Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThinking Plague › A history of madness

Thinking Plague › A history of madness

12 titres - 55:13 min

  • 1/ Blown Apart (8:35)
  • 2/ Consolamentum (4:02)
  • 3/ Rapture of the Deep (5:59)
  • 4/ Gúdamy le Máyagot [An Phocainn Theard Deig] (2:54)
  • 5/ Marching as to War, No. 1 (1:22)
  • 6/ Our "Way of Life" and "War on Terra" (5:23)
  • 7/ Marching, No. 2 (0:41)
  • 8/ Least Aether for Saxophone & Le Gouffre (8:52)
  • 9/ The Underground Stream (6:02)
  • 10/ Marching, No. 3 (0:47)
  • 11/ Lux Lucet (9:36)
  • 12/ Marching, No. 4 [Reverie for the Children] (1:00)

enregistrement

Brave New Audio, Denver, Colorado & Mike's Cellar é Dave's Trailer, USA

line up

Mike Johnson (guitares et autres), Deborah Perry (chant), Dave Willey (basse, accordéon), David Shamrock (batterie, percussions), Mark Harris (saxophones, clarinette, flûte), Matt Mitchell (piano, harmonium, synthétiseur), Kent McLagan (contrebasse), Jean Harrison (fiddle), Ron Miles (trompette), David Kerman (percussions), Leslie Jordan (chant), Mark McCoin (samples)

chronique

Styles
progressif
rock in opposition
Styles personnels
avant prog > post rock in opposition

Les enfants terribles de l'avant-prog accouchent enfin difficilement du tant attendu successeur au fédérateur "In Extremis". Pas de doute, s'il fallait remettre les pendules à l'heure, cet imposant "A History of Madness" va définitivement geler les aiguilles de certains. Bien que les gars de Hamster Theater confirment leurs postes au sein du groupe et que le batteur des dynamiques Sleepytime Gorilla Museum ait été enrôlé, ce nouvel essai se débarasse de tout esthétisme rock à outrance, comme on avait pu le goûter sur leurs deux précédentes réalisations. L'autre incontestable revirement est le parti pris du presque tout acoustique qui renforce d'avantage l'aspect austère et sérieux d'une musique qui ne s'en est jamais cachée. Piano, instruments à vents, accordéon, guitare acoustique jouissent à intervalles réguliers de zones de silence propices à la libre expression de leur volonté à se jouer de l'harmonie en proposant des phrasés souvent anguleux. Quelques pièces flirtent avec les dix minutes dans un enchevêtrement inextriquable de thèmes à la complexité effarante, mais il est surtout à noter la forte présence d'interludes très concis, de trente secondes à trois minutes, transformant la visite de chacune des pièces de ce nouvel essai comme une visite méditative dans les sombres couloirs d'un édifice sacré. Après Bob Drake, c'est Dave Kerman qui semble s'apprêter à quitter définitivement le navire (il n'apparaît plus que sur deux titres). Ce qui n'empêche pas Mike Johnson, la plume et leader incontestable du groupe, de prouver qu'il n'a jamais eu besoin de personne pour concocter des ambiances malades, à rapprocher aujourd'hui, plus que jamais, de celles de Univers Zero. Reste à se demander au-delà de toute audace d'écriture, de recherche approfondie en terme de complexité d'écriture si ce genre d'album a vraiment du coeur à partager ou n'est-ce en définitive qu'une mise en abîme d'une autosatisfaction dont l'hermétisme récurrent finira peut-être un jour par venir à bout des plus téméraires.

note       Publiée le samedi 1 janvier 2005

partagez 'A history of madness' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "A history of madness"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "A history of madness".

ajoutez une note sur : "A history of madness"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A history of madness".

ajoutez un commentaire sur : "A history of madness"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A history of madness".

Dioneo › mardi 22 octobre 2013 - 20:45  message privé !
avatar

Bien tendu et tordu, ce truc là - "du RIO comme prog qui refuserait de prendre ses neuroleptiques", pour faire un raccourci. De la musique de chambre psychotique, du classique-contemporain qui s'est pris notre joli monde moderne en plein face et rétorque avec les nerfs et le cran qu'il faut pour ça... Plus j'écoute, plus j'y entre et j'adhère. (Bon, en même temps je sis ps et je me fous un peu de savoir si, comme ils disaient, les autres "les Cathares avaient raison" mais Con-so-la-men-tuuuum... m'avait déjà bien foutu dedans dès la première écoute.

Note donnée au disque :       
Bob Volte › mardi 25 septembre 2012 - 20:53  message privé !

Vu ce w-e au festival RIO à Carmaux, et oui thinking plague fait du thinking plague mais quelle claque, une virtuosité monstre et un plaisir de jouer bien palpable!!! A voir re-voir et ré-écouter!

bubble › vendredi 4 mai 2012 - 20:09  message privé !

Oui ! Decline and fall .. Il est super ! Plus frontal à la In Extremis ... Bon apres c'est du thinking plague quoi . Ca commence presqu'a tourner en rond . Mais bon c'est quand meme tres bon !

Aladdin_Sane › vendredi 4 mai 2012 - 16:19  message privé !

Réécouté hier. J'aime beaucoup l'ambiance "acoustique" de cet album. Un nouvel vient de sortir d'ailleurs, quelqu'un l'a t'il écouté ?

Note donnée au disque :       
torquemada › samedi 1 janvier 2005 - 16:54  message privé !
"post rock in opposition" : encore une bien belle étiquette ! PS : Mike Johnson, c'est pas celui de Dinosaur Jr et Mark Lanegan tout de même ?