Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesAArt Zoyd › Musique pour l'Odyssée

Art Zoyd › Musique pour l'Odyssée

  • 1980 • Atem 7005 • 1 LP 33 tours

lp • 3 titres

  • 1Musique pour l'Odyssée17:08
  • 2Bruit Silence, Bruit Repos10:46
  • 3Trio "Lettre d'Automne"7:05

enregistrement

Overijse Studios, Belgique, janvier 1979

line up

Michel Berckmans (hautbois, basson), Daniel Denis (percussions), Gérard Hourbette (violon), Jean-pierre Soarez (trompette), Thierry Zaboïtzeff (basse, violoncelle, voix), Franck Cardon (violon), Michel Thomas (saxophones)

remarques

A ce jour, cet album n' a fait l'objet de réédition que sous forme de double cd, réunissant également les albums "Symphonie pour le Jour où Brûleront les Cités" et "Génération sans Futur"

chronique

Styles
musique classique
jazz
progressif
rock in opposition
Styles personnels
rock in opposition

Au-delà de l'exploitation de son univers musical, avec "Musique pour l’Odyssée", Art Zoyd réaffirme ses accointances avec le plat pays puisqu'ils enrôlent Daniel Denis, du groupe belge Univers Zéro, comme pour pérenniser le fruit de leurs recherches par le biais d'un travail de retenue magistral aux percussions. Univers Zéro ; sans aucun doute, le meilleur parallèle que l’on puisse établir pour évoquer au mieux la musique d’Art Zoyd dans ses jeunes années, sans toutefois atteindre la noirceur sépulcrale de leurs amis d’Outre-Quiévrain. Une impression d'autant plus renforcée qu'on y trouve à ses côtés, outre Michel Thomas au saxophone et Franck Cardon au violon, le joueur de hautbois, Michel Berckmans, de l'aventure "Hérésie". Comme pour "Symphonie pour le Jour où Brûleront les Cités", on retrouve ces longs dialogues violons - trompettes, qui ne sont pas sans évoquer Bélà Bartok. Fondamentalement, la musique ne change pas. "Musique pour l’Odyssée" se décline en trois compositions, avec toujours en guise d’introduction une pièce de choix, le plat principal, dépassant allègrement le quart d’heure, faits de silences, d’éclats, d’osmose et de cacophonie orchestrée. Dans l’ensemble, "Musique pour l’Odyssée" semble moins chaotique que son prédécesseur, tout en affinant un peu plus son propos. Il est peut-être plus sombre sans vouloir nécessairement se faire violence. Hormis cette propension au repli sur soi induit par une musique d'apparence austère, Art Zoyd jongle toujours aussi brillamment avec son sens de la dramaturgie ; la mélancolie et le désespoir habité par le violon de "Lettre d'Automne" ne s'écarte pas en cela de la magie noire qui s'échappait des lignes mélodiques de "Masques", deuxième plage de leur précédent effort. On est loin des experimentations électroniques que le groupe va peu à peu introduire dans sa manière même de concevoir la musique. Par contre, celle écrite et jouée pour "l'Odyssée" possède ce souffle et cette force qui cimentent l'essentiel de leur oeuvre autour de leurs cinq premiers disques.

note       Publiée le dimanche 9 mai 2004

réseaux sociaux

tags

Vous devez être connecté pour ajouter un tag sur "Musique pour l'Odyssée".

notes

Note moyenne        3 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Musique pour l'Odyssée".

commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Musique pour l'Odyssée".

Klarinetthor › lundi 25 février 2013 - 16:26  message privé !

il vient d'être réédité en cd et vinyl par Sub Rosa!

Tango Mago › lundi 26 juin 2006 - 21:58  message privé !

Un peu moins rentre dedans que le premier, mais bien représentatif des débuts du groupe. Ce disque est un peu le pendant mélancolique d'Hérésie sorti la même année. Intimiste, dépouillé, subtil et sensible. "Lettre d'automne" bien sûr, mais aussi "Bruit silence, bruit repos", seule composition signée Zaboitzeff...