Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPulseprogramming › Tulsa for one second

Pulseprogramming › Tulsa for one second

9 titres - 44:10 min

  • 1/ Blooms Eventually (5:26)
  • 2/ Here Give It Here I'll Show You (3:57)
  • 3/ Stylophone Purrs and Mannerist Blossoms (5:58)
  • 4/ All Joy and Rural Honey (3:43)
  • 5/ Off to Do Showery Snapshots (4:11)
  • 6/ Don't Swell Up Your Glass Pocket (4:03)
  • 7/ Within the Orderly Life (4:31)
  • 8/ Largely Long Distance Loves (4:46)
  • 9/ Bless the Drastic Space (7:40)

enregistrement

USA, 2002

line up

Hellner (programmation, voix), Kriske (programmation, voix), Anderson (chant)

remarques

chronique

Plus j'écoute ce disque, plus je me dis qu'il est une fantastique porte d'entrée pour qui n'a jamais osé s'abandonner au suave plaisir procuré par les musiques électroniques. En fait, ça faisait longtemps que je n'avais plus jeté une oreille sur "Tulsa for One Second". Mais était resté en moi le souvenir tenace d'un voyage agréable, intelligent, exquis et sensible. Et à me replonger ainsi à nouveau dans les cliquetis contrôlés par la paire Hellner et Kriske, je me surprends à esquisser un large sourire de satisfaction. Ce disque est grand. Il a peut-être une faiblesse, c'est son premier titre, "Blooms Eventually", un titre electro house un peu fadasse, peut-être pas très engageant, en tout cas certainement pas pleinement représentatif des merveilles que contient le disque. A l'image de sa sublime pochette en carton qui, une fois dépliée et remontée suivant le modèle, se transforme en maison de papier, Pulseprogramming érige au fil des chansons un endroit où il fait bon se réfugier, un cocon moelleux où rien désormais ne pourra plus nous atteindre. D'Autechre, ils gardent l'originalité et la richesse des sons, mais ont la clairvoyance de ne pas se laisser submerger par la complexité de leur musique ; rester simple, aller à l'essentiel. De Aphex Twin, ils conservent cette fascination pour l'étrange et le décalé, laissant volontiers sur le côté les beats lourdingues qui plomberaient tout simplement leur collection de titres. De Underworld, ils cultivent le côté pop nonchalant tout en gardant toujours à l'esprit l'impact essentiel et irrésistible d'une vraie et belle mélodie. De Björk, ils s'inspirent de ses atmosphères les plus introspectives et contemplatives, pour dresser un tapis roulant d'ambiances feutrées pleines d'écho et de sentiments égarés. Même s'il a indéniablement nécessité un travail colossal, "Tulsa for One Second" est un disque merveilleusement accessible au commun des mortels, entre pop, électro et ambient.

note       Publiée le vendredi 17 septembre 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Tulsa for one second".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Tulsa for one second".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Tulsa for one second".

M-Atom › vendredi 6 mai 2016 - 14:49  message privé !

je crois que je pourrais écouter le premier titre en boucle durant des heures...

Note donnée au disque :       
necromoonutopia666 › lundi 28 juin 2010 - 20:56  message privé !

Il existe une version remix de cet album par Dj Crom et Mc Conan sur le label Cimerian Records: Tulsa Doom For One Second... Je sors.

Emperor Gestahl › mardi 29 novembre 2005 - 20:02  message privé !
non ca pulse pas tellement, à vrai dire... enfin ce n'est en tout cas pas dancefloorisant... et pour Cyb, non, en effet, je n'aime pas BoC, je trouve ça chiant à mourir et c'est pour ça que je m'empresserait de conseiller d'autres choses à leurs fans, haha.
noar › mardi 29 novembre 2005 - 01:37  message privé !
Ca a l'air bien mais est-ce que ça pulse un peu justement niveau tempo?
cyberghost › mardi 29 novembre 2005 - 00:15  message privé !
Tiens, je croyais que t'aimais pas Boards of canada :P