Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMorcrof › Trinitas primitiae opus

Morcrof › Trinitas primitiae opus

13 titres - 66:37 min

  • 1/ The judgement of demigod (pt2)
  • 2/ The last shadows of lost darkest paradise
  • 3/ The judgement of demigod (pt4)
  • 4/ Intro-inustus
  • 5/ Errante
  • 6/ The judgement of demigod (pt1)
  • 7/ From origin to dued cold
  • 8/ Empirico
  • 9/ The judgement of demigod (pt3)
  • 10/ The semen of the dead god
  • 11/ Portal the the knowledge/buried alive existence
  • 12/ Nihilism (prophetic conjecture)
  • 13/ Outro-... everything will be over end... (choir)

enregistrement

Produit par Morcrof. Enregistrements : Mk Sudio, Sao Paulo, 1995/1996. Pro-Studio, Sao Paulo, 1999/2000, et Novembre-décembre 2000. Ingénieurs : Cassio Martin, Plinio.

line up

Ludwick Schölzel (vocaux) ; Naitsirch C'Bontus (claviers et percussions); R'Bressan (guitares lead); Pétros Nilo (guitares lead et acoustiques); Paullus Moura (Basse, "High" vocals; batterie session sur 6;9;7;10); B.Genes Hajj-A (Batterie et chant sur 4;13;11;12); Feralis (batterie sur 1;2;3)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
Styles personnels
heavy/doom/black metal

Heavy, vieillot, peu rapide, très harmonique et allergique aux triples croches, Morcrof est pourtant bel et bien, avant tout, un groupe de black metal. A l'image du Nokturnal Mortum de "Twilight" et "Lunar", Morcrof mèle les vocaux black, death et désespérés, impose des riffs heavy et des ambiances clavier ténébreuses et grandioses. Unique en son genre, le groupe brésilien dégage une atmosphère incantatoire fascinante, portée par des accords sombres et sorciers, le doom, des soli de guitares qui semblent chercher le ciel, des claviers en velour aux harmonies occultes et des vocaux rampants, maléfiques et sournois. "Trinitas primitiae opus", multiple, riche et cohérent, regroupe les trois premières démos de la secte sud-américaine. Il nous promène de nocturnes de claviers et guitare acoustique en temples sacrificiels. La basse proéminente, les lieux d'atmosphères pures, abyssales et ritualistes, les longs hivers cosmiques de nappes de claviers sombres et cris réverbérés, le monumentalisme des synthés dramatiques, la noirceur simple et franche des guitares doomifiantes et heavy... Morcrof fait dans l'obscur, l'étrange et le mystère, avant de déverser sa masse de metal noir sur nos crânes inclinés, déjà voués aux ténèbres. Ni violence, ni fureur... pas de brutalité; "Trinitas primitiae opus" est une cérémonie, une messe avec ses psaumes, ses hautes élévations et ses silences dévôts, ses chuchotements secrets. Loin du metal basique, la basse et la batterie lorgnent vers l'ancien Opeth, le piano et les guitares acoutiques s'unissent dans la dentelle aux moments les plus sombres et parfois les plus forts de ces incantations. Les tournures mélodiques, les rythmiques s'en vont chercher entre culture ibérique et mystère, trouvant sur ce chemin les teintes et les parfums des nuits étranges de l'orient. Morcrof nous hante, de fresques sombres en interludes, livrant par cet album une conjonction unique de doom et d'occultisme, de heavy et d'incantations, de black sans agression.

note       Publiée le jeudi 10 février 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Trinitas primitiae opus".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Trinitas primitiae opus".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Trinitas primitiae opus".