Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesFFFWD › S/t

FFWD › S/t

12 titres - 57:43 min

  • 1/ Hidden (7:16)
  • 2/ Lucky Saddle (6:40)
  • 3/ Drone (1:01)
  • 4/ Hempire (3:12)
  • 5/ Colossus (5:38)
  • 6/ What Time Is Clock (1:15)
  • 7/ Can of Bliss (3:15)
  • 8/ Elevenses (0:49)
  • 9/ Meteor Storm (4:25)
  • 10/ Buckwheat & Grits (10:51)
  • 11/ Klangtest (5:01)
  • 12/ Suess Wie Eine Nuss (8:20)

enregistrement

Angleterre, 1994

line up

Robert Fripp (guitare, sounscapes), Alex Paterson (électronique), Thomas Fehlmann (électronique), Kris Weston (électronique)

chronique

Styles
ambient

FFWD, pour Fast Forward, on l'aura compris. Mais FFWD aussi pour Thomas Fehlmann (Sun Electric), Robert Fripp, et le duo de The Orb, Kris Weston et D.A.R.Paterson. Bref, FFWD, un disque de pur ambient pour des mecs qui savent définitivement de quoi ils parlent. Une collaboration qui étonnera tous ceux qui ne voyaient en Fripp juste qu'un guitariste malicieux et sans pardon. Pour éviter cela, il eut été judicieux de se plonger dans son travail solo, d'abord avec les Frippertronics, puis avec les Soundscapes - comme c'est le cas ici - pour découvrir en fin de compte que l'âme torturé de King Crimson est bel et bien ici aussi dans son élément. Faut dire qu'à l'époque, le bougre a la cote, courtisé par The Beloved, The Grid ou les Future Sound of London pour lesquels il enregistrera également. Fort heureusement, FFWD ne ressemble ni à un disque de Sun Electric, ni à un disque de The Orb, et encore moins à un exercice de style solitaire aux Soundscapes. C'est tout bonnement un disque unique, dans tous les sens du terme, où la rencontre n'est pas simulée ou purement contractuelle comme c'est hélas trop souvent le cas, mais bel et bien l'occasion de créer quelque chose de nouveau ; à dire vrai, un des tous meilleurs albums d'ambient moderne qui m'ait été donné d'écouter ! L'influence de Fripp est toutefois plus marquante sur les longues plages ("Hidden", "Luccky Saddle", "Can of Bliss", "Buckwheat & Grits" et "Suess Wie Eine Nuss"), l'aspect électro ethnique se faisant sentir sur des plages comme "Collosus" ou encore "Klangtest". Bref, un savant dosage qui équilibre les forces en présence avec des nappes de guitares triturées au point d'en devenir méconnaissables que l'on laisse aux bons soins de Robert Fripp seul, des effets divers pris en charge par Fehlmann et Weston, démontrant au passage qu'ils connaissent autre chose que seulement le delay et le flanger, et, pour couronner le tout, la petite touche de poivre qui relève la sauce avec les excentricités habituelles générées par Alex Paterson (jeux d'eau, horloges, coucou, machine à écrire, feuilles de papier, interventions vocales étranges et impromptues, etc...). Peut-être un autre disque dont la chronique motivera la convoitise. En esperant que vous puissiez encore vous le procurer...

note       Publiée le jeudi 11 novembre 2004

Dans le même esprit, Progmonster vous recommande...

partagez 'S/t' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "S/t"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "S/t".

ajoutez une note sur : "S/t"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "S/t".

ajoutez un commentaire sur : "S/t"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "S/t".

The Gloth › vendredi 25 juillet 2008 - 18:46  message privé !
J'ai pas mal écouté ce disque chez un pote et effectivement, c'est tout bon (Très belle pochette aussi).