Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesLLeæther Strip › Solitary confinement

Leæther Strip › Solitary confinement

12 titres - 60:49 min

  • 1/Mortal thoughts
  • 2/Strap me down
  • 3/I am your conscience
  • 4/Nothing seen, nothing done
  • 5/The dance of deception
  • 6/Evil speaks
  • 7/Adrenalin rush
  • 8/Crash flight 232/92
  • 9/Croatia
  • 10/Red meat attraction
  • 11/Jante's revenge
  • 12/Anti-US (psycho strip edit)

enregistrement

Ecrit, enregistré et mixé au Strip Farm Studio, Danemark, 1992

line up

Claus Larsen (tous instruments, chant)

remarques

la version vinyle est amputée des titres 11 et 12.

chronique

Styles
electro
Styles personnels
electro-dark culte

Le titre de cet album aurait-il un quelconque rapport avec l'inspiration dont fait ici preuve le danois Claus Larsen ? Il faut croire alors que vivre en reclus, isolé du monde extérieur (des influences ?) est profitable à la création. Non que l'électro de Leaether Strip ait fondamentalement changé, mais plutôt qu'elle prend une dimension autre sur cet album indispensable pour tout amateur d'électro musclée et mélodique. Et justement, la surprise réside dans ces mélodies marquantes qui accompagnent cette fois pour de bon les beats lourds ou furieux. Plus question d''alléger' la rythmique, mais de faire corps avec elle : mélodique et atmosphérique, puissant et sombre, 'Solitary confinement' a tout du chef-d'oeuvre et jamais L.S. n'avait atteint une telle homogénéité. Ok, le son a quelque peu vieilli (1992), mais comment oublier les extraordinaires et furieux 'Strap me down' et 'Adrenalin rush', deux des plus grand 'tubes' du danois, le dernier étant encore grandement diffusé en soirée goth ou indus. Jamais serein malgré la présence des mélodies (à l'exception des posés 'The dance of deception' et 'Croatia'), l'electro de L.S. atteint des sommets de violences sur 'I am your conscience' ou encore 'Red meat attraction'. Le chant d'écorché vif du danois ne s'est toujours pas assagi, mais se fait le reflet d'une colère qui ne semble ne pas avoir de fin. Le très 'rocknroll' 'Evil speaks' provoque un déhanchement inopinée dès les premières mesures, ce qui peut paraître curieux au milieu de l'album mais s'inscrit complètement dans la thématique névrotique de ce 'confinement solitaire'. Exutoire pour tout un tas de pulsions négatives, brut, sans concessions et pourtant travaillé, 'Solitary confinement' est sans conteste un des plus grands chefs-d'oeuvre de l'électro, et vous n'auriez pas seulement tort de passer à côté, mais vous feriez une erreur monumentale !

note       Publiée le samedi 19 juin 2004

partagez 'Solitary confinement' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Solitary confinement"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Solitary confinement".

ajoutez une note sur : "Solitary confinement"

Note moyenne :        6 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Solitary confinement".

ajoutez un commentaire sur : "Solitary confinement"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Solitary confinement".

born to gulo › lundi 3 avril 2017 - 12:16  message privé !

Toute une palanquée de groupes ont bâti une carrière sur un morceau de leur choix de cet album. Rudy, lui, c'est cet album saupoudré d'un peu d'early-Dive.

Note donnée au disque :       
Wotzenknecht › lundi 3 avril 2017 - 08:20  message privé !
avatar

Tout 'Music for A Slaughtering Tribe' est là ! 'On the Run' est calquée sur 'Strap me Down', c'en est un peu embarrassant. Alors certes Rudy a la prod et les sonorités de son coté, mais pour l'urgence et l'ambiance, ya pas photo. Bien fait de me plonger.

empreznor › mardi 31 mars 2009 - 08:23  message privé !

The president...our job is to execute...The president...our job is to execute...The president...our job is to execute...The president...our job is to execute. ANTI-US!

Note donnée au disque :       
juj › mardi 14 février 2006 - 15:47  message privé !
pour sûr que le titre de l'album est un cri du coeur - pas encore de fierté, une profession de foi : la maturité classieuse de claus attendra encore un peu, le tryptique miraculeux et somptueux legacy/rebirth/selfinflicted ; ici j'ai tjs eu un peu de mal et de pitié avec les morceaux au tempo punk poum tchac rockab', genre evil speaks ou crash flight, quoique certaines rares fois ils passent bien, mais tjs en prêtant fondamentalement à sourire ; mais Adrenalin Rush, Croatia, Strap me down ! ça suinte en vérité une noire et abyssale solitude, un isolement de tout et de tous, à couper au couteau ; je m'en rends bien mieux compte maintenant que ds mes années grouft, qd j'avais les oreilles saturées de ces clones plus ou moins doués, mais les mélodies à la limite du générique de Champs Elysées (voir le vegger mix d'adrenalin rush, un régal), propriété régalienne de Monsieur Larsen, sont les plus tranchantes et glaçantes dans le genre - même le premier Suicide Commando, avant qu'il sombre dans l'auto parodie et le grand guignol, restent un peu en-deça, du fait de leur manque justement de retenue, de cette morgue, de cette classe en somme, qui n'appartient qu'à Claus
Note donnée au disque :       
cyberghost › dimanche 20 juin 2004 - 18:25  message privé !
Une erreur que je n'ai pas commise fort heureusement! C'est bien vrai ce disque est une tuerie en matière d'electro-dark!
Note donnée au disque :