Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesNNargaroth › Prosatanica shooting angels

Nargaroth › Prosatanica shooting angels

cd • 9 titres

  • 1Love is always over with ejaculation
  • 2Be dead or satanic
  • 3Satan industries
  • 4Thinking below the ocean
  • 5Black and blasphemic death metal
  • 6A tear in the face of satan
  • 7The dark side of the moon
  • 8Hunting season
  • 9I bring my harvest home

enregistrement

Enregistré en janvier février 2004.

line up

Kanwulf (voix, hache 5 cordes, arc 4 cordes et tout le bordel...)

remarques

chronique

Styles
metal extrême
black metal
Styles personnels
black metal

Nargaroth, ou la volonté farouche d'explorer les versants crus et spontanés, primitifs et essentiels du black metal. Après la claque guerrière, le morne dépressif poussé jusqu'à l'extrême de la linéarité dans le fascinant "Geliebt des regen", Kanwulf joue avec le vite fait, le mal mixé... en bref : il fait l'apologie de l'amateurisme. A tel point et à un tel degré qu'il déclare l'album comme étant anti Darkthrone et préfère parler de death metal comme aux premiers jour de Mayhem. On avait bien compris avec le temps que Kanwulf refusait névrotiquement la notion de formule, pour tenter une nouvelle approche du raw black à chaque livraison. Il ne s'agit pas simplement d'avoir un son pourri, des riffs basiques, des vocaux anarchiques et un mixage totalement approximatif : il faut faire de ces éléments les constituants premiers de la musique. Ainsi, après une intro grotesque qui ne fait que montrer les très très graves problèmes de Kanwulf et de sa libido, l'allemand balance sa nouvelle recherche, et contre toute attente, convainc une fois de plus. "Prosatanica..." possède une base sonore extrêmement sèche et pauvre : guitare sans dynamique, batterie aux fonds des chiottes, riffs simples et répétitifs qui n'hésitent pas à se vautrer dans la caricature simplist-old-true-raw-black-metal, vocaux toujours écorchés mais tour à tour parlés, hurlés, presque chantés à l'occasion, et variant d'une seconde à l'autre d'un mixage en retrait à une mise en avant totalement disproportionnée. Idem pour les guitares, qui surgissent tout à coup à la gueule à l'occasion de leads ou "soli" au son soudain plus cristallin et au mix explosif. Explosion, le mot est lâché. Ce n'est pas tant les mélodies des riffs que cette manière qu'ils ont de passer du garage au devant de la scène qui les rend si percutants. Ce n'est pas tant la voix de Kanwulf, extrême comme il se doit, que le manifeste bordel qui préside à son déroulement, ses allers et venues de la gueulante à la parlotte incoercible qui la rend entêtante, agressive et malsaine. Kanwulf avoue se foutre royalement de ses riffs, majoritairement improvisés au moment de l'enregistrement, il fait semblant de n'accorder aucune importance au son et à son rendu; Kanwulf, simplement, veut crier haut et fort qu'il se fout bien de notre gueule."I didn't spent much time for the creation. That's the way so called satanic art should created!". Mais il n'y a rien d'étonnant à ce qu'un homme aussi obsédé par l'aspect brut et spontané du black, au point d'en faire la raison d'être de son nouvel album et de le magnifier dans une production vraisemblablement extrêmement calculée, arrive bel et bien à faire de la musique, avec de la merde. Haineux bien sûr, froid comme le blizzard auquel le son se réfère, agressivité renforcée par le mépris de l'auditeur dont témoigne la démarche tout entière, "Prosatanica shooting angels" réussit, en 2004, à être une nouvelle incarnation du raw, du true, comme sans doute jamais auparavant. L'extrême reverb' de la voix se propage dans les oreilles comme une tempête de neige, les variations dynamiques excessives subliment les dynamiques des structures, les interludes black-metallo-ambient sont particulièrement à leur place ; Kanwulf démontre que ce type de black metal, le seul selon lui, est avant tout, avant les notes, avant le savoir, la technique et tout le reste, une affaire de volonté. La volonté de mal faire, de déplaire, de bâcler... la paradoxale volonté qui habite ceux qui se foutent vraiment de tout et de tout le monde. Ecouter cet album de Nargaroth c'est exactement comme bouffer de la cendre. C'est dire si certains risquent fort, et très légitimement, de ne pas aimer.

note       Publiée le mardi 28 décembre 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Prosatanica shooting angels".

notes

Note moyenne        14 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Prosatanica shooting angels".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Prosatanica shooting angels".

Demonaz Vikernes › mercredi 16 décembre 2015 - 13:51  message privé !

Moins mauvais que l'album précédent, et c'est a peu près sa seule qualité. Je garde "A tear in the face of satan" et c'est tout.

Note donnée au disque :       
Demonaz Vikernes › mercredi 15 avril 2009 - 17:03  message privé !

particulierement chiant. "Thinking below the ocean" et "A tear in the face of satan" sont neanmoins sympas. Le reste a oublier au plus vite

Note donnée au disque :       
fascination › samedi 14 octobre 2006 - 01:41  message privé !
No compromise...je vous dis qu'il faut tout prendre au second degré: http://www.youtube.com/watch?v=k_jqG6NlhPI&mode=related&search=
Note donnée au disque :       
Hamsterzilla › jeudi 3 août 2006 - 19:26  message privé !
Et bien je me fait chier en écoutant ce cd,je ne ressent pas ce que je pouvais éprouver sur Black Metal Ist Krieg...
Note donnée au disque :       
Brutal Sanglier › mercredi 13 avril 2005 - 22:46  message privé !
j'y retrouve l'ambiance TRVEissime que j'adore dans "BM ist krieg", très bonne livraison, un produit conforme à la marque ! certes Kanwulf est définitivement ridicule, mais il maîtrise son affaire impeccablement, un black de très haut niveau, voilà tout, et pis "A Tear In The Fesse Of Satan" est absolument fabuleuse.
Note donnée au disque :