4 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "Batelages".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "Batelages".

Grandgousier Envoyez un message privé àGrandgousier

D'ailleurs je l'avais pas noté celui-là. Il me fait toujours autant d'effet. Dommage que tous ces groupes français soient autant restés dans l'ombre.

Note donnée au disque :       
The Gloth Envoyez un message privé àThe Gloth

De très bons passages, mais mélangés à un peu trop de couillonnades qui rendent l'ensemble un peu indigeste.

torquemada Envoyez un message privé àtorquemada

Bon début, bien barré. La suite sera supérieure.

Note donnée au disque :       
empreznor Envoyez un message privé àempreznor
Non, mais c'est fou ce nom! Et puis 5 chros en plus, bien caché par des 3 ou des 4