Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRSteve Reich (b.1936) › Different trains / Electric counterpoint

Steve Reich (b.1936) › Different trains / Electric counterpoint

cd • 6 titres • 41:36 min

  • Different Trains
  • 1America - Before the War8:59
  • 2Europe - During the War7:31
  • 3After the war10:20
  • Electric Counterpoint
  • 4Fast6:51
  • 5Slow3:21
  • 6Fast4:29

enregistrement

Different trains : Russian Hill Recording, San Francisco, du 31 août au 9 septembre 1988. Electric counterpoint : Power Station, New-York, du 26 septembre au 1er octobre 1987.

line up

Hank Dutt (Kronos Quartet) (alto), David Harrington (Kronos Quartet) (violon), Joan Jeanrenaud (Kronos Quartet) (violoncelle), Kronos Quartet, Pat Metheny (guitare sur Electric Couterpoint), John Sherba (Kronos Quartet) (violon)

remarques

chronique

"Different Trains" est une des œuvres les plus expérimentales du compositeur américain, ce qui ne l’empêche pas d’être personnelle jusqu’à l’intime, et émouvante, voire bouleversante par moments. La démarche est unique : Reich (lui-même juif, rappelons-le) a recueilli des témoignages de rescapés de camps de concentration nazis (emmenés là par les trains spéciaux allemands auxquels le titre de l’œuvre fait allusion), puis il a prélevé quelques phrases prononcées, leur a fait raconter une histoire (qui se confond avec la "grande" histoire : Before/During/After the war) et a "traduit" ces samples de voix parlée en brefs motifs musicaux, lesquels sont aussitôt repris par un quatuor à cordes, dans un entrelacs assez fascinant où se mêlent des rythmiques répétitives évoquant des trains qui roulent, ainsi que quelques échantillons sonores de roues mordant l'acier des rails, locomotives à vapeur, sifflets, sirènes de guerre… L'énergie cinétique engendrée par la répétition des motifs, qui fait défiler un paysage en perpétuelle mutation, entraîne fatalement l'auditeur ; l'attention est en outre soutenue par de fréquents changements de vitesse, inaccoutumés chez Reich. Il est difficile de décrire autrement cette musique : il faut soi-même tenter l’expérience et accepter de se mettre dans la posture d’écoute adéquate pour entrer dans cette oeuvre, où les témoignages historiques générent directement le matériau musical. Avec un minimum de moyens, Steve Reich fait parfaitement alterner la joie avec les moments les plus tragiques et les plus pathétiques. Le sommet est atteint dans le troisième mouvement, irrésistible. Vers la toute fin de l'oeuvre, une rescapée se souvient d’une fillette juive qui avait réussi à émouvoir par son chant des soldats allemands… c'est poignant, avec une musique belle à pleurer. En complément, "Electric counterpoint", interprété par Pat Metheny à la guitare électrique au son clair, est une oeuvre beaucoup plus attendue (mais ça reste très bon quand même, bien sûr), dont la structure est la même que celle de "Music for 18 musicians" ou "Three movements"... Pat Metheny a enregistré 11 lignes de guitare successivement, et en joue une douzième en direct sur l'enregistrement mixé par Reich. La nouveauté vient du timbre cristallin de la guitare, qui donne une clarté inouïe à toute les lignes rythmiques et mélodiques. Dans le troisième mouvement, on entend des accords joués en live par le guitariste, qui donnent à l'ensemble un ton beaucoup plus humain.

note       Publiée le mercredi 6 avril 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Different trains / Electric counterpoint".

notes

Note moyenne        16 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Different trains / Electric counterpoint".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Different trains / Electric counterpoint".

Alfred le Pingouin › mardi 11 septembre 2018 - 20:04  message privé !

Ben moi plus le temps passe, plus je préfère les premiers Steve Reich... Là c'est trop je sais pas quoi, trop maniéré...

Note donnée au disque :       
(N°6) › mardi 11 septembre 2018 - 19:43  message privé !
avatar

On a le droit de trouver l'utilisation des samples, comment dire, un peu relou ? Electric Counterpoint est parfaitement magnifique cependant.

Spektr › dimanche 13 avril 2008 - 18:03  message privé !
Quel chance d'avoir pu trouver cette œuvre en vinyle, ça court pas les rues !
Note donnée au disque :       
Solvant › dimanche 7 octobre 2007 - 22:54  message privé !
Ah, ce disque !! Trouvé à ludwigshafen en 94, écouté & réécouté à Varsovie pendant 2 ans, revendu à Paris , revu dans un bac à promo à Amsterdam, recopié à Paris puis abandonné à mon ex partie vivre Londres. Vais-je lui courir après toute ma vie (au disque pas mon ex, quoique...)? D'autant plus que je ne l'ai jamais vraiment compris ce disque...
merci pour le fusil... › lundi 14 mai 2007 - 17:40  message privé !
cet album porte vraiment bien son nom : on a réellement l'impression d'être dans un train , les morceaux évoluant tels les paysages successifs que nous apercevons à travers la fenêtre du wagon. cet entralecement de note ,de voix et de bruits réels hypnotisent , porte l'auditeur...vraiment magnifique.
Note donnée au disque :