Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSStar Of Ash › Iter.viator

Star Of Ash › Iter.viator

7 titres - 42:33 min

  • 1. chasm blue
  • 2. sanies
  • 3. beautiful as torment
  • 4. death salutes atropos
  • 5. the nudity of life
  • 6. odi et amo
  • 7. in the throws of guilt

enregistrement

Symphonique studio 2001/2002 Batterie et percus enregistrées à Ambassaden printemps 2002

line up

Heidi S. Tveitan: musique, paroles et arrangements Intervenants: V. Tveitan: guitare Kenneth Lia Solberg: guitare Jostein Thomassen: guitare Knut Aelefjaer: percussions Trickster G: chant

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
symphonic cinematographic trip hop (meta

Après le génialissime "Lost In A Reverie" de Peccatum, je me devais de vous parler plus amplement du projet solo d'Ihriel, alias Heidi S. Tveitan, épouse d'Ihsahn (Emperor, Peccatum) et instigatrice donc de Star Of Ash. Dans la veine de "Lost In Reverie", "Iter.Viator" serait son pendant symphonique. Les ensembles de cordes et les programmations dominent les compositions, ponctuées de beats décalés et de percussions trip hop, mais laissant une petite place ci et là aux guitares. Plutôt soft et toujours mélodiques, elles se permettent quelques incartades métal, industrielles ou noisy ("Death Salutes Atopos", "Beautiful as torment") recréant le même type de contraste que sur "Lost In A Reverie". L'optique du projet d'Ihriel est cependant différente. Point d'opposition réelle entre violence et douceur, celle qui réside dans les changements d'ambiances des compositions laisse plutôt imaginer des accès de folie ou de tourments atteignant parfois leur paroxysme, pour ensuite retomber. Telle une obsession, cette folie baigne les paroles de Heidi, une folie faîte de pulsions, de névroses, imagées par le meurtre ou la torture morale et physique. La musique et la voix sensuelle de Heidi ne reflètent malheureusement qu'à moitié ces aspects, et se trouvent même parfois en décalage avec les mots de l’artiste. Qu'importe les émotions sont là, douloureuses, obsédantes, décadentes ou délicieusement jouissives et conviant au repos (éternel?). L'atmosphère cinématographique sombrement grandiose du dernier titre de l'album la laisse en tout cas penser...

note       Publiée le mercredi 8 décembre 2004

partagez 'Iter.viator' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Iter.viator"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Iter.viator".

ajoutez une note sur : "Iter.viator"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Iter.viator".

ajoutez un commentaire sur : "Iter.viator"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Iter.viator".

Consultant en informatique › mercredi 28 mai 2014 - 16:24  message privé !
avatar

Oh oui, c'est bien chouette ça, j'ai même failli en avoir une période obsessionnelle avant de découvrir que les autres sont un peu raplapla à côté. Tout n'y est pas fabuleux ceci étant, mais rien que le dernier titre, il est tellement obsédant que c'en est insultant.

stickgrozeil › samedi 7 janvier 2006 - 15:28  message privé !
Ah lala, heureusement qu'il y a Garm!!!
Note donnée au disque :       
dodheimsgard › vendredi 10 décembre 2004 - 22:23  message privé !
Garm pousse la chansonnette de façon très discréte sur deux titres:the nudity of life & in the throws of guilt.c d'ailleurs pr cela ke je m'été procuré ce cd etant un grand fan d'ulver.musicalement parlant la demoiselle à trés bien résumé le tout.la chose qui gache vraiment tout (avis perso) c le chant féminin exercé par mme d'Ihsahn. je c pas il passe vraiment pas, je le trouve mauvais.ce genre de détail tue tt l'album et donne pas envie de le réécouter.dommage...
Arno › jeudi 9 décembre 2004 - 00:24  message privé !
Et Garm, il fait des "apparitions" ?
Eliphas › mercredi 8 décembre 2004 - 22:21  message privé !
Et bien voilà qui m'intéresse!