Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCAlice Coltrane › Ptah, the El Daoud

Alice Coltrane › Ptah, the El Daoud

cd | 4 titres | 46:29 min

  • 1 Ptah, the El Daoud [13:58]
  • 2 Turiya and Ramakrishna [8:19]
  • 3 Blue Nile [6:58]
  • 4 Mantra [16:33]

enregistrement

New York, USA, 26 janvier 1970

line up

Ron Carter (contrebasse), Alice Coltrane (piano, harpe), Joe Henderson (saxophone ténor, flûte alto), Ben Riley (batterie), Pharoah Sanders (saxophone ténor, flûte alto, clochettes)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Styles
jazz
world music
Styles personnels
avant garde

Avec "Ptah, The El Daoud", Alice Coltrane franchit un nouveau palier, s'extrayant peu à peu de la formule convenue de ses deux premiers essais. Deux évènements nous le démontrent et, paradoxalement, ce n'est pas le plus voyant des deux qui est le plus important. Tout d'abord, avec l'apport de deux saxophonistes, en la personne de Pharoah Sanders mais aussi le formidable Joe Henderson - on ne le soulignera jamais assez - elle renoue avec le souffle lyrique qui correspond plus fidèlement à l'idée collective véhiculée par l'idiome jazz. Pourtant, pas de hurlements intempestifs ni d'explosions incongrues de anses ici ; comme le démontre sa longue plage titre en ouverture, Alice Coltrane en remet une couche sur l'aspect spirituel et méditatif de sa musique, cette quête éperdue du divin qui, aujourd'hui, ressemble plus à une volonté farouche de renouer le dialogue avec l'être cher. L'autre changement, même s'il n'est pas fondamentalement différent de ce qu'elle nous a laissé entendre jusqu'ici, est, précisement, cette optique introspective, cette célébration de l'âme dans ce qu'elle a de plus symbolique. Lentement mais insidieusement, c'est là qu'Alice Coltrane va trouver sa voie. Et elle le sait à ce moment précis. Jamais revêche, "Ptah, The El Daoud" ne fait qu'une seule concession à ses efforts antérieurs : sur "Turiya & Ramakrishna", la formule du trio fait recette et lui permet de développer un jeu de piano bien plus sensible qu'à l'accoutumée. "Blue Nile" voit les deux souffleurs troquer leurs saxophones respectifs pour un tapis de flûtes évocatrices sur un lit de notes générés par une harpe toujours aussi fascinante alors que "Mantra", long d'un bon quart d'heure, prolonge l'expérience contemplative avec grand effet. A l'opposé de "Journey in Satchidananda" qui en incarne en quelque sorte le prolongement, "Ptah, The El Daoud" ne cherche pas son identité dans la sophistication de ses arrangements mais se réalise pleinement grâce à l'interaction quasi jubilatoire entre chacun des ses talentueux intervenants.

note       Publiée le jeudi 21 octobre 2004

partagez 'Ptah, the El Daoud' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Ptah, the El Daoud"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Ptah, the El Daoud".

ajoutez une note sur : "Ptah, the El Daoud"

Note moyenne :        11 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Ptah, the El Daoud".

ajoutez un commentaire sur : "Ptah, the El Daoud"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Ptah, the El Daoud".

merci pour le fusil... › jeudi 4 janvier 2018 - 12:11  message privé !

Nile a appelé. Faudrait leur rendre leur pochette.

(N°6) › jeudi 4 janvier 2018 - 12:04  message privé !
avatar

Magnifique de bout en bout. Ahhh, le thème du morceau éponyme… La harpe ne fait une apparition que sur "Blue Nile", mais c'est peu dire que ça donne envie d'en entendre beaucoup plus. Quant à son jeu de piano, il coule comme un torrent… Je sens qu'Alice va devenir ma copine.

Note donnée au disque :       
SEN › dimanche 27 décembre 2015 - 11:11  message privé !

Il vient d'être réédité en vinyle, jetez vous dessus !

Note donnée au disque :       
The Gloth › mardi 16 février 2010 - 15:20  message privé !

Superbe album, par lequel je découvre l'artiste. Ceci dit, je préfère les deux premiers morceaux aux deux suivants.

Toma Brü No Erik › dimanche 16 août 2009 - 15:43  message privé !

C'est un de mes albums préféré d'Alice Coltrane. Déjà très loin de l'épopée Coltrane. Effectivement un album très sage, très spirituel ! Et puis quel régal cette harpe ...

Note donnée au disque :