Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesXXtatika › tongue bath

Xtatika › tongue bath

  • 2001 • Tzadik TZ 7701 • 1 CD

cd • 10 titres

  • 1Sick Fuck
  • 2Immolation
  • 3Manic Holiday
  • 4Taking the Angel
  • 5Ghost Dance
  • 6Gone
  • 7Malady
  • 8Kut: Out in the Woods, it’s 3 AM
  • 9Tongue
  • 10Sunfire

enregistrement

BC Studios, Brooklyn, février - mars 2001

line up

Kyungwook Jung (Changgo, Kwenggari, Tinsya), Haena Kim (Chant, Kwenggari, Tinsya), Vongku Pak (Puk, Kwenggari, Changgo, Bowls), Masaki Yamagata (Basse, Ebow)

remarques

chronique

Styles
rock
ovni inclassable
Styles personnels
incantatoire

Xtatika est un groupe surprenant, ces coréens n'utilisent que le strict minimum du rock, à savoir une basse électrique au son très dirty rock, des percussions coréennes en tout genre et un chant passant de la pop à l'incantatoire comme l'eau sur les plumes d'un canard. Les rythmiques menées par les deux percussionnistes sont souvent très tribales, cérémonielles, procurant un effet tout à fait particulier à la musique. La basse donne quand à elle un côté hyper rock 'n' roll au groupe, avec des lignes qui pourraient figurer sur pas mal de B.O. de films réalisés par Q. Tarantino. Mais le centre de tout, la colonne vertébrale du groupe reste sans conteste, la chanteuse, Haena Kim, avec des vocaux qui passent d'un univers à l'autre au cours d'une même chanson ; ainsi d'une chansonnette aux accents sucrés, on se retrouve propulsé dans un univers beaucoup plus inquiétant sans même s'en être rendu compte. Voilà donc un album ambitieux, qui ne devrait pas décevoir ceux qui n'ont pas peur d'explorer de nouveaux paysages musicaux, la qualité des compositions et inspirations étant bel et bien là.

note       Publiée le mercredi 23 février 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "tongue bath".

notes

Note moyenne        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "tongue bath".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "tongue bath".

Eliphas › samedi 4 septembre 2010 - 20:55  message privé !

Je le réécoute à l'instant, c'est toujours autant bon, une teinte étrangère tout en étant étrangement familier. Le rapprochement avec Diamanda Galas est d'ailleurs très pertinent.

Note donnée au disque :       
Dioneo › mercredi 29 avril 2009 - 16:58  message privé !
avatar

Par moments, c'est frappant.

Et puis ailleurs, c'est ailleurs.

Note donnée au disque :       
Seb de Super › mercredi 29 avril 2009 - 16:51  message privé !

Pour la voix ca se rapproche pas mal de Lydia Lunch

Dioneo › mercredi 29 avril 2009 - 14:44  message privé !
avatar

Par contre, la pub zornienne 'Pansori via Nine Inch Nails' nuit pas mal à l'approche du disque, je trouve.

Clairement, des techniques sont repiquées au trad' coréen (dans la voix et les percus) mais le format n'est pas du tout le même (une performance de pansori peut durer plusieurs heures pour un seul 'tableau') et l'optique est plus, comment dire... Presque fun en fait. Rock'n'Roll en nœuds de nerfs, voilà.

Et je n'y entends vraiment pas grand-chose de Reznor. À la rigueur, plutôt du Diamanda (en moins fissurant et plus pragmatiquement sexuel), voire des délires à la Nina Hagen ou même Lene Lovitch (en beaucoup moins bubble-gum, hein, faut pas déconner tout à fait !).

En fait non, pas exactement... J'ai l'impression que toute comparaison préalable abîme les premières écoutes - encore plus ici que pour pas mal de disques.

Donc voilà. Tambours électriques, Salope Hystérique, Riffs Dépenaillés. À la rigueur Lydia Lunch, version non-susurrée.

Bref, j'aime assez. Mon goût sous-terrain pour les Wrestling Dominas, peut-être.

Note donnée au disque :       
Walter Benjamin › jeudi 10 avril 2008 - 02:06  message privé !
L'écoute d'un disque de trad' coréen pur et dur rapelle celui-ci à mon (bon) souvenir. A l'époque où j'étais presque riche -et maniaque des sorties Tzadik- j'avais acheté ce truc sans avoir aucune idée de ce que j'allais y trouver, sur la simple foi de sa pochette. Une femme et des cordes, des noms imprononçables et une ouverture titrée Sick Fuck : ça devait forcément me parler... N'empêche qu'à la première écoute j'ai pas tout compris ni vraiment adoré ; puis Ghost Dance m'a pris, on va dire par la main (ces percus languides, cet interminable résonance de cloche au bord du larsen et cette voix qui tourne lentement, tellement lentement autours de moi, bordel !) ; puis le reste a suivi. Curieux objet qui ne s'offre pas d'emblée, donc. Eh c'est tant mieux.
Note donnée au disque :