Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAArt Zoyd › Génération sans futur

Art Zoyd › Génération sans futur

  • 1980 • Atem 7007 • 1 LP 33 tours

lp • 5 titres

  • 1La Ville16:50
  • 2Speedy Gonzalez2:57
  • 3Génération sans futur9:42
  • 4Divertissement6:44
  • 5Trois Miniatures5:14

enregistrement

Sunrise Studios, Kirchberg, Suisse, février 1980

line up

Patricia Dallio (piano à queue, piano électrique), Daniel Denis (percussions), Alain Eckert (guitare, voix), Gérard Hourbette (violon), Gilles Renard (saxophones), Jean-pierre Soarez (trompette, percussions), Thierry Zaboïtzeff (basse, violoncelle, voix)

remarques

A ce jour, cet album n' a fait l'objet de réédition que sous forme de double cd, réunissant également les albums "Symphonie pour le Jour où Brûleront les Cités" et "Musique pour l'Odyssée"

chronique

Styles
musique classique
jazz
progressif
rock in opposition
Styles personnels
rock in opposition

Gérard Hourbette et Thierry Zaboïtzeff ont toujours la main mise sur l’écriture du matériel du groupe, mais permettent malgré tout l’inclusion timide d ‘une composition de Gilles Renard (l'expéditif "Speedy Gonzalez") et une autre d’Alain Eckert ("Trois Miniatures") que ce dernier se taille sur mesure pour mettre en valeur toute la fluidité de son jeu de guitare et qui a pour délicate mission de refermer ce nouvel opus, dans l'espoir de graver dans nos esprits une dernière image, indélébile. Essai réussi, mais quelque part peu nécessaire, tant ce nouveau disque véhicule d'images fortes. Plus que jamais, "Génération sans Futur" semble démontrer qu'Art Zoyd a pris Univers Zéro pour modèle ; l’atmosphère reste toujours aussi oppressante mais se diversifie quelque peu avec un coup de retroviseur étonnant lorgnant sur cette touche rock que l’on croyait à jamais éradiquée de leur mode d'expression, notamment dans la construction de la plage titre où le pathos, les ligne de piano et, pour la première fois, le jeu de batterie (assuré une fois encore par Daniel Denis), sont autant d'éléments qui corroborent cette hypothèse. Avec "La Ville", la plage titre est le nouveau moment fort d'une carrière alors en plein bourgeonnement, vraissemblablement peu enclin à délaisser sa toujours aussi dévorante fascination pour les musiques contemporaines qui l'inspirent et une analyse vitriolée, non sans une pointe d'ironie, de notre vie en société au travers de leur filtre musical s'étalant au grand jour dans des morceaux aux énoncés sans appel. Sans lyrisme, la musique d'Art Zoyd n'existerait pas pour ainsi dire. Mais elle n'est jamais emphatique à outrance, instaurant une distance polie avec l'auditeur, quoi qu'il en soit appelé à contempler le spectacle d'introspection maladive auquel s'adonne les différents solistes, violoniste et trompettiste en tête. Bien que des oreilles encore vierges puissent avoir du mal à en faire le discernement, "Génération sans Futur" reste sans doute l'oeuvre la plus équilibrée de leurs jeunes années.

note       Publiée le dimanche 9 mai 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Génération sans futur".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Génération sans futur".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Génération sans futur".

saïmone › mardi 26 juillet 2016 - 17:15  message privé !
avatar

La réédition est de qualitay

Tango Mago › lundi 26 juin 2006 - 21:00  message privé !

Probablement mon préféré. Rien à jeter, riche, inspiré, varié... et la contribution de Daniel Denis ne gâche rien. Le sommet du Art Zoyd première manière.

saïmone › samedi 25 mars 2006 - 18:57  message privé !
avatar
Tout simplement fantastique... Univers Zero bouffé par Frank Zappa...