Vous êtes ici › Les groupes / artistesFForest Of Shadows › Departure

Forest Of Shadows › Departure

5 titres - 61:05 min

  • 1/ Sleeping death (16:55)
  • 2/ November dream (10:42)
  • 3/ Bleak dominion (5:18)
  • 4/ Open wound (13:52)
  • 5/ Departure (14:15)

extraits audio

  • Il y a des extraits audio pour ce disque. Vous devez être membre pour les écouter : devenez membre.

line up

Niclas Frohagen (tout)

remarques

chronique

Styles
metal atmosphérique
metal extrême
doom metal
Styles personnels
melancolique

La sensibilité, il ya des fois je me demande la signification réelle de ce mot. Car ce "Departure", je l'ai vu se faire défoncer ailleurs, et pourtant, je dois bien l'avouer, je l'aime beaucoup ce disque... Un peu comme le "Discouraged ones" (dans un autre style) de Katatonia, le disque ne paye pas de mine, mais il sait toucher l'auditeur. Il se montre maladroit parfois, mais cela tient plus de la maladresse attendrissante qu'autre chose, tant tout ceci est fait dans une harmonie globale réellement impressionante. En fait le plus gros "défaut" de cet album réside dans sa classification abusive dans le genre Doom. Et vu le tas d'intégristes là-dedans, les chiens n'ont pas tardé à être lachés. Alors que tout ceci soit clair. Forest Of Shadows comporte clairement des éléments doom : lenteur du tempo, gros chant death caverneux, ambiances funèbres et lourdes (en opposition avec d'autres plus calmes, le plus souvent), mais je rapprocherai beaucoup plus ce projet des vieux Empyrium que de Skepticism... Ainsi, "Departure" se révèle être un album à la mélancolie palpable, installant immédiatement une ambiance sombre, triste, feutrée dans lequel Niclas peut déclamer ses textes (je dois l'avouer cliché mais intéressant) dans un registre à la fois clair et hurlée dans la grande trdition doom/death. On notera d'ailleurs la particularité de ce chant clair, renvoyant immédiatement à Katatonia pour son aspect "non maîtrisé" mais efficace pour autant, et sa facilité à coller de longs refrains (plusieurs minutes sur "Departure") qui restent dans la tête des jours durant... Derrière cela, tout est mi en place pour créer des atmosphères criantes de mélancolies : claviers en nappes, mélodies douces (parfois un peu naisies avouons le), dans une tradition très Empyrium, tempo lent ou moyen, tout est là pour créer des espèces de longues ballades (elles frisent toutes le quart d'heure !) respirant le désespoir... Le genre de disque qui vous inspire immédiatement l'automne, les ballades dans une forêt humide, calme et apaisée. Tout ceci s'énerve souvent, prenant alors une direction doom/death claire, dans laquelle claviers et guitares ne font plus qu'un pour offrir des envolées se montrant parfois vraiment remarquables... Bref, difficile d'épiloguer longtemps dessus. "Departure", malgré ses quelques défauts ("Sleeping death au démarrage bien trop lent, passages un peu niais) se révèle être un disque plus que prenant par son atmosphère communicative, mélancolique à souhait, facile à digérer une fois le travail des premières écoutes fait, et à mon sens ce que j'ai entendu de mieux dans ce style délaissé par Empyrium après la sortie de "Songs of moor & misty fields" (dans une approche différente tout de même). Un disque recommandable pour tous nostalgique de leur monde rêvé. "Departure" peut les y emmener... Aaaah ce "Daylight left..." ne me lâche plus...

note       Publiée le lundi 28 février 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Departure".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Departure".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Departure".

pokemonslaughter › samedi 23 septembre 2006 - 21:51 Envoyez un message privé àpokemonslaughter
avatar
putain ce disque me fait presque mal à l'écoute... Merde, ce disque me touche réellement.. troublant.
Note donnée au disque :       
Chris › dimanche 6 mars 2005 - 18:04 Envoyez un message privé àChris
avatar
J'ai également bien apprécié ce disque... Lourd et mélancolique à souhait...
Note donnée au disque :