Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesQQuasar › Man coda

Quasar › Man coda

  • 1980 - Aija, YPRX 1821 (1 vinyle)

4 titres - 39:11 min

  • 1/ Reality's Way (9:46)
  • 2/ Zeitgeist (9:27)
  • 3/ The Little Prince (5:28)
  • 4/ Man Coda (14:30)

enregistrement

Conservatorium Studios, Brisbane, Australie, mai - juin 1980

line up

Len Henderson (guitare, effets), Barry Tiplady (basse, effets), Trevor Tiplady (percussions, batterie)

chronique

Styles
progressif
Styles personnels
psychédélique

Y a rien à faire ; dans la plupart des cas, le plaisir que l'on peut tirer d'une musique est décuplé par la joie de la découverte. Aussi, quand on tombe sur une rareté (se muant bien vite en curiosité) et que celle-ci se révèle de grande qualité, on a vite tendance à se laisser emporter par un élan de subjectivité trop souvent refoulé. Juger à l'emporte pièce ne rend justice à personne ; ni à l'artiste, ni aux lecteurs, ni au chroniqueur lui-même. Un recul est toujours nécessaire. Et j'ai beau m'en être détâché, à force, va bien falloir que j'assume une fois pour toutes le fait que je trouve ce disque vraiment tripant. A ma connaissance jamais publié sur cd, ce premier disque de Quasar se compose de quatre longues plages, eh oui, bien dans le moule progressif tant conspué, alors que nous sommes là, déjà, en 1980. Faut dire aussi que la majorité des titres ont été composé dans la deuxième moitié des années soixante-dix. Pourquoi avoir mis tant de temps avant de publier cette autoproduction seulement tirée à 500 exemplaires ? Mystère. Un mystère qui entretient la fascination. A bien des endroits cependant, la musique de "Man Coda" est à rapprocher du psychédélisme, tantôt incendiaire, tantôt planant, pratiqué par nos amis teutons autrefois réunis sous la bannière Kraüt rock (je pense avant tout à un groupe comme Guru Guru). Des quatre titres, "Zeitgeist" est bien entendu celui qui s'en démarque le plus, le plus mémorable également. Sur une rythmique quasi funky, c'est avec rage que les frères Tiblady se livrent bataille pendant que leur guitariste se lance dans un exercice de style à la Jeff Beck quand il ne nous matraque pas d'un riff aussi assassin qu'obsédant. Le reste du disque se déroule sur un canevas plus introverti où basse et percussions délimitent les contours d'un univers musical propice à la fumette sur lequel Len Henderson va laisser glisser sa guitare, à coup d'effets divers, pour instaurer un climat définitivement flippant, quelque part entre John Abercrombie et un John McLaughlin enfin muselé.

note       Publiée le dimanche 16 mai 2004

partagez 'Man coda' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Man coda"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Man coda".

ajoutez une note sur : "Man coda"

Note moyenne :        2 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Man coda".

ajoutez un commentaire sur : "Man coda"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Man coda".

Hallu › mardi 24 janvier 2017 - 20:13  message privé !

Zeitgeist c'est du Primus avant l'heure, c'en est même troublant...

zbr › vendredi 10 août 2007 - 20:31  message privé !
J'aurai bien tenté la découverte mais alors pour le trouver.... ( ?? )