Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesACraig Armstrong › The Space Between Us

Craig Armstrong › The Space Between Us

  • 1997 • Virgin CDSAD3 7243 8 44979 2 7 • 1 CD

cd • 12 titres • 58:31 min

  • 1Weather Storm6:03
  • 2This Love6:26
  • 3Sly II5:17
  • 4After The Storm5:08
  • 5Laura's Theme5:26
  • 6My Father2:03
  • 7Balcony Scene [Romeo and Juliet]5:17
  • 8Rise4:24
  • 9Glasgow5:19
  • 10Let's Go Out Tonight5:58 [reprise de The Blue Nile]
  • 11Childhood5:42
  • 12Hymn1:20

enregistrement

enregistré à Olympic, Mayfair, Westside, Angel et Air Studios à Londres ; Christchurch Studios à Bristol et Ca Va Studios à Glasgow

line up

Marius De Vries (programmation), Craig Armstrong (piano, arrangement et direction des cordes, programmation), Elisabeth Fraser (voix sur "This Love"), Paul Buchanan (voix sur "Let's Go Out Tonight"), Richard T. Norris (programmation), London Session Orchestra

remarques

chronique

Voici le premier album solo de Craig Armstrong, sorti sur le label de Massive Attack, à l'époque où il faisait les arrangements de cordes pour le groupe de Bristol (période "Protection"). Je me souviens avoir été très impressionné, lors de sa sortie, par l'atmosphère que dégageait cet écrin de cordes, à la fois douce et solennelle ; par des mélodies chatoyantes, atteignant un lyrisme parfois douloureux, jamais racoleur, le tout scandé par des beats sombres et pesants. Aujourd'hui, j'aurais plutôt tendance à revoir mon jugement à la baisse. Certains titres, comme ce "Laura's Theme", décidément trop inspiré du "Mépris" de Georges Delerue, ou encore la soyeuse guimauve de "Balcony Scene" (extrait du film "Romeo and Juliet") ne trouvent plus grâce à mes oreilles : il y a trop de sucre là-dedans et ç'en est écoeurant, Craig Armstrong peine à trouver une véritable carte d'identité sonore, et le manque d'originalité de ces compositions, malgré une certaine beauté intrinsèque, me les rend ennuyeuses. De même, "Weather Storm", compo destinée au deuxième album de Massive Attack et reprise en ouverture de ce disque, ne se détache pas, malgré son titre, de ce romantisme mielleux, et cela même si certaines mélodies se vissent dans votre crâne pour n'en plus sortir par la suite. Les tentatives au piano solo, sans être totalement convaincantes, impriment toutefois l'attachement d'Armstrong à son instrument de prédilection, qui est présent de manière plus ou moins envahissante sur presque tous les titres de cet album ("Hymn" conclut le disque avec une solennité et une sobriété impressionnantes). Avec "Sly II", plus surprenant, imprimant tour à tour le relachement et la tension, on se rapproche nettement de l'univers angoissant de Bernard Hermann, compositeur des plus célèbres musiques de film d'Hitchcock, mais sans toucher toutefois à l'aspect urgent ou tragique de la musique de ce dernier, bien que "Glasgow", avec ses intrigants glissandi de cordes, son orageuse mélancolie, et "Childhood", qui distille une ambiance oppressante coupée par quelques bouffées d'oxygène, soient loin de démériter. Non, c'est encore avec les morceaux chantés que, à mon sens, Craig Armstrong parvient véritablement à rehausser le niveau de cet album, à le rendre digne des David Sylvian ou des This Mortal Coil dont il s'inspire : la voix de Liz Fraser doublant voluptueusement l'écrin de cordes sur "This Love", ou le lyrisme envoûtant de "Let's Go Out Tonight", ballade chantée par Paul Buchanan, rendent le mieux justice au travail de l'Ecossais, faisant la balance entre l'intimité des voix et la gravité imposante de l'orchestre, soutenue par une rythmique électro qui se pose sans efforts.

note       Publiée le lundi 28 février 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "The Space Between Us".

notes

Note moyenne        9 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The Space Between Us".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The Space Between Us".

(N°6) › dimanche 22 novembre 2020 - 12:52  message privé !
avatar

Le compagnon de Protection un peu, d'ailleurs Armstrong revisite deux titres. J'avais un peu oublié à quel point ça coule tout seul (beaucoup mieux que son suivant), malgré les extraits de BO de films dont par ailleurs je me contrecarre. "After the Storm" et puis surtout les inquiétants "Rise" et "Glasgow" (hyper glauque) sont des perles de trip-hop instrumental très très cinématographiques. Et puis "This Love" avec Liz motherfucking Fraser, un an avant "Teardrop" (finaud l'écossais), et la reprise de Blue Nile avec Buchanan himself au chant, c'est quand même la grosse classe. Belle coda aussi, beaucoup plus atmosphérique et minimale (genre BO de Solaris ou d'un truc dans le genre), laissant derrière le côté hyper-dramatique de certains morceaux (Laura's theme, non, pas celui de Twin Peaks). Très automnal, très changement d'heure (vers plus de nuit)...

Note donnée au disque :       
Coltranophile › vendredi 11 décembre 2009 - 16:49  message privé !

La seule chose marquante de ce disque est l'étonnant "Let's Go Out Tonight" (qui avait été utilisé assez bien dans un épisode de Six Feet Under). Ca sonne comme devrait sonner un morceau d'adieu et d'amour à la fois.

Note donnée au disque :       
dakota › jeudi 10 mai 2007 - 19:23  message privé !
Bref, Craig Armstrong est à conseiller aux amateurs de musiques peu sombres et pas expérimentales pour un sou et qui n'ont pas les oreilles trop sensibles (ça doit se trouver, peut-être pas sur guts). Bon, je mets 3. C'est que je l'aime bien le petit Craig Armstrong en fait. Mais il pêche par son manque flagrant d'originalité. et son trop plein de sucre glace. et. Bon. Je retourne m'écouter les Cocteau Twins.
Note donnée au disque :       
dakota › jeudi 10 mai 2007 - 19:23  message privé !
Voyons voir... cet album n'est pas foncièrement désagréable, juste un peu horripilant. C'est sûr, à force d'entendre du Craig Armstrong un peu partout sur le petit écran (on pense à This Love et à Rise notamment) c'est difficile de se détacher de ce matraquage, et apprécier Craig Armstrong à sa juste valeur devient somme toute assez compliqué. Ce que je reproche principalement à cet album : trop mièvre, trop passe partout. Entre l'affligeant This Love (je suis désolée pour Liz Fraser) et autres Balcony Scene et Let's Go Out Tonight, quel dégoulinage ! Sans compter les deux morceaux piano qui sont légèrement insignifiants : My Father et Hymn I. Alors en fait, que reste-il ? le sublime Weather Storm en ouverture (qui faisait naître de jolies promesses, unique morceau indispensable de ce disque), Laura's Theme qui tient la route pour une nomination à une BO de Michael Nyman, tout comme le (hélas) trop rabâché Rise (foutue télévision !). A noter que Glasgow (plutôt réussi même si le theme principal fini par tourner en rond, ça manque de développement tout ça) paraît largement inspiré du O Venezia Venaga Venusia de Nino Rota (sans cependant lui arriver à la cheville, héhé).
Note donnée au disque :       
theclitmaster › mercredi 2 mars 2005 - 09:59  message privé !
mmmh.... Rise, This love et Sly II, l'album vaut le coup, mais je reconnais que certains morceaux sont vraiment trop mièvres. Let's go out tonight est également excellente, personnellement, ça me fait penser au travail de Rob Dougan.
Note donnée au disque :