Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCAlice Coltrane › A monastic trio

Alice Coltrane › A monastic trio

6 titres - 38:38 min

  • 1/ Ohnedaruth (7:49)
  • 2/ Gospel Trane (6:44)
  • 3/ I Want to See You (6:42)
  • 4/ Lovely Sky Boat (6:51)
  • 5/ Oceanic Beloved (4:18)
  • 6/ Atomic Peace (5:53)

enregistrement

New York, USA, 29 janvier et 6 juin 1968

line up

Rashied Ali (batterie), Alice Coltrane (piano, harpe), Jimmy Garrison (contrebasse), Ben Riley (batterie), Pharoah Sanders (clarinette basse)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité - la version digipack européenne comporte trois titres bonus dont deux issus de l'album "Cosmic Music" réalisé avec son époux deux ans plus tôt

chronique

Styles
jazz
Styles personnels
post bop > avant garde

C'est en 1966, soit un an avant le décès de John Coltrane, que la pianiste Alice McLeod vint gonfler les rangs du quartet en pleine mutation, destiné alors à bourrer dans le tas des conventions déjà mises à mal par le géant. Seul reste le fidèle Jimmy Garrison. A ses côtés, on trouve un autre monstrueux souffleur en la personne de Pharoah Sanders, mais aussi ce batteur ouvertement free et sans compromission qu'est Rashied Ali. Beaucoup d'encre a coulé quant au recrutement de la future nouvelle Madame Coltrane ; un choix esthétique qui fera d'autant plus regretter aux puristes les errances aux allures de perdition adoptées à bras le corps par Saint John. A mille lieues de l'élégance intuitive de McCoy Tyner, Alice Coltrane développe un jeu compact, par blocs ou groupes de couleurs, installant assez rapidement le ton et l'ambiance générale, plutôt qu'un développement linéaire plus tributaire d'une certaine forme d'académisme. Coltrane a depuis longtemps tourné le dos à tout cela, et il trouve dans son nouveau groupe le terreau fertile à une extrapolation de la grammaire modale, au-delà du post-bop, au-delà d'une conception réductrice du free jazz. Quant vient le temps pour la pianiste de signer son premier essai sous son propre nom, il n'est nullement question de quoi que ce soit d'autre. Le trio dans lequel elle évolue, c'est tout simplement le quartet de John Coltrane orphelin de son charismatique leader. Six titres hommages dédiés à l'homme de sa vie. Contemplatifs. Méditatifs. Comme tout ce qu'il nous a laissé, comme tout ce qu'elle va fidèlement faire perdurer. Trois titres d'un genre où le piano trace avec délicatesse et fermeté sa route oblique au milieu d'un tambourin omniprésent. Trois d'un autre où des cascades de notes cristallines extraites de la harpe s'abattent sur nous telle une pluie rédemptrice qui expierait tous nos pêchés. Malgré l'absence d'un lyrisme explosif à outrance (Sanders n'apparaissant que sur le premier titre), "A Monastic Trio" traîne de tout son poids l'ombre de John Coltrane.

note       Publiée le jeudi 21 octobre 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "A monastic trio".

notes

Note moyenne        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "A monastic trio".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "A monastic trio".

The Gloth › mardi 14 juin 2011 - 09:44  message privé !

Excellent disque. Free jazz sans être casse-bonbon. On sent l'influence qu'elle a dû exercer sur Diamanda Galas, écoutez le piano sur "Ohnedaruth".

Note donnée au disque :