Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesRPaul Roland › Happy families

Paul Roland › Happy families

  • 1988 • New rose Rose 163 CD • 1 CD

cd • 12 titres

  • 1The curate of Cheltenham
  • 2Journey to the Pole
  • 3Nursery crimes
  • 4Cousin Emilia
  • 5Builder of follys
  • 6The best years of our lives
  • 7Aunty
  • 8Animal crackers
  • 9Beau Brummel
  • 10Go down your murderers
  • 11I can't control myself
  • 12Captain Blood

enregistrement

Elsewhere Studios, Kent, Angleterre, du 15 au 22 août 1988.

line up

Paul Roland (chant, guitare sèche) Chris Randall (orgue, clavier, clavecin) Maurice Memmot (violons) John Gallagher (violoncelle)

remarques

chronique

Styles
folk
pop
Styles personnels
pop excentrique / cabaret / dark folk

Paul Roland est un troubadour des temps modernes, une sorte de conteur baroque dont les chansons fleurent bon les campagnes anglaises, les manoirs, les laboratoires secrets, les cimetières, les rêves de contrées mystérieuses. Notre homme dissimule en effet sous un flegme et une politesse toute britannique une fascination pour le monde de l'étrange, les excentriques et tout ce qui s'y rapporte. Rien de bien étonnant à ce que notre dandy ait fait de 'Happy families' (titre pour le moins ironique) une sorte d'hommage à moult excentriques britanniques de la période Victorienne (son domaine de prédilection en matière d'inspiration). Accompagné pour l'occasion du trio 'Windham Hill wind and string ensemble', il nous présente une galerie de personnages où défilent le Curé de Cheltenham, sorte d'hurluberlu devenu prêcheur et parti évangéliser les cannibales tandis que ceux-ci le nourrissaient en prévision d'un bon repas, un navigateur convaincu que la terre était creuse, Miss Amelia St-John, sorte d'exploratrice délicieusement excentrique, le roi des dandys (of course ! ) Beau brummel, Jim Evans pendu pour le meurtre de sa femme, et j'en passe. Et ce cher Paul Roland, dans une atmosphère mêlant cabaret baroque sur fond de cordes malicieuses, dark folk pour les parties de guitare sèche et fraîcheur pop, de nous conter ces histoires, un peu à la manière d'un Nick Cave, mais en moins glauque, avec plus d'ironie et de cynisme grinçant. Sur fond d'orgue solennel, il nous narre ses années de collège, les douches froides, les virées nocturnes, le goût de l'interdit qu'il qualifie narquoisement de 'Best years of our lives'; sur lit de violons mélancoliques, voilà étalée l'expédition vers le centre de la terre qui ne laissera pour unique trace qu'une 'ancre gelée et rouillée au Pôle'. Mentionnons encore les roulement de tambours de 'Go down your murderers' où l'on se demande qui est le plus coupable du pauvre Jim Evans pendu pour un crime dont il était innocent ou de ses juges, sans oublier les airs pop et cuivres gambadants qui semblent accompagner Miss Amelia St-John lors de ses randonnées à vélo sur les routes du Tibet ou encore le violon affolé de 'Nursery crimes' où la nounou, meilleure amie de son protégé lui enseigne nombre de trucs peu recommandables. Bref, une galerie haute en couleurs, à la fois légère et grinçante dans ses mélodies. De mon point de vue, peut-être pas le meilleure travail de Paul Roland mais une atmosphère assez typique du personnage...sooo darkly british !

note       Publiée le lundi 3 janvier 2005

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Happy families".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Happy families".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Happy families".

sebcircus › dimanche 28 octobre 2012 - 11:35  message privé !

La comparaison avec Ray Davis n'est pas totalement idiote, ils ont en commun un coté Dandy totalement assumé, une distance totalement brttish . Je dirais plutôt que Paul Roland est le Ray Davis de la fin du vingtième siècle.

Note donnée au disque :       
empreznor › jeudi 5 juillet 2007 - 21:08  message privé !
surtout ""musical"" MODE INROCKS ON j'ecoute les pipettes et Justice en boucle depuis 2 mois, le reste c'est de la merde OFF
Twilight › jeudi 5 juillet 2007 - 20:58  message privé !
avatar
Bien dit ! Les Inrocks, s'il fallait se fier à leur avis à ceux-là...
üflrü dü zbrrü › jeudi 5 juillet 2007 - 18:17  message privé !
les Inrocks? tu veux dire le pq illustré hebdomadaire pour jean pat et jean phill?
Gaylord › jeudi 5 juillet 2007 - 17:41  message privé !
Paul Roland est un grand, et pourtant il est si méconnu. Il a été décrit par les Inrocks comme le "Ray Davies du pauvre", mais rien n'est plus faux.
Note donnée au disque :