Vous êtes ici › Les groupes / artistesVVittorio Vandelli › A day of warm rain in heaven

Vittorio Vandelli › A day of warm rain in heaven

cd • 15 titres

  • 1Farewell, farewell, thou wedding-guest
  • 2Beneath the lighting and the moon
  • 3My heart as dry as dust
  • 4The ocean green
  • 5A sadder and wiser man
  • 6The bay is white in slient night
  • 7The curse in a dead man's eye
  • 8A day of warm rain in heaven
  • 9Whispers over the sea
  • 10The death-fire danced at night
  • 11I killed the albatross
  • 12For the sky and the sea and the sea and the sky
  • 13The moment I could pray
  • 14Singeth a quiet tune
  • 15Sails in the sun

enregistrement

Composé, produit, mixé par Vittorio Vandelli

line up

Vittorio Vandelli (tous les instruments), Francesca Nicoli (chant, récitation)

remarques

L'album est inspiré du poème ' The rhyme of the ancient mariner' de S.T. Coleridge

chronique

Styles
gothique
Styles personnels
néoclassique/médiéval/goth atmosphérique

Devinez donc qui est le nouvel hôte au sein de l'écurie Equilibrium... Vittorio Vandelli, guitariste de Ataraxia, rien de moins...Pourtant, je dois confesser une certaine méfiance au début, les morceaux pour plages de clavier et guitare sèche ne sont en général pas ceux que je préfère au sein du combo italien; pour un album solo, allions-nous en être gavés ? Hé bien, avec cette galette conceptuelle inspirée du poème de Coleridge 'La Rime de l'Ancien Marinier', Vittorio cueille tout le monde à rebrousse-poil et démontre avec brio l'étendue de son talent.
Ce sont des boucles de claviers d'inspiration néoclassique qui ouvrent le voyage et là...surprise ! Qui retrouve-t-on au chant et à la récitation ? Sa collègue Francesca Nicoli dont le timbre grave se révèle parfaitement adapté à l'exercice. La seconde pièce se fait plus mélancolique et inquiète au son d'une guitare aux accents hispaniques, avec en arrière-fond lointain quelques bribes de percussions orientales, avant de céder la place aux orchestrations quasi tango de 'My heart as dry as dust', l'une de mes chansons favorites, grave et profonde, soutenue par le pathos poignant du chant de Francesca. Vient ensuite le doute, l'océan est beau et vaste, vert et infini mais également inquiétant...ce mélange de beauté et de crainte s'exprime au travers de nappes atmosphériques accompagnées de guitare sèche, construction qui n'est pas sans évoquer Ataraxia. Changement de climat sur le morceau suivant, plus hanté, pour déboucher sur quelques notes plus rock quand l'acoustique cède le pas à l'électrique. Pas pour très longtemps puisque la mélancolie atmosphérique des constructions clavier/guitare classique s'en vient nous bercer en une douce rêverie avant les accents plus mystérieux de 'Curse in a dead man's eye'. L'accent musique de chambre funèbre n'est pas sans rappeler Sopor Aeternus. Mais cet aspect sombre ne perdure pas, 'A day of warm rain in heaven' nous ramène vers des ambiances plus lumineuses et rythmées, prélude au triste et introspectif 'Whispers over the sea' où la voix chuchotée de Francesca semble épouser la courbe des vagues qui emportent le navire du marin. Approche le moment le plus dramatique du poème, la mort de l'albatros. L'aspect rituel du rythme calme de 'Death-fire danced at night' sonne de mauvaise augure. Sentiment confirmé sur le noir 'I killed the albatross', plus gothique dans ses atmosphères : guitares éléctriques lourdes, chant dramatique et grave...Passé ce moment intense, un souffle de mélancolie épique détend malgré tout l'atmosphère par son côté mélodique, sérénité que l'on ressent davantage encore sur 'The moment I could pray' qui fait une fois de plus la part belle à la guitare sèche. 'Singeth a quiet tune' est assez particulier dans ses orchestrations tant il me semble mêler un aspect folklorique presque médiéval avec une ambiance de taverne. Une chose est certaine, la réjouissance est de rigueur, les tourments semblent avoir été laissés derrière et la fin du voyage approche, ce qui permet à 'Sails in the sun' de conclure sur une touche positive un périple à la fois musical et poétique, symbolique et mystique qui aura vu l'âme du marin et celle de l'auditeur emportées entre tempête et clame plat, entre inquiétude sombre et moments de paix... Un beau travail en tous cas, riche et varié, et un bel hommage à Coleridge dont ce dernier aurait probablement été fier.

note       Publiée le lundi 6 décembre 2004

réseaux sociaux

dernières écoutes

  • Connectez-vous pour signaler que vous écoutez "A day of warm rain in heaven" en ce moment.

tags

Connectez-vous pour ajouter un tag sur "A day of warm rain in heaven".

notes

Note moyenne Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Connectez-vous ajouter une note sur "A day of warm rain in heaven".

commentaires

Connectez-vous pour ajouter un commentaire sur "A day of warm rain in heaven".

Solvant Envoyez un message privé àSolvant
Malgrès la "construction qui n'est pas sans évoquer Ataraxia" (j'exécre Ataraxia, et je sais bien que v v a travaillé avec... ), la chro donne bien envie d'exhumer ce Moby Dick, la pochette aussi, et surtout Coleridge...Quelle référence ! Bon, restons curieux -& courageux, on est en 2007 & personne n'a répondu depuis 2004...