Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRRoxy Music › Country life

Roxy Music › Country life

10 titres - 41:49 min

  • 1/ The thrill of it all (6:22)
  • 2/ Three and nine (4:01)
  • 3/ All I want is you (2:52)
  • 4/ Out of the blue (4:45)
  • 5/ If it takes all night (3:09)
  • 6/ Bitter sweet (4:49)
  • 7/ Triptych (3:09)
  • 8/ Casanova (3:23)
  • 9/ A really good time (3:43)
  • 10/ Prairie rose (5:07)

enregistrement

Air Studios, Londres, été 1974.

line up

Bryan Ferry (voix, claviers), John Gustafson (basse), Eddie Jobson (cordes, claviers, synthétiseurs), Andrew Mackay (hautbois, saxophone), Phil Manzanera (guitare), Paul Thompson (batterie)

chronique

Styles
rock
pop
Styles personnels
art rock/pop décadente

Qui l'eût cru ? Après le classicisme pop de "Stranded", on croyait Roxy Music sans Eno définitivement perdu pour la cause, et puis voilà-t-il pas qu'ils nous reviennent avec un quatrième album (en trois ans) qui renverse tout sur son passage, comme si après les délires expérimentaux des débuts et la perfection formelle un peu trop sage de leur troisième opus, les hommes de Bryan Ferry avaient réussi à tirer en peu de temps le meilleur de toutes les expériences passées, pour nous proposer ce "Country life", dont les ambiguités sexuelles de la couverture suffisent déjà à montrer d'une manière délicieuse l'anti-conformisme de la musique qu'il recèle, même si l’on ne revient pas tout à fait à la folie des débuts. Ca démarre très fort, comme d'habitude chez eux, avec "The thrill of il all" : on croit que ce sera le seul morceau renversant, mais non, tout le reste est à l'avenant : les accents démentiels de la basse de John Gustafson sur "Out of the blue", dont la distorsion progressive fait de ce titre d'anthologie une musique presque planante ; la tristesse de "Bitter sweet", qui se noie dans les accents très "Kurt Weil" d'un refrain tordu à souhait, le délire pseudo-baroque de "Triptych", avec clavecin, tambour et hautbois de rigueur ; les délicats arrangements de cordes de "A really good time", et puis, clou de ce décadent spectacle, les accents de country-pour-rire du très sexuel "Praire rose". Ha... écouter les membres du groupe sussurer en choeur "texasss..." est un grand moment. Le saxophone ironique de Mackay et et la piquante guitare de Phil Manzanera (qui prêtera encore occasionnellement main forte à Brian Eno) sont encore là pour que la mayonnaise prenne. Même les titres plus conventionnels, "Three and nine", "All I want is you" ou "If it takes all night" sont de petits bijoux, qui souvent ne manquent pas d'humour. Après cet album, dernier sursaut d'orgueil, Roxy Music ne fera plus jamais de bon disque. Il y aura "Siren" et son tube "Love is the drug" ; le début d'une carrière solo de crooner bien trop conventionnel pour Bryan Ferry ; puis une catastrophique reformation du groupe (mais juteuse sur le plan commercial) dans les années 1980, avec "Avalon" et autres trucs du même acabit, la bande-son parfaite pour un cocktail mondain avec toats, champagne et foie gras. Adieu donc, groupe de barges qui fit mes délices. Sniff.

note       Publiée le samedi 12 mars 2005

partagez 'Country life' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Country life"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Country life".

ajoutez une note sur : "Country life"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Country life".

ajoutez un commentaire sur : "Country life"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Country life".

Potters field › mercredi 8 juillet 2009 - 17:20  message privé !

l'envie se profile d'un weekend à la campagne...

ellington › lundi 6 avril 2009 - 06:19  message privé !

A cette époque , nos grands frères avaient le blues : Lennon et Townsend avaient décreté que le dream était over et Giscard disait tout pareil .Du coup , la musique était-elle le bon véhicule pour la révolution , blahblahblah . Mais pour nous , les petits , Ferry avait rappelé la doctrine d'Elvis et Jerry Lee : la musique est le bon véhicule pour le SEXE . Le sexe en rève pour l'instant mais sur scène , le grand Bryan nous coachait . Fini , le spleen baudelairien de leurs beaux albums : le groupe jouait comme s'il fallait foutre la trouille aux Stooges , et Bryan était le feu qui nous consumait , les garçons comme les filles .C'est lui , personne d'autre , qui apprendra aux futurs punks anglais qu'on met une cravate pour foncer dans le tas . La vulgarité avec classe , la pochette est claire là dessus . Bien plus tard , il sera un vieux Dean Martin qui se dandine avec nonchalence à l'Olympia mais ne jugez pas sévèrement : the thrill of it all , ca a existé.

Note donnée au disque :       
Schtroumpf Grognon › dimanche 15 juillet 2007 - 18:12  message privé !
Je l'aime pas trop celui-là... On dirait "Stranded" mais en surproduit, en fait...
Note donnée au disque :       
mangetout › samedi 8 avril 2006 - 17:20  message privé !
J'aime bien la deuxième partie de carrière de ROXY MUSIC certes trés différente des années 1972-76. Je trouve que l'alliance légèreté, sophistication, décadance et humour se retrouve bien sur les albums "Manifesto", "Flesh and blood" ou "Avalon" mais c'est vrai que c'est un autre groupe ! Musique pour cocktail mondain, oui tout à fait ! "Same old scene" sacré morceau à la douleur bien présente...