Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPercy Howard's Meridiem › Incidental seductions

Percy Howard's Meridiem › Incidental seductions

cd • 11 titres • 60:48 min

  • 1Filligree6:25
  • 2Trastevere5:27
  • 3Aperture9:06
  • 4Thirst5:10
  • 5Succubus4:49
  • 6Lapis6:20
  • 7Under the Wonderment4:56
  • 8Seraph's Song4:02
  • 9Infelice e Tu Credevi...3:14
  • 10Everywhere5:34
  • 11Float5:45

enregistrement

Enharmonic Studios et Chris Ross Studios, Sacramento, Californie / Orange Music Sound, West Orange, New Jersey, USA, 1998

line up

Eraldo Bernocchi (synthétiseur, beat), Trey Gunn (warr guitar), Charles Hayward (batterie), Percy Howard (chant), Bill Laswell (basse, synthétiseur), Vernon Reid (guitare), Keeno Burns (batterie, percussions), John Ettinger (violon), Leonard LaRue (claviers), Kali LaVey (spoken word), Victoria Lloyd (choeurs), Steve Sullivan (guitare)

remarques

chronique

Publié cette fois sous son nom seul, c'est pourtant, de l'avoeu même de l'artiste, un nouveau chapitre du concept Meridiem ; un conglomérat d'artistes réputés en backing band pour soutenir Howard dans la mise au monde de ses compositions. Si on ne s'étonne plus de retrouver une fois encore l'imposant Bill Laswell, l'affiche est cette fois beaucoup plus variée et intègre à nouveau l'ami de toujours, Steve Sullivan, guitariste de Nûs. Rien à faire, il y a une alchimie indéniable entre ces deux gars ; sans surprise, ce sont les titres où nos deux compères se retrouvent qui marquent le plus de points. Mais pas seulement. Voilà ce qui faisait peut-être défaut au précédent disque ; même si Howard avait derrière lui un groupe solide et uni, il n'y avait au final que peu d'échanges, comme si le chanteur et ses musiciens avaient peur de se mélanger. Ce n'est plus le cas ici puisque la musique sert à merveille les compositions contemplatives de Percy Howard. Introspectifs, comme un appel à l'élévation de soi, "Aperture", "Lapis" ou "Everywhere" renouent avec les ambiances feutrées et habitées des albums de Nûs. Une certaine diversification fait son apparition ici pour la première fois, avec quelques touches de programmation électronique sur des beats trip hop ("Filligree", "Succubus"), et l'introduction de nouvelles voix, à commencer par la trouble Kali LaVey ("Thirst"). L'autre paire à émerger de cet opus, avec plus que les honneurs, c'est la collaboration inédite entre Vernon Reid (Living Colour) et Trey Gunn (King Crimson). Ne vous attendez pas à un sursaut d'adrénaline ; ces musiciens ont les oreilles suffisamment aguerries que pour pouvoir se mettre au service de la musique. Exception faite de "Float" qui valide une option volontairement plus chaotique, "Incidental Seductions" est l'album à fleur de peau de Percy Howard que l'on attendait depuis le split de Nûs. Les amateurs de sophistication pop (David Sylvian et consorts) devraient facilement succomber.

note       Publiée le mardi 14 septembre 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Incidental seductions".

notes

Note moyenne        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Incidental seductions".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Incidental seductions".