Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSPierre Schaeffer & Pierre Henry › Symphonie pour un homme seul

Pierre Schaeffer & Pierre Henry › Symphonie pour un homme seul

  • 2000 • Philips 464533-2 • 1 CD

19 titres - 71:54 min

  • SYMPHONIE POUR UN HOMME SEUL - 1/ Prosopopée 1 (2:53) - 2/ Partita (1:10) - 3/ Valse (0:54) - 4/ Erotica (1:17) - 5/ Scherzo (2:29) - 6/ Collectif (0:55) - 7/ Prosopopée 2 (0:58) - 8/ Eroïca (1:51) - 9/ Apostrophe (2:20) - 10/ Intermezzo (1:53) - 11/ Cadence (1:05) - 12/ Strette (2:58) - 13 à 19/ LE VOYAGE

enregistrement

1949-1950, au Studio d'Essai de la RTF sur 4 platines de disques souples (avant la mise en service du magnétophone). Réalisation par Pierre Henry de la version définitive en juin 1951.

line up

Pierre Schaeffer (réalisation sonore), Pierre Henry (réalisation sonore, piano préparé).

remarques

"Le voyage", du seul Pierre Henry, qui constitue la seconde partie de ce disque, est chroniqué à part.
Il s'agit du premier volume (disponible séparément) du coffret Mix 02.0. Il y a 4 coffrets "Mix" (16 disques au total) qui constituent une anthologie de l'oeuvre de Pierre Henry conçue par le compositeur lui-même.

chronique

Voilà, c'est là que tout a commencé. Nous sommes au sortir de la seconde guerre mondiale, en 1949. Il y a encore des tickets de rationnement en France. Tout est à reconstruire, si possible en faisant du passé table rase. C'est ce qu'on s'emploie à faire, partout, en musique comme dans d'autres domaines... Une poignée de jeunes compositeurs de vingt ans à peine trouve son viatique dans le langage dodécaphonique de la deuxième école de Vienne (Schönberg, Berg, Webern), et décide d'appliquer la loi des séries à tous les paramètres du son. On cherche, on veut tout révolutionner, dans tous les sens. Le vieux solfège est périmé ? Qu'à cela ne tienne, on en créera un nouveau. Parallèlement à la montée de la musique sérielle (mais rien n'est encore figé à l'époque, il n'y a pas encore de "clans"), un ingénieur, Pierre Schaeffer, invente un solfège de l'objet sonore, pour donner de nouveaux outils de composition aux maîtres de demain, quels qu'ils soient. C'est ainsi que naît, presque incidemment, la musique concrète, qui tire sa matière sonore de sons "réels" enregistrés, et qu'on distingue donc de la musique électronique pure, qui fabrique elle-même ses sons, à partir de machines (pas encore très faciles à manipuler à l'époque). Tout ça dans un joyeux foutoir d'expérimentations en tous genres (pour la plupart pénibles à écouter aujourd'hui). J'imagine bien Pierre Schaeffer en petit laborantin excité, faire joujou avec ses tourne-disques (eh oui, le premier DJ de l'histoire, c'est lui...) Tout content de son invention, il espère bien la refiler à tous ses confrères. Alors, pour se faire bien connaître, il décide de composer une oeuvre d'envergure, pour laquelle il va requérir l'aide de son jeune poulain, Pierre Henry, qui fracasse avec maestria son piano préparé... La "Symphonie pour un homme seul" (qui porte ainsi bien mal son titre) est née, et en écoutant ça aujourd'hui, on se dit que non, décidément, à l'époque, ils ne devaient vraiment pas s'ennuyer. Le son est assez mauvais, mais peu importe. Les enchaînements de samples tous plus délirants les uns que les autres (voix de speakerines passées à l'envers, petits couinements érotiques accélérés et montés en boucle, vociférations de Paul Claudel...) alternent avec les arpèges dissonants au piano préparé, qui, sous la main de Pierre Henry, fait pleinement valoir son titre d'instrument à percussion. C'est une musique insouciante, immature, et qui surtout (ô miracle !) ne se prend jamais trop au sérieux. Fraîcheur exquise, humour délicieux, bric-à-brac bordélique et ébouriffant... Pourquoi passer à côté de cette oeuvre fondatrice ?

note       Publiée le jeudi 17 mars 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Symphonie pour un homme seul".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Symphonie pour un homme seul".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Symphonie pour un homme seul".

karaboudjan › mardi 18 décembre 2012 - 21:46  message privé !

Ruez-vous si vous ne le connaissez pas sur le coffret réédité par l'Ina « Pierre Schaeffer, l'œuvre musicale », qui comprend entre autres la symphonie ici chroniquée. Il y a là-dedans des choses de toute beauté. Non content d'avoir créé un nouveau genre musical, on dirait presque sans y toucher, en effet, Pierre Schaeffer a montré dès l'origine qu'on pouvait en faire quelque chose de magnifique, en jouant sans cesse avec une bizarrerie incroyable. Puis, quelle finesse, chez ce bonhomme, quelle intelligence ! A écouter absolument l'Etude aux chemins de fer (on la trouve sur YouTube) ou celle aux casseroles (dite « pathétique ») ! Révolutionnaire, c'est le mot, pas galvaudé, pour une fois...

Note donnée au disque :       
mangetout › jeudi 5 février 2009 - 16:20  message privé !

Même après moult écoutes (désolé) je lui trouve encore un pouvoir de fascination sans équivalent, est-ce parce qu'elle est "chargé" historiquement ?
En définitive je ne le crois pas, c'est bien en elle-même, par ses qualités propres, que cette symphonie d'un genre nouveau, opère, son insouciance, sa fraicheur, son sens de l'évocation, son abstraction même et ce pour une musique qui se dit "concrète" - nous ne sommes qu'au début des paradoxes et Pierre Schaeffer s'en explique très bien et simplement dans son Que sais-je ? sur la musique concrète - en font paradoxalement sa force aujourd'hui encore.
"eh oui, le premier DJ de l'histoire, c'est lui" rien à ajouter, si ce n'est que l'utilisation des platines est ici révolutionnaire au(x) sens premier(s) du terme.

CeluiDuDehors › vendredi 26 août 2005 - 15:31  message privé !
Ouais c'est clairement fun comme projet! Pas de prise de tête bien que la qualité sonore soit déjà très élaborée...un petit moment d'anarchie et de défoulement! Toujours appréciable même si sur la longueur c'est assez vite chiant...(après moults écoutes j'entend).
saïmone › vendredi 26 août 2005 - 14:48  message privé !
avatar
Du Ground Zero 50 ans avant... Magistral
Note donnée au disque :       
saïmone › samedi 16 avril 2005 - 19:25  message privé !
avatar
Une pierre angulaire, a écouter pour comprendre la démarche de Yoshihide, avec son Ground Zero notamment (et surtout "Revolutionary..."). Même humour, même trip samples noise, du fun, du bordel, bref, Henry est vraiment un boss.
Note donnée au disque :