Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesCCurrent 93 › Christ and the Pale Queens mighty in sorrow

Current 93 › Christ and the Pale Queens mighty in sorrow

  • 1993 - Durtro, Mal 666 cd (1 cd)

cd | 7 titres

  • 1 Dögun
  • 2 Forever changing
  • 3 The ballad of the Pale Christ
  • 4 Christ and the Pale Queens
  • 5 The red face of God
  • 6 The breath and pain of God
  • 7 Mighty in sorrow

line up

Dik (piano), Rose Mcdowall (guitare, chant), Douglas Pearce (guitare, chant, batterie), Steven Stapleton (guitare, cithare), David Tibet (chant), Tony Wakeford (basse)

chronique

Styles
ambient
folk
gothique
indus
Styles personnels
dark folk / goth indus / ambient goth

'Christ and the pale queens mighty in sorrow'...tout un programme ! Cette galette a tous les ingrédients du disque culte qu'on aime ou qu'on déteste et dévoile qui plus est une pléthore d'invités prestigieux (D.Pierce de Death in June, Tony Wakeford de Sol Invictus, Rose Mc Dowall de Strawberry Switchblade et Sorrow, bref, la joyeuse équipe de l'époque épique). Pour tenter d'en cerner l'approche, on pourrait parler d'une sorte d'album conceptuel où le thème du Christ accompagné de la Reine Pâle est décliné en plusieurs strates musicales. 'Dögun' démarre sur des atmosphères très goth post punk, avec une rythmique martelante, rituelle, et des guitares sales aux sonorités deathrock qui ne sont pas sans évoquer les premiers Bauhaus ou Virgin Prunes. Indice trompeur puisque 'Forever changing' nous plonge brusquement dans une ambiance plus calme et mystique, laquelle enchaîne en dark folk pour guitare sèche et choeurs féminins (l'excellent 'Ballad of the pale Christ'). Pourtant, les réjouissances ne font que débuter puisque le groupe nous livre un de ces titres extrêmement longs dont il a le secret, en l'occurence 'Christ and the Pale Queens of sorrow'. S'il débute sur des climats assez ambient et planants, le ton monte progressivement, sous forme de percussions discrètes qui s'installent lentement, de voix féminines en arrière-fond, de grincements de guitares qui tissent une nappe de folie mystique hantée, presque hypnotique. A peine achevé, 'Red face of God' reprend le thème gothique rituel de 'Dögun' avec quelque samples incantatoires en plus pour des atmosphères très Virgin Prunes. Et voilà que la tension retombe une fois de plus;'Breath and pain of God' retrouve des climats à la fois célestes et malsains. Et dernier clou planté sur la croix du Christ pâle, 'Mighty in sorrow', sorte de gigue ultra répétitive qui laisse couler ses quelques accords en une longue (près de dix minutes) transe, sans la moindre variation. Bref, du grand Current 93, expérimental et audacieux que les connaisseurs dégusteront comme un grand cru.

note       Publiée le dimanche 20 juin 2004

partagez 'Christ and the Pale Queens mighty in sorrow' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Christ and the Pale Queens mighty in sorrow"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Christ and the Pale Queens mighty in sorrow".

ajoutez une note sur : "Christ and the Pale Queens mighty in sorrow"

Note moyenne :        12 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Christ and the Pale Queens mighty in sorrow".

ajoutez un commentaire sur : "Christ and the Pale Queens mighty in sorrow"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Christ and the Pale Queens mighty in sorrow".

zugal21 › samedi 9 avril 2011 - 03:12  message privé !

Délectable

Note donnée au disque :       
taliesin › lundi 9 février 2009 - 12:11  message privé !

C'est marrant ça... Moi c'est Imperium que je trouve sordide ;-) En revanche 'The ballad of the pale christ' me remonte toujours le moral quand j'ai le blues...

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › vendredi 6 février 2009 - 10:34  message privé !

Clairement le plus sordide des Current 93. Pas forcément glauque, mais gris comme le dit corbak, avec Tibet pliant les écrits d'Hildegarde von Bingen à sa volonté pour en faire quelque chose de définitivement rance, amer, beuh - moins incantatoire que Nature Unveiled mais pas moins hanté. Va falloir que je m'y mette, aux Virgin Prunes...

Note donnée au disque :       
corbak › jeudi 5 juin 2008 - 21:36  message privé !
Ce disque fait clic et clac. Des fois tu crois même que c'est lumineux ou au contraire que c'est tout noir, enfaite non ce disque est gris, ce disque est vieux. Il sent la poussière, l'odeur d'une livre de contes resté trop longtemps dans la bibliothèque et qu'on ose pas sortir de peur de voir un nuage de poussière dégueulasser la chambre. Alors on reste assis sur le lit, on tend l'oreille et on redouble d'imagination parce que, quand même, ce vieux livre de contes, qu'est-ce qu'on l'aimait quand on était gosse.
Note donnée au disque :       
Solvant › mardi 6 novembre 2007 - 13:56  message privé !
Dès Dögun, on s'aperçoit que l'on a affaire à un album différent où un Tibet super énervé & totalement hanté nous enlève, nous emmene tres tres loin. Cet album est unique & multicolor avec une affiche de rêve (où Douglas & Rose sont plus que présents), toute l'équipe s'y est mise à fond. Violent, magnifique, surprenant & champignonesque.
Note donnée au disque :