Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPremiata Forneria Marconi › Storia di un minuto

Premiata Forneria Marconi › Storia di un minuto

7 titres - 34:34 min

  • 1/ Introduzione (1:10)
  • 2/ Impressioni di Settembre (5:44)
  • 3/ E' Festa (4:52)
  • 4/ Dove... Quando... [Parte I] (4:08)
  • 5/ Dove... Quando... [Parte II] (6:00)
  • 6/ La Carrozza di Hans (6:46)
  • 7/ Grazie Davvero (5:52)

enregistrement

Studio Fonorama, Milan, Italie, 1971

line up

Franz Di Cioccio (batterie,Moog, choeurs), Franco Mussida (guitare acoustique et électrique, guitare douze cordes, mandoline, voix), Mauro Pagani (flûte, violon), Giorgio Piazza (basse, voix), Flavio Premoli (orgue, piano à queue, mellotron, Moog, voix)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
symphonique

Les champêtres Premiata Forneria Marconi sont comme une tendre sucrerie qui se laisse fondre en bouche. Trois premiers albums intenses et vrais, animés d'un romantisme à fleur de peau, comme la troisième symphonie de Beethoven. Ou presque. Une lente et détaillée exploration d'une tristesse infinie qui nous habite, qui nous fait souffrir mais qui nous définit aussi. Après s'être fait remarquer, dans un premier temps, en adaptant sur scène certains des titres les plus emblématiques du mythique "In The Court of The Crimson King", le groupe de Franco Mussida s'attèle à l'écriture de son premier album, fait de titres originaux. On retrouve cette mélancolie qui nous innondait à l'écoute de titres comme "I Talk to The Wind" ou "Epitaph", mais sur "Storia di Un Minuto", PFM dompte à merveille ses pulsions et parvient à contenir l'effet d'esbrouffe et de grandiloquence que génèrent habituellement ce type d'oeuvre. Premiata Forneria Marconi reste modeste et se distingue par des arrangements très fins où prédomine l'acoustique (le superbe violon de Mauro Pagani, les envolées de Mussida à la guitare douze cordes sur la première partie de "Dove... Quando", et le piano majestueux de Flavio Premoli). Tout concourt en réalité à faire de PFM le pendant le plus fidèle et le rival le plus sérieux du Genesis de "Selling England by The Pound". Mais PFM sait également faire monter la pression et créer des univers fantasmagoriques, comme sur "La Carrozza di Hans", où des riffs de guitare appuyés appelent un chorus de violon doublé de sa couche de mellotron obligatoire. "Storia di Un Minuto" est un disque entier car imprégné d'une même atmosphère dans laquelle l'auditeur se laissera volontiers bercer, près de l'âtre. Un peu démonstratif par moments, comme pu l'être par ailleurs le premier Emerson, Lake and Palmer, mais sans jamais négliger la musicalité de l'oeuvre, il s'agit là d'un disque fort recommandable auprès de tous les amateurs de musiques authentiques, qu'elles aient ou non ce petit goût surrané propre au courant progressif.

note       Publiée le vendredi 11 mars 2005

partagez 'Storia di un minuto' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Storia di un minuto"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Storia di un minuto".

ajoutez une note sur : "Storia di un minuto"

Note moyenne :        10 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Storia di un minuto".

ajoutez un commentaire sur : "Storia di un minuto"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Storia di un minuto".

mangetout › lundi 4 avril 2016 - 15:32  message privé !

Une véritable pièce de choix cet album, crimsonien certes, mais à la séduction toute en délicatesse faite de dentelle sonore et d'atmosphères sophistiquées, aidée en cela par une production parfaite. Un petit Jésus en culotte de velours !

Jean Pierre Moko › mardi 16 décembre 2014 - 20:01  message privé !

Masterpiece.

Note donnée au disque :       
Aladdin_Sane › samedi 22 septembre 2012 - 23:00  message privé !

"Impressioni di settembre" fait toujours son petit effet...

Note donnée au disque :       
franmart › lundi 19 septembre 2011 - 10:55  message privé !

tres tres bon premier disque pleins de fraicheur et d'un je ne sais quoi de romantisme sans doute du au origines italiennes du groupe mais le meilleur est a venir !!

Note donnée au disque :       
Coltranophile › jeudi 11 février 2010 - 13:43  message privé !

Une bourde qui fait tâche: "E' Festa". Une fois ce morceau oublié, c'est un chef d'oeuvre. La flûte à la fin de "Dove...Quando..." est superbe (toute la suite est fascinante, même dans son début médiévale). "La Carrozza Di Hans" est d'une grande richesse. "Impressioni....": tout le monde l'a dit est un bijou, digne d'un "Epitaph".

Note donnée au disque :