Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeine Lakaien › 1987

Deine Lakaien › 1987

cd | 11 titres

  • 1 Queue up for redemption
  • 2 Battle of the ghost
  • 3 Days gone by
  • 4 Reincarnation
  • 5 Flowers of love
  • 6 Mama, there's a ghost
  • 7 Love me to the end
  • 8 The pope
  • 9 Death-raft
  • 10 The executioner
  • 11 On the way to Narmada

extraits vidéo

  • Il y a des extraits vidéo pour ce disque. Vous devez être membre pour les télécharger : devenez membre.

line up

Alexander Veljanov (chant), Ernst Horn (claviers, production)

chronique

Styles
electro
gothique
dark wave
Styles personnels
dark wave

Comme son nom l'indique, s'il ne ressort que maintenant, ce disque date de 1987, ce qui en fait le second du duo teuton, une sorte de lien entre la dark wave froide et minimaliste de 'Deine Lakaien' et les sonorités plus sombres et étoffées de 'Dark star'. On retrouve d'ailleurs un certain nombre de chansons qui figureront sur ce dernier ('Days gone by', 'Reincarnation', 'Love me to the end'). Ce qui frappe sur les autres, c'est leur caractère sombre et décadent. Le timbre de Veljanov en vient parfois presque à évoquer le jeune Peter Murphy, notamment sur 'Battle of the ghost' qui sonne très éléctro batcave, entre ironie Halloween et théâtre macabre, surprenant et jouissif ! Niveau surprise, 'Queue up for redemption' n'est pas mal non plus. On commence par des sortes de chants grégoriens sur fond de grincements et de sonorités presque indus, avant de glisser vers des atmosphères cabaret ironiques et inquiétantes, puis ce sont des cuivres de fanfare qui s'imposent et le titre se termine en éléctro rythmé et expérimental. On savait Deine Lakaien créatifs et audacieux mais là, ils atteignent des sommets. 'Days gone by' et 'Reincarnation' sont très bons mais moins délirants. 'Flowers of love' malgré son titre est assez glauque, sur fond de nappes inquiétantes, vaguement Depeche modesques, chant caverneux...'Mama, there's a ghost' est plus électronique et tranchant dans ses sonorités mais plutôt efficace, assez décalé dans son feeling. 'The pope' s'il poursuit dans cette ligne électronique vaguement teintée d'ebm est plus noir dans ses climats (descentes inquiétantes, samples lourds...).'Death-raft' débute comme un rituel indien mais version éléctronique, jouissif au niveau rythmique. 'The executioner' est très lyrique avec ses envolées symphoniques très indus martiales, vraiment très bon. Le cd se conclut sur une touche mystique avec 'On the way to Naramada'. Ressortir ce disque était une idée brillante car il présente une face méconnue et très intéressante du duo, plus torturée et délirante que de coutume. Visiblement, il a souhaité conserver les pièces les plus accessibles pour 'Dark star' mais il eût été très dommage de ne jamais pouvoir écouter le reste. A noter la somptueuse présentation avec digipack dans un mini coffret avec trois livrets de photos d'art sur beau papier; un achat indispensable !

note       Publiée le vendredi 1 avril 2005

partagez '1987' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "1987"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "1987".

ajoutez une note sur : "1987"

Note moyenne :        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "1987".

ajoutez un commentaire sur : "1987"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "1987".