Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesPPainkiller › Talisman - Live in Nagoya

Painkiller › Talisman - Live in Nagoya

  • 2002 - Tzadik, TZ 7342 (1 cd)

cd | 3 titres | 48:09 min

  • 1 Batrachophrenoboocosmomachia [31:58]
  • 2 Transport of Sorcerers [06:11]
  • 3 Ahamkara [10:01]

enregistrement

Enregistré live par Oz Fritz le 24 novembre 1994 à Nagoya, Japon

line up

Mick Harris (batterie, voix), Bill Laswell (basse), John Zorn (saxophone alto, voix)

chronique

Styles
jazz
jazzcore
Styles personnels
jazz hardcore

Fin 2002, soit 8 ans après la cessation des activités du groupe, et 5 ans après la réédition des ses oeuvres complètes, le label Tzadik nous sort une petite merveille de derrière les fagôts : le live inédit "Talisman - Live in Nagoya" ! Ce live date de la même période que le fameux "Live in Osaka". Tous deux ont en effet été enregistrés lors de la tournée du groupe au Japon en novembre 1994. Et pourtant, "Talisman" est relativement différent du "Live in Osaka". Tout d'abord, le son est ici vraiment meilleur, et quand je dis "vraiment meilleur" j'entends par là "carrément époustouflant" ! Les instruments sont parfaitement audibles et leurs sons se détachent très nettement les un des autres même dans les moments les plus intenses. De plus la tracklist (si l'on peut parler de tracklist puisque l'intégralité du live est jouée en totale improvisation) est complètement différente. Enfin on notera, toujours par rapport au "Live in Osaka", l'absence de la guest star Yamatsuka Eye, le hurleur fou de service (il avait peut-être la diarrhée ce soir là...). Le "super trio" composé faut-il encore le rappeler de Bill Laswell (Praxis, Arcana, Death Cuke K...) à la basse, Mick Harris (Napalm Death, Scorn...) à la batterie et John Zorn (Naked City, Masada...) au saxo, délivre en ce soir de novembre une prestation en tous points exemplaire. La musique, sonne ici beaucoup moins durement que sur les disques studios du groupe, principalement car Bill Laswell ne fait pas vrombir sa basse façon metal, mais joue au contraire tout en rondeur. Le disque, composé de seulement 3 titres, démarre par une très longue pièce (qui dépasse la demi heure) qui résume a elle seule l'essence même de Painkiller : une savante potion jazz harcore intense, virulente et virevoltante à souhait, à l'image du saxo de Zorn dont les tressotements hystériques et les hurlements suraïgues sont désormais légendaires ! Mick Harris n'est pas en reste et derrière ses fûts, il s'amuse comme un fou, multipliant les changements de rythmes les plus improbables. Les deux autres titres restent dans la lignée pour conclure sur un final bestial entre les cris déchirés du saxo et les hurlements plaintifs de Mick Harris... Cerise sur le gâteau, le packaging est visuellement très réussi et reste dans l'esprit des précédents disques du groupe. On se demande combien de perles de cette trempe l'ami Zorn cache encore dans le fond de ses tiroirs...

note       Publiée le samedi 8 mai 2004

partagez 'Talisman - Live in Nagoya' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Talisman - Live in Nagoya"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Talisman - Live in Nagoya".

ajoutez une note sur : "Talisman - Live in Nagoya"

Note moyenne :        18 votes

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Talisman - Live in Nagoya".

ajoutez un commentaire sur : "Talisman - Live in Nagoya"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Talisman - Live in Nagoya".

Jacques Capelovici › mardi 7 février 2012 - 14:45  message privé !

"sur fnac.com, ils annoncent Mick Harris à la batterie... M'enfin on connait tous la fiabilité de la Fnac pour ce genre de choses..." En fait "Michael John Harris" et "Mick Harris" ne sont qu’une seule et même personne. Sur Guts, dans le line up de la chro de "Napalm Death › From enslavement to obliteration" on retrouve Michael John Harris (batterie) et Mick Harris (batterie). Aussi inhumain que cela puisse sembler il s’agit d’une seule et même personne : il n’y a qu’un seul batteur. En 90-91 le line up comprend 2 Harris : Mick (ou Michael John, donc) à la batterie et Mitch à la guitare, d’où peut-être la confusion… Voilà, c’était le commentaire Nerd de la journée…

kranakov › lundi 15 novembre 2010 - 13:13  message privé !

Le chef d'oeuvre de Painkiller. On en vient presque à croire que Harris est un batteur de musiques improvisées (il sonnerait comme un croisement de Han Bennink et Chris Cutler en pétard). Zorn déploie tout son attirail de sonorités pincées/crachées/mordues et Laswell brille à coups de disto d'outre-tombe tout en faisant groover son monde. ULTRA BALEZ !

Reflection › jeudi 19 février 2009 - 19:06  message privé !

Clairement le meilleur Painkiller pour ma part (juste devant "execution ground"). Les musiciens sont au TOP ici. Le premier titre est une tuerie! Et puis les délires parfois un peu lourd de zorn sont totalement éclipsés ici (long solos de couïnements...). Un album a la fois bien ambiant et bien speed. Un disque avec une vraie cohérence et des musiciens unis comme jamais (d'ailleur Zorn est trés bon ici pour faire sortir des nappes stridentes, denses et qui contribus totalement a l'ambiance du disque!)... Et puis le mariage Jazz/hardcore/dub... fait des merveilles ! Parfait !

Note donnée au disque :       
empreznor › lundi 4 août 2008 - 04:16  message privé !
Ce live apporte un vrai plus par rapport à execution ground par exemple, un poil moins sombre, moins parfait dans les enchainements, impro oblige, mais d'une telle violence, surtout la fin. Zorn est d'une intensité rare
Note donnée au disque :       
Nicko › mercredi 19 mars 2008 - 22:28  message privé !
avatar
sur fnac.com, ils annoncent Mick Harris à la batterie... M'enfin on connait tous la fiabilité de la Fnac pour ce genre de choses...