Vous êtes ici › Les groupes / artistesMJackie McLean › Swing swang swingin'

Jackie McLean › Swing swang swingin'

7 titres - 38:07 min

  • 1/ What's New? (5:19)
  • 2/ Let's Face the Music and Dance (4:51)
  • 3/ Stablemates (5:47)
  • 4/ I Remember You (5:16)
  • 5/ I Love You (5:11)
  • 6/ I'll Take Romance (5:46)
  • 7/ 116th and Lenox (6:01)

enregistrement

Van Gelder Studio, Englewood Cliffs, New Jersey, USA, 2 octobre 1959

line up

Walter Bishop, Jr. (piano), Jimmy Garrison (contrebasse), Jackie Mclean (saxophone alto), Art Taylor (batterie)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné 24-bit japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
hard bop

Les disques de Jackie McLean sur Blue Note vont dans un premier temps se suivre sans heurts, sans reformulation drastique de sa grammaire. En l'espace de trois ans, de "New Soil" à "A Fickle Sonance", faisant appel aux nombreux musiciens émérites de l'écurie de Alfred Lion, parmi lesquels les fidèles Paul Chambers et Pete La Roca, McLean va experimenter des formules différentes, de quartette en sextet. "Swing Swang Swingin'" est un des rares enregistrements de l'époque où ces deux fidèles compères n'apparaissent pas, un des rares également où McLean joue dans une formation restreinte. Par conséquent, tout le loisir nous est donné d'apprécier toute la candeur du saxophoniste, livré à lui-même face à un groupe où basse, batterie et piano martèlent le tempo pour lui assurer une solide assise dynamique. Le swing, toujours. Pour finir, la particularité première de "Swing Swang Swingin'" est peut-être bien son entière dévotion aux nombreux standards que le saxophoniste visite ici, "116th and Lenox" étant sa seule composition personnelle des sept titres proposés. Bien entendu, il s'agit là du disque type qui ne pourra pas séduire au premier abord ceux qui ont déjà du mal avec l'idiome jazz. Pourtant, malgré l'exercice que d'aucun trouveront peut-être trop académique, l'interprétation de standards a toujours été un révélateur pour bon nombre de jazzmen quant à leur faculté à sublimer le ressenti. Ce qui est vrai pour Sonny Rollins ou John Coltrane l'est également pour Jackie McLean ; il parvient à donner une violence à ses solos, sans tenir compte outre mesure des notions d'architecture imposée, laissant exploser tout son lyrisme exacerbé dans des relectures habitées de titres que McLean à l'évidence apprécie ("Let's Face The Music and Dance", "I Love You"). Pas de dissonances. Pas encore... Mais déjà une énergie intérieure qui appele à plus de liberté et qui va s'employer, de disques en disques, à transgresser toutes les règles.

note       Publiée le jeudi 7 avril 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Swing swang swingin'".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Swing swang swingin'".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Swing swang swingin'".