Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesEElectric Wizard › Electric wizard

Electric Wizard › Electric wizard

cd • 8 titres

  • 1Stone magnet
  • 2Mourning prayer
  • 3Mountains of mars
  • 4Behemoth
  • 5Devils bride
  • 6Black butterfly
  • 7Electric wizard
  • 8Wooden pipe

enregistrement

Produced & mixed by Paul Johnson & Jus Oborn.

line up

Tim Bagshaw (bass), Mark Greening (drums), Jus Oborn (guitar & vox)

remarques

Version remixée se trouvant en cédé bonus de "Come my fanatics..."

chronique

L'année 1994 fut pour le Doom une grande époque : "Sky Valley" de Kyuss, "Stoner Witch" des Melvins et cet album éponyme d'Electric Wizard. Ce groupe anglais formé par Jus Oborn et ses potes de galère évolue dans un registre Doom Rock ultra Stoner. D'ailleurs, le terme Stoner qui est si peu apprécié des puristes reflète pourtant une mentalité bien définie : jouer sous effets de drogues une musique aux sonorités 70's bien trippantes. Ce terme englobe donc le Psyché, le Grunge, le Doom et d'autres styles si personnels. Electric Wizard, tout comme Sleep, réussi donc à capturer ce concept brut fort en stupéfiants. Ce premier album fleure bon les champignons, les fat freddys, la beuh, les acides, les trips mais aussi le fantastique lovecraftien. Moins déprimant qu'un "Come my fanatics...", il n'en demeure pas moins dangereux à haute écoute. Les 8 titres de cet opus sont simples, dépouillés et très lents : le style Electric Wizard est déjà là. Bon voyage cosmique dans la caravane Stoner...

note       Publiée le dimanche 16 septembre 2001

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Electric wizard".

notes

Note moyenne        18 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Electric wizard".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Electric wizard".

enslaver_666 › mardi 28 octobre 2014 - 16:29  message privé !

Groupe culte qui fait partie des formations qui ont établis les standards du stoner/doom dans les années '90. Par contre, contrairement à de nombreuses icônes de cette scène qui se sont démantelées, Electric Wizard a assuré une présence quasi-constante jusqu'à aujourd'hui. Et avec la renaissance du genre à laquelle nous assistons depuis 2 ans environ, la troupe à Oborn est clairement une influence pour beaucoup (trop) de jeunes groupes. Déjà au premier album, les référence à Black Sabbath sont explicites (doom metal oblige..). Il y a le nom du groupe, son logo, les thèmes abordés (les sorciers, le diable, l'occulte, la drogue...) et les riffs de guitares qui font bien de nous rappeler ceux de Iommi, principalement époque "Master of Reality". Malgré tout, EW ne copie pas le style de son influence #1. Déjà, une touche bien personnelle au trio s'installe. C'est lourd, ça on le sait. Le penchant pour des passages planants et psychédéliques est présent mais somme toute, l'album est plus carré et direct que ses successeurs. La qualité générale de l'album est bonne mais le groupe a su se diversifier davantage et ouvrir ses horizons par la suite. J'ai un impression de manque de moment réellement marquant à son écoute. Mention spéciale à la pièce "Electric Wizard" qui ressort plus du lot.

Note donnée au disque :       
Raven › lundi 14 novembre 2011 - 09:03  message privé !
avatar

ultra-clichouille, mais bien sympa

Note donnée au disque :       
Fryer › dimanche 5 septembre 2010 - 23:16  message privé !

Différent des autre mais très bon dans le genre. Coup de cœur pour Devils Bride

Note donnée au disque :       
boumbastik › lundi 23 août 2010 - 19:44  message privé !

Gratteux aux cheveux gras, si tu n'as plus d'idées de riff, jète une oreille (les 2 c'est mieux) sur cet album. Les riffs tuent tout ce qui rampe ! Ils sont simples, dépouillés, lents mais lents... et cools à mort. Classe, quoi. Un grand groupe, qu'on vous dit !!

Note donnée au disque :       
Horn Abboth › mercredi 11 mars 2009 - 00:49  message privé !

Ya pas encore la grosse prod' bien posseuse d'un Dopethrone mais ça reste quand même du gros lourd. Comme le dit bien la chro', on sent déjà sur cette galette que le groupe à sa propre identité et effectivement, ça suinte déjà l'abus de drogue à très haute dose.

Note donnée au disque :