Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLe Orme › Contrappunti

Le Orme › Contrappunti

7 titres - 33:37 min

  • 1/ Contrappunti (5:54)
  • 2/ Frutto Acerbo (3:34)
  • 3/ Allante (3:22)
  • 4/ India (3:11)
  • 5/ La Fabbricante d'Angeli (4:48)
  • 6/ Notturno (3:53)
  • 7/ Maggio (8:49)

enregistrement

Studio Phonogram, Milan, Italie, été 1974

line up

Aldo Tagliapietra (chant, basse, guitare), Antonio Pagliuca (claviers), Michi Dei Rossi (batterie, percussions), Gian Piero Reverberi (piano)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné japonais à tirage limité

chronique

Suite à une première écoute, "Contrappunti" semble être un retour en arrière, un retour vers la concision de "Uomo di Pezza". La plage titre, en ouverture, tout comme ce fût le cas pour "Collage", est une charge implacable et incendiaire mené par un groupe qui semble animé par un goût de revanche. Oui, je sais, ça doit faire drôle pour pas mal d'entre vous de voir de tels mots utilisés au sujet d'un groupe qui n'a jamais joué de guitare électrique. En fait, "Contrappunti", le titre, s'ouvre comme "Meurglys III" de Van Der Graaf Generator ; une ligne d'orgue presqu'horrifique, comme le signe avant coureur d'une issue fatale que l'on sait imminente. Puis, l'assaut est donné avec plus d'énergie que dans n'importe quel titre d'Emerson, Lake and Palmer (c'est pas que j'ai décidé de leur faire la peau à ces trois-là, c'est que Le Orme, sur les albums que je chronique du moins, sont tout simplement meilleurs qu'eux). Mais "Contrappunti", l'album, se montre tel une collection de titres tous automatiquement mémorables et pourtant très variés. "Frutto Acerbo" et "India" démontrent, s'il le fallait encore, à quel point Le Orme est un groupe mélodiquement doué. Les guitares acoustiques reprennent leur place sur le premier alors que le second joue volontiers la carte de l'électronique par le biais de nappes de claviers lointaines et mystérieuses. Deux autres pièces instrumentales viennent compléter le tableau, le déroutant "Allante", un espèce de "Who Dunnit ?" avant la lettre, plus obsédant que séduisant en réalité, et le bien nommé "Notturno" dominé par un piano à queue magistral et intimiste. Restent "La Fabbricante d'Angeli" et "Maggio", deux compositions complexes, ouvertement plus progressives donc, mais toujours séduisantes au niveau harmonique et à la haute richesse texturale. Opter pour autant d'options à la fois peut sembler déroutant, pourtant tout au long de "Contrappunti" Le Orme se montre impérial. Si bien qu'il est à mes yeux leur meilleur album. La suite ne fera hélas jamais honneur à un si beau début de carrière.

note       Publiée le mercredi 20 octobre 2004

partagez 'Contrappunti' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Contrappunti"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Contrappunti".

ajoutez une note sur : "Contrappunti"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Contrappunti".

ajoutez un commentaire sur : "Contrappunti"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Contrappunti".

mangetout › jeudi 3 novembre 2016 - 16:31  message privé !

Oh putain j'avais oublié la guimauve new-age d'Adiemus, je crois d'ailleurs que sur un album il y avait aussi Mike Ratledge, histoire de parfaire le bousillage de l'héritage Soft Machine.

Il y a ça aussi : Out of time OST

Par celui qui a fait ça : Suture obsession

Le même grand écart avec aussi les pépettes qui vont bien, comme c'est étrange ?

Wotzenknecht › jeudi 3 novembre 2016 - 15:32  message privé !

Ben oui, c'est surtout Gian Piero le premier à s'en foutre. C'est juste amusant de découvrir les connexions entre des groupes plutôt pointus à de la soupe variété multi-platinum. Dans le même genre, il y a Karl Jenkins (Nucleus/Soft Machine) et son Adiemus.

mangetout › jeudi 3 novembre 2016 - 11:08  message privé !

Avant d'aller fonder Rondo Veneziano et juste après Le Orme, il a sorti quelques albums solos de "Library music" (musique d'illustration en français) d'orientation funky. Petit exemple :

Timer (1976)

Ne parlons même pas de son travail de producteur depuis les années 60, qui n'a d'ailleurs pas cessé pendant Le Orme. Il était loin d'être "sombrex" le gusse, mais on s'en fout un peu, non ?

Dioneo › mercredi 2 novembre 2016 - 23:09  message privé !
avatar

Et son compte en banque sans doute aussi, mais inversement proportionnel.

Wotzenknecht › mercredi 2 novembre 2016 - 22:58  message privé !

Gian Piero Reverberi est parti monter Rondo Veneziano après cela. Sa sombrex cred en a pris un coup.