Les objets chroniqués

Vous êtes ici › Les groupes / artistesSDomenico Solazzo › Excursus

Domenico Solazzo › Excursus

20 titres - 60:09 min

  • 1/ Error A (area) - 2/ Don't (can) - 3/ Bandwagon (caravan) - 4/ Help them! (emerson, lake & palmer) - 5/ Genecide (genesis) - 6/ The evil dwarf (gentle - - giant) - 7/ High hat (gong) - 8/ Angry woman (happy the man) - 9/ Michael pig (henry cow) - 10/ Spin through tug (jethro tull) - 11/ King crap son's (king - - crimson) - 12/ Smegma (magma) - 13/ Are krishna fanfare (mahavishnu orchestra) - 14/ Blue semen (pink floyd) - 15/ Sal bananas samosa (samla mammas mana) - - - 16/ Sweet engine (soft machine) - 17/ From the grave degenerates ( von der graaf generator) - 18/ Temperate climate (weather report) - 19/ Of course (yes) - - - 20/ The girl from the bus says (frank zappa)

remarques

Il s'agit du pressage cartonné belge à tirage limité

chronique

Styles
ovni inclassable
Styles personnels
samples

"number nine... number nine... number nine... ", "Excursus", la nouvelle expérience du passionnant Domenico Solazzo est non seulement un parcours musical peuplé d'instants magiques, mais aussi et surtout un constat historico-musical, qui dépasse finalement le cadre de ces années 70, auxquelles elle rend d'abord hommage. Jouant aussi bien avec les textes qu'avec les instruments, le maître d'oeuvre sample et dissèque les carrières de vingt grands pontes pour en faire tout autant de pièces techno-hybrides à forte vocation déconstructiviste. L'objectif ici n'est de fait pas de fabriquer des chansons reconstituées et faciles d'accès, ni même de magnifier de quelque manière l'oeuvre des artistes visités. Chaque titre de "Excursus" se veut résolument expérimental jusque dans son résultat, en recherchant notamment dans les petits détails, plutôt que les grandes lignes, le liant nécessaire qui fera danser les samples. Une chute de rythme, une cassure, une rencontre harmonique minuscule et suffisante entre deux cliquetis: c'est dans l'infime que se cache le travail d'Excursus, et c'est ce qui le rend passionnant et intelligent. Tout sauf intellectuelle, la démarche se veut bidouilleuse, Géo Trouvetou, et l'on assiste à une procession acid-jazz dissonnante, irrisée de vynils à l'envers ou accélérés, de chutes inharmoniques de piano et de saillies de guitares, du bizarre, du grotesque, des chorales aux LSD et une merveilleuse présence de cymbales et de percussions atmosphériques et joliment complexes par lesquelles le batteur Solazzo tire le meilleur, et profite de la science des batteurs de légende, entre pop, rock et jazz, qui marquèrent cette époque. Régulièrement inquiètant, constamment dérangeant, "Excursus" est surtout stupéfiant dans l'évidence qu'il révèle... une heure d'une musique aux sons typés et multiples, aux délires constants, aux expériences multiples... aucune connaissance du répertoire visité n'est nécessaire, une heure de musique à la gloire de la musique qui en rappelle une autre : "number nine... number nine... number nine...". Car en pénétrant l'oeuvre psychédélique des années soixante-dix, Domenico Solazzo s'est finalement trouvé nez à nez avec le leg immense des maîtres au-dessus de tous : j'ai nommé les Beatles. Héritière directe de la neuvième révolution des quatre de Liverpool, cette excursion d'une heure fait également jaillir de l'oeuvre seventies les éclats colorés de la bande des coeurs solitaires du sergent poivre. Les envolées violonnes de Caravan, les cuivres pompant des flamands roses, les voix pop génésiennes ou la mystique hippie de Yes, Solazzo passe de Henry Cow au "Walrus", de la douce machine au plus abscons du voyage magique et mystérieux. Domenico goberait-il ???? Il faut reconnaître qu'il y a dans les centaines de samples utilisés ici suffisamment de pillules roses et bleues pour shooter toute la France durant des décennies... "From the Grave degenerates" et sa noirceur terrible, là encore, nous ramène au plus noir des surenchères sonores pratiquées par Martin. Voici donc un exercice passionnant pour les fans des vingt maltraités, un voyage réjouissant, surprenant et enseignant pour chercheurs de secrets, mais aussi, rassurez vous, une heure de choses diverses à se mettre à l'oreille (abandon indispensable!), à la recherche, avec Domenico, de la musique. Rassurez-vous, ai-je dit, vous allez la trouver...

note       Publiée le samedi 10 avril 2004

partagez 'Excursus' sur les rseaux sociaux

ajoutez des tags sur : "Excursus"

Vous devez être membre pour ajouter un tag sur "Excursus".

ajoutez une note sur : "Excursus"

Note moyenne : Aucune note pour ce disque pour le moment. N'hésitez pas à participer...

Vous devez être membre pour ajouter une note sur "Excursus".

ajoutez un commentaire sur : "Excursus"

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire sur "Excursus".

Progmonster › samedi 16 février 2008 - 09:18  message privé !
avatar
albums désormais écoutables en ligne sur http://users.skynet.be/carpigstroke
Twilight › dimanche 9 mai 2004 - 23:16  message privé !
avatar
J'en aime beaucoup le concepte...musicalement, j'ai plus de mal et je le regrette...c'est le genre d'atmosphère que je regrette de ne pas pouvoir pénétrer davantage...ça n'empêche qu'il y a de bons moments, mais ça se répète un brin...
torquemada › samedi 10 avril 2004 - 13:14  message privé !
"Carpigstroke" commence à bien me plaire, je crois que je vais essayer celui-là.
Nicko › samedi 10 avril 2004 - 12:11  message privé !
avatar
La chronique est vraiment excellente ! Il décrit parfaitement ce "truc". C'est vraiment taré et barré quand même. Faut être sacrément givré pour faire un CD pareil. Pour amateur de sensations musicales fortes !!