Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesTThis Morn' Omina › 7 years of famine

This Morn' Omina › 7 years of famine

7 titres - 73:56 min

  • 1/The other side
  • 2/One-eyed man
  • 3/The burning hand
  • 4/Les signes dans le désert
  • 5/(the) fires within)
  • 6/Currents
  • 7/Monad

line up

Mika Goedrijk (tous instruments)

remarques

Réédition de l'album paru en 2002 sur Live Bait Recordings

chronique

Styles personnels
electro-ambient ethnique

Ce '7 years of famine' est indépendant de la trilogie 'Hegira' inspirée par l'écrivain Dan Simmons et sa saga 'Hypérion'. La musique de TMO entend évoquer des civilisations lointaines dans le temps et l'espace, exhumant les mythes enfouis au plus profond du sable du désert. L'aspect électronique voire techno-trance déjà latent dans l'oeuvre antérieure du belge prend ici une dimension supplémentaire qui sera définitivement assumée sur l'album suivant 'Le serpent blanc, le serpent rouge'. 'The other side' démarre l'album très ambient avec des nappes rondes mélodieuses, puis les percus font leur apparition. L'ensemble monte progressivement dans le but de créer une transe rituelle. Le charme se rompt par l'enchainement avec le terrible 'One-eyed man' et ses boucles et rythmes techno-indus, un véritable rouleau-compresseur pour dance-floor (il s'agit d'ailleurs du premier hit du belge). L'agression terminée, retour aux boucles trance et percus traditionnelles (africaines et indiennes pour l'essentiel) sur le très atmosphérique et electro 'The burning hand', qui se fend de quelques leitmotives 'mélodiques' contrastant avec l'aspect monolithique de la rythmique. 'Les signes...' calme le jeu en proposant des nappes ambient très présentes, à la manière d'un Delerium première époque ou d'un Synaesthesia (les deux étant des projets annexes de Front Line Assembly) sur lesquelles viennent se greffer des boucles electro. L'excellent '(the) fires within' reprend la recette lobotomisante de 'One-eyed man' en moins agressif toutefois, laissant les boucles participer à la montée de la transe chamanique au même titre que les différentes rythmiques (beat techno, percus trad' et industrielles). Les deux dernières pièces de l'album, 'Currents' et 'Monad' nous replongent dans une forme de contemplation, ambient et percus comme à l'accoutumée nous invitant à embrasser l'étendue d'un désert immense, à la recherche d'un horizon insaisissable. Moins abouti peut-être d'un point de vue production que 'Le serpent blanc...', '7 years of famine' ne peut que vous rendre accrocs avec son sens du rythme implacable et ses volutes de nappes et de percussions 'exotiques'. Vous rêviez d'un ailleurs ? Le voici à votre portée, juste en vous et dans ce superbe album.

note       Publiée le vendredi 18 juin 2004

partagez '7 years of famine' sur les réseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "7 years of famine"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "7 years of famine".

ajoutez une note sur : "7 years of famine"

Note moyenne :        4 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "7 years of famine".

ajoutez un commentaire sur : "7 years of famine"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "7 years of famine".

brighter_paëlla_now › jeudi 20 novembre 2008 - 23:38  message privé !

moi j'aime

Wotzenknecht › jeudi 20 novembre 2008 - 09:24  message privé !

trance + officiellement désapprouvé par juj = il me le faut

Note donnée au disque :       
juj › mardi 14 février 2006 - 14:35  message privé !
de la trance - et un peu d'indus rythmique, ce qui est tout aussi beaufesque, à part chez qqs surdoués
Note donnée au disque :       
Jaafar › samedi 12 novembre 2005 - 22:00  message privé !
Magnifiques plages ambient. Effectivement, pour le reste, ça fait pâle figure devant un "Serpent Blanc, Serpent Rouge", mais c'est déjà d'une efficacité saisissante.
Note donnée au disque :