Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMJackie McLean › One step beyond

Jackie McLean › One step beyond

4 titres - 37:05 min

  • 1/ Saturday and Sunday (10:25)
  • 2/ Frankenstein (7:25)
  • 3/ Blue Rondo (4:45)
  • 4/ Ghost Town (14:30)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 30 avril 1963

line up

Bobby Hutcherson (vibraphone), Eddie Khan (contrebasse), Jackie Mclean (saxophone alto), Grachan Moncur Iii (trombone), Tony Williams (batterie)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné 24-bit japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
post bop > jazz modal

Maintenant que le verrou a sauté, le temps est effectivement venu d'aller sans doute un pas plus loin... Exit le piano avec lequel il a flirté pendant longtemps. Exit aussi tout autre soliste capable de s'exprimer dans la même gamme d'émotions. McLean cherche à présent à étoffer la sonorité de son combo par une singularité à toute épreuve. Le vibraphoniste Bobby Hutcherson va devenir pour quelques disques un des éléments les plus perturbateurs de cet univers, donnant à ces abstractions un goût d'étrange. Mais on ne soulignera jamais assez l'apport crucial du tromboniste Grachan Moncur III qui partage la plume avec McLean. Si ce dernier a l'occasion de consolider son mode d'écriture de plus en plus fouillé tout en s'évertuant à s'écarter d'une formulation classique, les titres apportés sur un plateau d'argent par le tromboniste viennent en complément idéal à l'approche du saxophoniste ("Frankenstein", "Ghost Town"). Le hard bop d'autrefois ("Let Freedom Ring", c'était il y a un an à peine) cède définitivement sa place au jazz modal avec ce que cela implique comme zone d'ombres et autres installation d'ambiances où rester évasif s'élève au rang d'art absolu. Pour compléter la formation, la section rythmique voit débarquer aux côtés du contrebassiste Eddie Khan un tout jeune Tony Williams qui n'a même pas encore fait ses classes chez Miles Davis. "Let Freedom Ring" fût un des disques les plus innovants de l'écurie Blue Note en cela qu'il fût celui par lequel le changement se voyait offrir une porte d'entrée. "One Step Beyond" ouvre un boulevard entier dans lequel vont bientôt s'engouffrer à leur tour, outre Grachan Moncur III ("Evolution"), Bobby Hutcherson ("Components") et Tony Williams ("Life Time"), Andrew Hill ("Point of Departure"), Éric Dolphy ("Out to Lunch!"), mais aussi Herbie Hancock ("Inventions and Dimensions") ou Sam Rivers ("Contours"). A cette heure, Blue Note vit une nouvelle transition qui, en douceur, va transformer l'ancien repère des bopers en véritable vivier d'avant-gardiste chevronnés. Essentiel.

note       Publiée le jeudi 7 avril 2005

partagez 'One step beyond' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "One step beyond"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "One step beyond".

ajoutez une note sur : "One step beyond"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "One step beyond".

ajoutez un commentaire sur : "One step beyond"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "One step beyond".

Coltranophile › vendredi 12 décembre 2008 - 13:34  message privé !

Un disque à rapprocher clairement des deux Grachan Moncur sur Blue Note pour former une trilogie magique, aux couleurs étonnantes et aux reflets sombres. Sans doute le disque le plus étrange de McLean et un des plus beaux.

Note donnée au disque :