Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMJackie McLean › Demon's dance

Jackie McLean › Demon's dance

6 titres - 36:24 min

  • 1/ Demon's Dance (7:10)
  • 2/ Toyland (5:24)
  • 3/ Boo Ann's Grand (6:59)
  • 4/ Sweet Love of Mine (6:05)
  • 5/ Floogeh (5:23)
  • 6/ Message From Trane (5:29)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 22 décembre 1967

line up

Jack Dejohnette (batterie), Scott Holt (contrebasse), Lamont Johnson (piano), Jackie Mclean (saxophone alto), Woody Shaw (trompette)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné 24-bit japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
post bop > avant garde

Ne vous fiez pas à la pochette. Non, ce n'est pas du jazz électrique. C'est encore moins du prog... C'est du jazz, et du jazz modal tout ce qu'il y a de plus évident, dans tout ce qu'il a de plus fascinant. Comme si après "New and Old Gospel" et "'bout Soul", Jackie McLean se sentait obligé de revenir à quelque chose de plus mesuré, de plus raisonnable. Pour cette ultime session Blue Note, il reconduit la fine équipe qui l'accompagne maintenant depuis le début de l'année 1967. Et il est amusant de constater que ce changement peut se symboliser par le départ de l'emblématique Rashied Ali, batteur au sein du second quartette de John Coltrane aux côtés de son épouse Alice, Pharoah Sanders et Jimmy Garrison, au profit du plus souple Jack DeJohnette, promis lui aussi à un bel avenir, même si sous des cieux nettement moins tumultueux. DeJohnette réintroduit le swing et l'élégance dans la musique de McLean qui ne s'en était jamais vraiment acquitté, sauf tout dernièrement. Pour une fois, ce sont les titres de McLean, jusqu'ici ayant pris le pli de se laisser mener par les compositions de ses pairs (Moncur III, Willis, Tolliver) qui possèdent ce charme instantanément trouble. Et à dire vrai, seule la plage titre fait montre encore de cette fascination pour une écriture résolument moderne et ses assertions free. Le trompettiste Woody Shaw, très en verve tout au long de la session, apporte des compositions solides qui renouent avec le hard bop d'antant malgré une progression thématique propre à l'écriture modale, et cette remarque est surtout valable pour le dynamique "Boo Ann's Grand". Puisque McLean semble revenir ici à un discours empreint de plus de sentimentalisme, il signe peut-être ici son tour de piste ultime avec l'émouvant "Toyland" au solo profond et habité. D'une qualité indiscutable, "Demon's Dance" clôt en beauté le parcours discographique exemplaire de Jackie McLean au sein du label Blue Note, dont l'exigence d'écriture et d'esthétisme rejoignent ceux qui ont fait la réputation du second quintette de Miles Davis.

note       Publiée le jeudi 7 avril 2005

partagez 'Demon's dance' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Demon's dance"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Demon's dance".

ajoutez une note sur : "Demon's dance"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Demon's dance".

ajoutez un commentaire sur : "Demon's dance"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Demon's dance".