Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSSanctum › Lupus in Fabula

Sanctum › Lupus in Fabula

cd | 15 titres

  • 1 Dragonfly
  • 2 In two minds
  • 3 Little scamp with horns
  • 4 Juniper dream
  • 5 Inner sanctum
  • 6 Decay
  • 7 Crescens
  • 8 The door
  • 9 Envy
  • 10 Too real
  • 11 Too close
  • 12 Nightmare
  • 13 Salvation
  • 14 Remorse
  • 15 Closing remark

enregistrement

Crescens Studio et Matchtown Studio

line up

Jan Carleklev, Marika Ljungberg, Hakan Paulsson, Lena Robert

chronique

Sanctum n'est pas un espace de paix comme le laisserait présupposer son nom, plutôt un espace de confrontation, de réflexion...un endroit où rencontrer la douleur, la peine et la beauté, les affronter pour tenter d'en extraire la lumière...C'est bien à cet étrange périple que nous convie 'Lupus in Fabula', album noir et grinçant mais empli d'une forme de pureté écorchée. L'auditeur y côtoie le désespoir absolu, des structures indus grinçantes, des percussions rituelles mais également des nappes apaisantes,des rythmes tranquilles, des voix féminines en un maelstrom de paradoxes et de sentiments conflictuels. L'habileté du groupe réside dans ce dosage parfaitement équilibré de constructions lourdes, rituelles et glauques et de touches mélodiques, parfois presque mélancoliques (les nappes de claviers notamment). Le répit n'est jamais total sur cet album, même lorsque les pièces semblent plus calmes ('Juniper dream', 'Inner sanctum', 'Crescens'...), les sons ont toujours un je ne sais quoi de malsain, de crissant qui laisse présager d'un danger qui n'éclate pas toujours. D'autres chansons ne laissent planer aucun doute ('In two minds', concentré de noirceur hurlée sur fond de percussions rituelles, 'Decay' qui, avec ses guitares, garde un petit côté Godflesh, 'Too real', fausse ballade médiévalisante aux sons distordus). Si l'indus semble la marque principale, 'Lupus in Fabula' semble marqué également des stigmates du goth ('Dragonfly', 'Inner sanctum', 'Nightmare', ou 'Too close' qui évoque Moon lay hidden benath a cloud),voir même electro indus ('Remorse' et sa ligne Skinny Puppy), le tout assaisonnée de quelques passages ambient. Si l'on pourrait craindre un melting pot trop disparate d'éléments différents, sachez qu'il n'en est rien, la progression des morceaux sonne de manière très logique; malgré la diversité des genres, un fil thématique préexiste toujours et c'est sans problème que l'auditeur se laissera guider dans cet univers troublé, à la fois noir et étouffant et magnifiquement beau.

note       Publiée le mardi 12 octobre 2004

partagez 'Lupus in Fabula' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Lupus in Fabula"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Lupus in Fabula".

ajoutez une note sur : "Lupus in Fabula"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Lupus in Fabula".

ajoutez un commentaire sur : "Lupus in Fabula"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Lupus in Fabula".

Dioneo › vendredi 1 octobre 2010 - 16:09  message privé !
avatar

The Moon Can Dance Beneath The Skinny Flesh Of Miranda's Ministry (And More with Beth) ?!

...

Blague à part, drôles d'impressions, comme ça, à première écoute.

Séduit, indéniablement, par cette voix féminine qui échappe à l'heavenly où tout pourrait glisser, mis en de moindres cordes ; par l'atmosphère générale de traînées de lumière chaude s'étirant dans des ténèbres en pierre de taille, salpêtre et mousse n'étouffant aucun parfum ; par la sensualité qui vibre là-dessous, par vertu de quoi le solennel des robes arborées ne basculent pas dans le grotesque.

Mais...

Dérouté, un peu, aussi et par moments -ceci dit dans le sens pas forcément flatteur du terme- par ces ruptures de style incessantes.

Voir.

Matières à ce que j'aime de plus en plus, d'écoute en reviens-y. Ou à ce que je m'en lasse après-flash.

Je ne note donc pas pour l'instant. Mais j'en fais aveu : attiré je suis.

Wotzenknecht › lundi 4 février 2008 - 10:03  message privé !
tu oublies de préciser la voix incroyable de Lena Robert, tant dans le timbre que dans le coffre (notamment sur 'Juniper Dream' et le très gothique (oserais-je dire DiamandaGalesque) 'Nightmare')
Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › samedi 30 juin 2007 - 18:47  message privé !
Superbe, tout simplement... Juniper Dream est somptueuse, comme tout le reste... quelle ambiance, mes amis ! Jamais en place, toujours changeant, l'objet ne nous donne jamais ce à quoi l'on s'attend, on ne cesse de nous brouiller les pistes pour mieux nous surprendre là où les broussailles cachent des routes encore plus verdoyantes. Je pense parfois à Nicolette...
Note donnée au disque :       
eudemis › samedi 31 mars 2007 - 14:59  message privé !
pas fais gaffe à la répétition des "en tout cas"....
Note donnée au disque :       
eudemis › samedi 31 mars 2007 - 14:58  message privé !
Très hétérogène certe, mais cohérent... une richesse d'ambiences très particulières qui doivent beaucoup au chant féminin magnifique (chose que sanctum va malheuresement délaisser dans Let's Eat qui mérite sa petite chronique ici bas...)... dommage que ce soit pas très connu comme formation, en tout cas, en tout cas pour que je me rappelle de le faire, je recommande ce skeud à tout ceux que je croise
Note donnée au disque :