Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCollection D'Arnell-Andrea › The bower of despair

Collection D'Arnell-Andrea › The bower of despair

cd • 11 titres

  • 1From Our Dark Side
  • 2The Spirits Of The Dead
  • 3Before I Die
  • 4Wild Trees
  • 5Dark Is Veiling My Dawn
  • 6All I Prayed, All I Need
  • 7Because Your Soul
  • 8Time Is Fallen
  • 9Doomed To Memories
  • 10Time Always Blows Away
  • 11Procession

line up

Jean-Christophe d'Arnell (clavier, chant) Chloé St Liphard (chant) Xavier Gaschignard (Violoncelle) Franz Torrès-Quévédo (basse, choeurs) Carine Grieg (claviers) Thibault d'Aboville (violon) Vincent Magnien

remarques

chronique

Styles
gothique
heavenly
Styles personnels
cold wave/cold pop

Collection D'Arnell Andrea version 2004 passe outre le calme de "Tristesse des Manes" et opte pour un son plus électrique, tranchant et froid. Ambiance désabusée, entre désenchantement et désespoir, et sonorités cold et électro, nous montrent une nouvelle facette du groupe. Chloé St Liphard a délaissé le côté lyrique de son chant, plus de jeux sur les vibrations, mais une voix distante, épurée et éthérée qui colle parfaitement à l'atmosphère sombre et hivernale de l'album, aux paysages mornes dépeints dans les paroles. Autre nouveauté: le chant en anglais uniquement, qui rajoute une distance supplémentaire entre l'auditeur communément francophone et le contenu, mais qui d'un autre côté tend à rendre la musique de CDAA plus accessible. Ses acolytes Jean-Christophe D'Arnell et Franz Torres-Quevedo se joignent parfois à elle pour assurer des backing vocals graves et solennels. La gravité est un des autres aspects qui marque les compositions; elle corrobore à la mélancolie suintant des plaintes du violoncelle et autres violons. Le passéisme inhérent aux albums de CDAA est toujours présent mais seulement au travers d'une certaine nostalgie 80's. Le charme opère toujours, sous un angle différent, tantôt dans l'énergie du moment ("Before i die", "Doomed to memories") et dans l'insinuation des souvenirs ("Time always blows away"), dans la contemplation ("Wild Trees") ou dans le fatalisme ("Procession"). Les instrumentations sont exemplaires, subtilement superposées, peignant ainsi des espaces plus ou moins vastes, des émotions plus ou moins intenses au fil de l'album. Venez vous retrouver dans le berceau de verdure de CDAA, celui du désespoir...

note       Publiée le lundi 20 décembre 2004

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "The bower of despair" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "The bower of despair".

notes

Note moyenne        5 votes

Connectez-vous ajouter une note sur "The bower of despair".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "The bower of despair".

Richard Envoyez un message privé àRichard

En voici un bien bel album des Orléanais. Exit la léthargie des premiers temps et place de nouveau aux ambiances "électriques" façon Villers- aux- Vents et à ce romantisme précieux. C'est ce visage de Collection d'Arnell Andréa que je trouve le plus convaincant !

Note donnée au disque :       
SEN Envoyez un message privé àSEN

Je m'étais jamais penché sur leurs travaux plus récents, mais ils sont vraiment bien leurs derniers albums !

Note donnée au disque :       
stankey Envoyez un message privé àstankey

Un disque intéressant vers lequel j'ai plaisir à revenir, et avec un morceau comme Time is Fallen : cette Cold qu'on prend dans la tronche !

Note donnée au disque :       
Shelleyan Envoyez un message privé àShelleyan
avatar
Vu deux fois cette année...ce petit côté plus éléctrique n'est pas pour me déplaire...encore des frais en perspective
Les.Mondes.Gothiques Envoyez un message privé àLes.Mondes.Gothiques
VUs à sTRAsBOurg en nOVEMbRe .. .eFFECTiVemenT, IL Y a de L'ElEcTRiciTé danS l'aIR ... ALBVM acHEté la SEMAine derNièRe ... un Bien beL oBJet .. .
Note donnée au disque :