Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesMMasonna › Frequency L.S.D

Masonna › Frequency L.S.D

14 titres - 40:16 min

  • 1/ Frequency L.S.D. 1
  • 2/ Frequency L.S.D. 2
  • 3/ Frequency L.S.D. 3
  • 4/ Frequency L.S.D. 4
  • 5/ Frequency L.S.D. 5
  • 6/ Frequency L.S.D. 6
  • 7/ Frequency L.S.D. 7
  • 8/ Frequency L.S.D. 8
  • 9/ Frequency L.S.D. 9
  • 10/ Frequency L.S.D. 10
  • 11/ Frequency L.S.D. 11
  • 12/ Frequency L.S.D. 12
  • 13/ Frequency L.S.D. 13
  • 14/ Frequency L.S.D. 14

line up

Masonna (noise)

remarques

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
bruitiste hystérique

Masonna… en voilà un groupe qui ne fait pas dans la dentelle… Initiales du patronyme "Mademoiselle Anne Sanglante Ou Notre Nymphomanie Auréolé" (très André Breton comme trip vous ne trouvez pas ?), Masonna est en fait le projet d'un seul homme qui, un beau jour, décida de faire de la noise poétique à la Merzbow. Pas la peine de vous dire que l'ami est japonais, vous l'auriez deviné. Comme il va de pair avec ce genre de "musique", attardons nous sur le concept, clef de compréhension des œuvres bruitistes. Seulement là, pas de concept. Merde, ça nous fait une belle jambe. Le seul concept serait peut être le fait que la totalité du bruits présents ce disque provient de la gorge de Masonna (appelons-le comme ça puisque son vrai nom est inconnu), passé au mixer d'effets plus ou moins subtils (souvent moins), modulateur, delay, fuzz old school, j'en passe et des meilleurs. Masonna, c'est donc du bruit pur et dur, sans concept, sans branlette intellos-branchouille "j'suis un ouf'". Masonna, c'est le punk de l'an 2000: des titres courts (entre 2 et 3 min), une formule ultra-linéaire (excepté de très rare passages plus électronique d'une poignée de secondes), et une énergie à faire pâlir l'Univers pré-Big-Bangien (vous avez regardé l'émission avec les frères Bogdanov ?). Bizarrement, l'album s'écoute assez facilement (enfin, tout est relatif), l'ultraviolence hystérique y étant sans doute pour quelque chose, même si elle n'a rien à voir avec le délire Gerogerigegege. Quand à la dernière piste, longue de 7 min (!), elle ravira tout les fans d'Otomo Yoshihide (comprennent qui peu). Au final, on se retrouve avec un disque interchangeable avec le reste de la scène dite "Harsh Noise", sans pour autant que celui-ci soit chiant comme la plupart de ces camarades… Vous avez dit paradoxal ? Pour auditeurs avertis cependant.

note       Publiée le vendredi 17 septembre 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Frequency L.S.D".

notes

Note moyenne        5 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Frequency L.S.D".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Frequency L.S.D".

Dioneo › vendredi 30 avril 2010 - 18:58  message privé !  Dioneo est en ligne !
avatar

Oh, il me ferait plutôt rigoler, Inner Mind, passées les premières minutes un peu éprouvantes (oui...) ! Je le trouve assez fun. Mais juste lassant, un peu. Ça tourne sur une seule idée, je trouve, MASO. Du coup c'est 'de temps en temps', quoi.

brighter_paëlla_now › vendredi 30 avril 2010 - 18:48  message privé !

@Dioneo : nan c'est surtout Inner Mind Mystique, et un peu pour les mêmes raisons que toi, je crois que j'ai du mal à dépasser le côté "agression" de cet album alors que c'était plus facile pour d'autres projets pourtant tout aussi abrasif. Je sais pas, il a du sélectionner pile poil les fréquences qui me font exploser la tête, c'est pas de chance.

sourdicus › jeudi 29 avril 2010 - 12:47  message privé !

Ça fait quand même un peu mal aux fesses de lire des choses comme "ce n'est pas de la musique". Comme si il existait un algorithme mystique qui transforme du bruit en musique.

Wotzenknecht › jeudi 29 avril 2010 - 10:33  message privé !
avatar

Hihihi, mais si allons, réouvront le débat sur ce qu'est la musique

sourdicus › jeudi 29 avril 2010 - 10:29  message privé !

Hum, je pense que la noise n'a plus a prouver sa "musicalité" non?