Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesDDeus › The ideal crash

Deus › The ideal crash

  • 1999 - Island, 524 643-2 (1 cd)

10 titres - 55:56 min

  • 1/ Put the Freaks Up Front (5:14)
  • 2/ Sister Dew (5:35)
  • 3/ One Advice, Space (5:46)
  • 4/ The Magic Hour (5:23)
  • 5/ The Ideal Crash (5:00)
  • 6/ Instant Street (6:15)
  • 7/ Magdalena (4:58)
  • 8/ Everybody's Weird (4:51)
  • 9/ Let's See Who Goes Down First (6:23)
  • 10/ Dream Sequence#1 (6:31)

enregistrement

Studio ICP, Bruxelles, Belgique / El Cortijo, San Pedro De Alcantara, Espagne / Olympic Studios, Londres, Angleterre, 1998

line up

Bart Maris (trompette), Jules De Borgher (batterie), Klaas Janzoons (violon, voix), Craig Ward (guitare, chant), Tom Barman (guitare, claviers, chant), Danny Mommens (basse), Piet Jorens (percussions), David Bottrill (piano), Kelvin Smits (claviers), Browndog (violon), Guy Van Nueten (synthétiseur), Sandra Pardo (voix)

chronique

Styles
rock
pop
Styles personnels
alternatif

dEUS franchit une étape de plus en s'exportant à l'étranger, désormais sous licence Island. Et si le marché américain lui reste fermé, l'Angleterre l'acceuille les bras ouverts. A commencer par David Bottrill, artisan des derniers Peter Gabriel, mais aussi King Crimson ou Tool, excusez du peu. Sous l'éclairage avisé de ces oreilles en or, dEUS va rester fondamentalement lui-même sans pour autant verser dans les travers "arty" qui lui ont valu d'être tant décriés (bien souvent, il faut le reconnaître, à raison). Enregistré aux quatre coins de l'Europe, "The Ideal Crash" va donner l'occasion à David Bottrill de pousser le groupe à se recentrer sur l'essentiel ; donner vie à leurs chansons. Et c'est vrai que derrière ces murs de distorsions, de bruits brouillons, de samples souvent trop évidents - une démarche héritée de la scène trip hop - on avait bien du mal à distinguer le vrai du faux, on avait bien du mal à atteindre la substantifique moëlle du groupe désormais aussi orphelin de Stef Kamil Carlens, après Rudy Trouvé sur "In a Bar, Under The Sea", laissant à Tom Barman le rôle de seul leader. Les titres ne se perdent donc plus comme avant dans un brouhaha dans lequel on se laissait submerger trop facilement. Sur "The Ideal Crash", il n'y a plus de tricheries : dEUS est enfin nu, débarassé de sa pudeur, et révèle sa sensibilité au grand jour. La voix de Barman supporte sans problème le poids de ses compositions, et comble parfaitement le vide laissé par Karlens, chose qui ne se fait pourtant pas sentir. Dépouillé donc des fioritures contestables qui avaient pourtant toujours fait partie de leur univers, dEUS nous livre son album le plus abouti, le plus mâture. Et si l'intensité reste toujours présente, elle est moins mise en exergue pour, paradoxalement, demander à l'auditeur de se pencher un peu plus sur sa musique afin d'y trouver l'étincelle qui illumine toutefois des titres comme "One Advice, Space", "Instant Street" ou "Dream Sequence#1". Sous un aspect formellement plus élégant, "The Ideal Crash" garde intacte l'intégrité de dEUS.

note       Publiée le samedi 29 mai 2004

partagez 'The ideal crash' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "The ideal crash"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "The ideal crash".

ajoutez une note sur : "The ideal crash"

Note moyenne :        7 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "The ideal crash".

ajoutez un commentaire sur : "The ideal crash"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "The ideal crash".

salida › dimanche 30 novembre 2014 - 17:51  message privé !

Pareil, cet album sort de la poussière de temps en temps. Toujours épaté par les murs de guitares du premier morceau. Et le reste est à l'avenant. Il manque vraiment pas grand-chose pour un 6/6

Note donnée au disque :       
Procrastin › lundi 28 octobre 2013 - 09:32  message privé !

Cette galette sort de la poussière un fois tout les deux ans, ben cette éloge de la loose est toujours agréable.

Note donnée au disque :       
boumbastik › vendredi 18 avril 2008 - 12:21  message privé !
Les 3 dernières minutes de Instant Street m'avait mis sur le cul, à l'époque. Mébon, dEUS, bof. Y'a des trucs qui me plaisent et m'horripilent quasiment dans la même seconde. J'ai acheté Pocket Revolution à sa sortie, je l'ai écouté euh eh bien une fois, je crois.
noar › mardi 20 septembre 2005 - 23:23  message privé !
Ils étaient en concert privé jeudi dernier!
Trimalcion › mardi 20 septembre 2005 - 21:06  message privé !
avatar
en direct sur France Inter au moment où j'écris ces lignes
Note donnée au disque :