Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesIImmortal Rites › Art of devolution

Immortal Rites › Art of devolution

10 titres - 42:18 min

  • 1/ Eugenic (intro)
  • 2/ Fatal exploited
  • 3/ Dressed in amazing red
  • 4/ Digital god
  • 5/ United scars anthem
  • 6/ Mirror reflections
  • 7/ Hallucinations overture
  • 8/ The utter dark
  • 9/ Pathetic patterns
  • 10/ The cadaverizer

enregistrement

Enregistré, mixé par Alexander Krull au mastersound studio, Fellbach, hiver 2002/2003.

chronique

Styles
metal extrême
death metal
Styles personnels
death metal... mélodique

L'intro glauque éléctronique passée, le premier morceau met bien l'accent sur la grosse puissance un peu dégueulasse du son, l'extrémisme saturé et furieux des vocaux, la violence de la batterie,la grosseur de la basse, la noirceur du propos : voici du death tendance brutal. A partir de là, Immortal Rites va tout au long des huit morceaux qui restent nous laisser découvrir, chaque fois un peu plus, sa culture heavy, ses influences thrash, mais surtout, son désir de mélodies. "Dressed in amazing red" fait la course aux blasts mais nous assomme aussi par son refrain de mammouth dépressif, "Digital god" balance un riff en forme de lead sous les vocaux énormes... puis arrive l'intro particulièrement typée de "United scars anthem" : une mélodies de guitares aux allures de synthés, une suite d'accord heavy bien lourde au rythme primitif, choeurs et chants clairs tendance romantiques, le doute n'est plus permis : il s'agit en fait de death mélodique! Très lourd, malsain, extrême, le death metal d'Immortal Rites navigue dans des eaux curieuses, à la fois nauséabondes, et remuées de mélodies efficaces. Une sorte d'In Flames des cavernes, avec ce qu'il faut de maturité, d'inspiration et d'exigence pour faire de son premier album une très intéressante entrée en matière. On y croise Liv Christine au détour d'un refrain, on adore les grosses frappes, cette impulsion heavy qui accueille les accords avec lourde puissance, on adhère sans retenue au leads, riffs et accords de cette sombre musique. "Art of devolution" se révèle ainsi extrémement défoulatoire, entraînant, alliage assez insolite de force épique et de lourdeur désespérante. "The utter dark", "Mirror reflections"... le groupe nous a pondu des bien bonnes compos, aussi furieuses que séduisantes. Dans ce monde impitoyable aux floraisons de plus en plus nombreuses, il faut savoir tenir les votes... 4/6, mais on est au bord du 5.

note       Publiée le lundi 26 avril 2004

partagez 'Art of devolution' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Art of devolution"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Art of devolution".

ajoutez une note sur : "Art of devolution"

Note moyenne :        1 vote

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Art of devolution".

ajoutez un commentaire sur : "Art of devolution"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Art of devolution".

willow › samedi 22 mai 2004 - 19:09  message privé !
ho la la la , quel disque, la cronique ma donner envie d écouter , aprés téléchargement du premier morceau , ouai bof pas mal °-° , mais aprés achat bordel quel disque magnifique , la mélodie oui mais de la sacré bonne géniale mélodie, ils on réussi parfaitement a mélanger la brutalité avec la mélodie !!!! , avec des coeurs sublimes autant masculins que féminins !!! bref la claque a la premiere écoute du cd , donc je vous le recommande totalement :=)
Note donnée au disque :