Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSiouxsie And The Banshees › Tinderbox

Siouxsie And The Banshees › Tinderbox

cd | 13 titres

  • 1 Candyman
  • 2 The sweetest chill
  • 3 This unrest
  • 4 Cities in dust
  • 5 Cannons
  • 6 Partys fall
  • 7 920
  • 8 Lands end
  • 9 The quarterdrawing of the dog
  • 10 An execution
  • 11 Lullaby
  • 12 Umbrella
  • 13 Cities in dust (extended version)

enregistrement

Hansa by the wall, mai 1985. Matrix, septembre 1985

line up

Budgie (batterie, pecussions), John Valentine Carruthers (guitare, clavier), Steven Severin (basse, clavier), Siouxsie (Siouxsie Sioux) (chant)

chronique

'Tinderbox' est un bon retour aux sources pour Siouxsie and the Banshees. J'entends par là que c'est un disque plus direct, moins produit et complexe au niveau des arrangements comparé aux excellents 'Kiss in a dreamhouse' et 'Hyaena'. Le son est principalement axé sur le principe batterie/ basse/ guitare mais du coup, cette combinaison est travaillée avec un soin particulier. Parallèlement, le ton général se veut plus sombre, moins sensuel et planant que sur les précédents opus. Les guitares sont torturées, glauques, malades, les parties de percussions sont riches au niveau des sonorités, la basse complète le tout, quant à Siouxsie, elle retrouve une forme de chant direct, un peu comme à ses débuts mais ses années d'expérience en plus, d'où une maturité de femme assumée. Plutôt dynamiques, les pièces dégagent un superbe feeling cold wave doublé d'éléments gothiques qui nous donnent quelques classiques comme le magnifique 'Cities in dust' ou le troublant et malsain 'Candyman'. Enfin, cette réédition cd propose pas moins de cinq titres bonus inédits, extraits notamment de faces B. L'élément vaut la peine d'être relevé, certaines de ces chansons étant d'une qualité impressionnante. Je citerais notamment 'An execution' qui reste l'un de mes favoris de Siouxsie and the Banshees...De par son jeu de basse, il rappelle celui des Cure époque 'Pornography', ce qui colle à merveille à son climat malsain qui monte progressivement pour éclater en grincements de guitare tandis que la diva nous fait le récit de l'éxecution et que le morceau se termine sur des atmosphères plus mélancoliques grâce à une touche de piano, une merveille ! J'aime également 'Umbrella' et son jeu de guitare maladif, un brin dissonnant; les autres pièces sont plus classiques mais de belle facture également. Du grand Siouxsie and the Banshees, ce qui est presque un pléonasme.

note       Publiée le lundi 4 avril 2005

partagez 'Tinderbox' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Tinderbox"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Tinderbox".

ajoutez une note sur : "Tinderbox"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tinderbox".

ajoutez un commentaire sur : "Tinderbox"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tinderbox".

bangster › mercredi 4 septembre 2019 - 19:19  message privé !

Album film noir là encore. Je rebondis aux messages de Born to gulo et Richard. Robert Smith était le barman de luxe des Banshees au studio abbey road en août 1982: il a donc pris des notes et cela lui a donné des idées. Par exemple, quand il a vu Siouxsie enregistrer seule les respirations haletantes que l'on entend en arrière plan tout au long du morceau Obsession, ce qui crée un côté suffocant et sexy à la fois; il a repris l'idée et décliner le procédé en 1985 sur Close to Me. The Snake Pit a un côté arabisant plus london des late sixties, Smith étant fan des Beatles, et aussi on le sait parce qu'il l'a... et des Stones de la période Beggars Banquet. Après sur Hyaena, il y a une espagnolade "Bring me the head of the preacher man", un an après, il met "The Blood" sur Head on the Door. En 1984, il reprenait le disco-rock SLowdive lors des soundchecks de la tournée the Top, en 1985 il compose le disco rock "Close to Me". Oui il y a des correspondances entre les deux groupes. Mais Pornography doit surtout beaucoup de choses à Join Hands, le côté batterie tribal lourd sur Hanging Garden / Figurehead vient tout droit des futs de "Icon", les bruits blanc de guitares viennent aussi en partie de Join Hands et un peu aussi de Juju. Après on pourrait aussi dire que Smith a peut-être eu l'envie de faire le titre Lovecats après avoir vu les Banshees enregistrer le jazzy "Cocoon" en août 1982. Smith a eu beaucoup d'influences diverses: en gros c'est la collision de Hendrix, les Beatles, Pink Floyd et Bowie pour le quatuor de têtes avec des pincées de Banshees, Wire, Joy Division et de là, il a créé son univers à lui.

Tinderbox est un très bon album, il a quasiment un son live.

born to gulo › mercredi 21 août 2019 - 16:59  message privé !

Tu en as parlé quelques heures après mon post à propos de ça, alors que tu n'avais pas commenté le disque depuis trois ans ; tu avoueras que ça prête à la perplexité.

Note donnée au disque :       
Richard › mercredi 21 août 2019 - 15:07  message privé !

Ou est-ce que je parle d'un rapport Pornography "The Snakepit" ?...Tinderbox et "The Snakepit" oui. Le passage de Smith chez les Banshees fin 1979 et durant la période 1982-1984 a comme tu le soulignes SEN laissé sans aucun doute des traces. Le côté psychédélique de A Kiss In The Dream House des Banshees et du projet The Glove se retrouve dans The Top sans compter "Six Different Ways" qui est une copie de "Swimming Horses".

Note donnée au disque :       
born to gulo › mercredi 21 août 2019 - 14:45  message privé !

Je ne vois pas bien le rapport entre The Top ou "The snakepit" et Pornography.

Note donnée au disque :       
Dioneo › mercredi 21 août 2019 - 14:31  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Dans les Banshees en tout cas ! (Dans Siouxsie... "Cela ne nous... regarde pas").