Vous êtes ici › Les groupes / artistesKDie Kreuzen › Cement

Die Kreuzen › Cement

12 titres - 53:06 min

  • 1/ Wish (3:54)
  • 2/ Shine (4:53)
  • 3/ Big Bad Days (3:59)
  • 4/ Holes (3:57)
  • 5/ Downtime (4:01)
  • 6/ Blue Song (5:11)
  • 7/ Best Goodbye (4:33)
  • 8/ Heaven (4:29)
  • 9/ Deep Space (3:42)
  • 10/ Shake Loose (4:34)
  • 11/ Over and the Edge (2:55)
  • 12/ Black Song (6:58)

enregistrement

Chicago, USA, 1990-1991

line up

Keith Brammer (basse), Brian Egeness (guitare), Dan Kubinski (chant), Eric Tunison (batterie)

remarques

chronique

Styles
rock
Styles personnels
alternatif

Qu'un mec comme Steve Albini se soient donné la peine d'écrire quelques papiers sur l'énigme Die Kreuzen - sans effets pourtant - devrait susciter un semblant d'intérêt chez le chaland. Et si je parle d'énigme, ce n'est pas en raison d'un possible aspect impénétrable de leur musique - ô que non - mais plutôt en raison de l'acharnement qu'a mis le groupe à vouloir percer, en vers et contre tout, contre vents et marées, s'adaptant de disques en disques pour proposer à chaque fois de nouvelles facettes de son savoir-faire, jusqu'à se perdre complètement et finir par se dissoudre dans un matériau comme le ciment, pourtant réputé pour avoir des propriétés physiques absolument contraires. Car, oui, j'oubliais de vous le signaler, ne vous laissez pas méprendre par leur nom ; Die Kreuzen n'est pas un groupe proto indus goth teuton, mais bien une formation alternative américaine, entre punk et hardcore qui a, lentement mais sûrement, viré sa cuti en laissant poindre en filigrane ses douces influences (heavy) métal qui éclatent au grand jour sur ce chant du cygne. C'est moins les parties de guitare qui sont mises en cause ici, mais bien Dan Kubinski, le chanteur, étonnant dans un registre aussi familier des roucoulades de Bon Scott que de celles de Perry Farrell. D'ailleurs, "Cement" a ce petit goût de parent pauvre de "Ritual de lo Habitual", même écriture intelligente, même intention, mais moins d'effets aussi... Si le groupe paraît fatigué, croulant sous le poids du triste sort empli de fatalité qu'il s'est lui-même infligé, les chansons qu'ils nous proposent ne décollent jamais vraiment, avançant à tâton dans le nouveau paysage alternatif américain, ouvrant la voie par la même occasion à un courant grunge qui s'ignore encore. Avec une sonorité typiquement quatre-vingt, quelque part entre le Killing Joke de "Night Time" et le Rush de "Signals", "Cement", s'il est encore vecteur de souvenirs pour les quelques tondus qui vivaient cette époque intensément, a mis un point final à la carrière de Die Kreuzen sans laisser d'eux un souvenir impérissable.

note       Publiée le jeudi 11 novembre 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Cement".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Cement".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Cement".

22goingon23 › samedi 11 mai 2013 - 15:24 Envoyez un message privé à22goingon23

Leur premier lp Die Kreuzen et leur EP Cows & Beers sont de purs chefs d'œuvre punk Hardcore au même titre que leur compagnon de label Necros avec leur sublime Conquest For Death. On sent la pâte Germs avec l'énergie du désespoir. J'me répète mais putain Brammer le bassiste et Egeness le grateux ont trouvé une foutue d'osmose entre rage, vélocité hargneuse et feeling bluesy. Le titre All White est un monument du genre

taliesin › jeudi 28 mars 2013 - 15:26 Envoyez un message privé àtaliesin

J'avoue ne pas connaître les Mudh... Mais je vais tâcher d'écouter le deuxième LP ainsi que le EP cité; merci pour l'info ;-)

22goingon23 › jeudi 28 mars 2013 - 15:04 Envoyez un message privé à22goingon23

Copain le TalieSin ! Fait plaisir ça.. Le 2nd LP October File est excellent aussi. À l'époque leur EP Cows And Beers était considéré par leurs pairs (les Melvins et Sonic Youth entre autres) comme un modèle du genre. La voix de Kubinski me rappelle plutôt celle de Mark Arm des MudH en plus puissante certes !

taliesin › jeudi 28 mars 2013 - 13:50 Envoyez un message privé àtaliesin

Bon, j'ai visiblement bien fait de ne pas débuter par celui-là ;-) J'écoute pour la première fois ce groupe avec l'album homonyme, et ça me plaît assez je dois dire. Cela m'évoque une sorte de Ministry (la voix est assez proche je trouve) dans une veine plus hardcore...

22goingon23 › jeudi 13 septembre 2012 - 11:30 Envoyez un message privé à22goingon23

Je rejoins aussi le Schtroumpf, pourquoi commencer par la fin ?? leurs trois premiers LP parus sur Touch and Go (Die Kreuzen, October File, Century Days) sont EXCELLENTS (ainsi que leurs EPs Cows And Beers, Gone Away). A l'instar de Killing Joke, ce groupe est visionnaire dans son approche sonore : fusion entre violence, ultra vélocité punk et noirceur métallique. Rappelons que le groupe se forme au tout début des années 80. Le jeu brillant et complexe de Brian Egeness me rappelle par moment celui de Geordie. La basse, très mise en valeur, est tout sauf linéaire, en vicieuse élasticité et claquants râles d'outre tombe. Leur reprise du thème d'Halloween venant clôturer Century Days est magistrale tout en tranchant et sueur froide !